Antoni Trilla : “Face aux botellones, la jeunesse barcelonaise s’expose plus au Covid”

Par Camélia Balistrou
Publié le Mis à jour le
Botellones

D’après le chef de la médecine préventive de l’Hospital Clinic, Antoni Trilla, les moins de 40 ans risquent d’être plus infectés par le Covid-19 en raison de leur taux de vaccination pas suffisamment élevé. 

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Antoni Trilla prédit une augmentation des infections chez les jeunes due à un “taux de vaccination pas suffisamment élevé”. En parallèle, la suppression du couvre-feu ainsi que la multiplication des botellones (beuveries de rue) et les concentrations massives d’individus dans tout Barcelone, inquiètent le spécialiste. Ce week-end, par exemple, la Guàrdia Urbana et les Mossos d’Esquadra ont expulsé plus de 10 000 personnes, principalement des jeunes, qui étaient rassemblées dans toute la ville. “Ces événements entraîneront de nombreuses infections chez les moins de 40 ans” pronostique le spécialiste au micro de Rac1.

Plus de vaccination pour “revenir à la normale” 

Le chef de la médecine préventive de l’Hospital Clinic a également insisté sur le fait que le variant Delta est beaucoup plus contagieux que les autres mutations du Covid-19. Avec le variant Delta, il est possible de contaminer autrui dans une période de 24 ou 48 heures même avec peu de symptômes. Par conséquent, il prévient qu’au vu des importants rassemblements du week-end dernier, des individus ont pu être infectés par le coronavirus et le transmettre par la suite sans même avoir de symptômes.

Enfin, Trilla considère qu’il est “pratiquement impossible” d’obtenir une immunité collective du variant Delta, comme l’a soutenu samedi la secrétaire à la Santé publique catalane, Carmen Cabezas. Cependant, le spécialiste a souligné que plus les gens seront vaccinés, moins le virus circulera, ce qui diminuera la pression hospitalière et favoriserait “un retour à une certaine normalité”.

Recommandé pour vous