Clash entre Nicolas Sarkozy et les indépendantistes catalans

Par Nico Salvado
sarkozy independantistes catalans

En déplacement à Madrid pour assister à la convention de la droite espagnole, Nicolas Sarkozy a tenu des propos virulents contre l’indépendance de la Catalogne.

« Le séparatisme [catalan] n’est pas seulement un problème pour l’Espagne, mais touche toute l’Europe car ce serait un exemple pour les autres sécessionnistes. Il n’y a qu’une seule Espagne unie, avec une capitale, qui est Madrid, et avec un roi qui représente l’unité. Cela ne peut jamais changer ». La diatribe a été prononcée par l’ancien président Sarkozy, invité à la convention du Partido Popular, parti frère des Républicains en France.

Sur les réseaux sociaux, la catalanosphère a immédiatement réagi pour critiquer vertement les propos de Nicolas Sarkozy, mais aussi pour le comparer à Manuel Valls et son échec dans la course à la mairie de Barcelone.

« Hey, les bourges espagnolistes des beaux quartiers de Barcelone, que diriez-vous si Sarkozy se présentait à la mairie de Barcelone, apparemment il est disponible » se moque sur Twitter Joan Maria Piqué, qui gère les relations internationales du leader indépendantiste Carles Puigdemont.

De nombreux internautes français et catalans ont signalé une similitude entre les propos de Nicolas Sarkozy et ceux tenus par Manuel Valls lors de son périple barcelonais.

D’autres disqualifient le discours de Sarkozy en raison de sa récente condamnation pour corruption et trafic d’influence. « Le PP ne pourrait-il pas vraiment trouver quelqu’un avec une meilleure image en ce moment en Europe que Sarkozy, récemment condamné à 3 ans de prison pour corruption ? Bref… » s’interroge avec une fausse naïveté une internaute.

Les liens entre Sarkozy et la droite espagnole

Le discours est dans la ligne du parti de Pablo Casado qui se veut fer de lance de la lutte contre l’indépendance de la Catalogne et principal défenseur de l’unité de l’Espagne et de la monarchie.

Nicolas Sarkozy entretient des liens très étroits avec le Partido Popular. En 2015, l’ancien chef de l’Etat français avait fait un meeting commun avec le Premier ministre Mariano Rajoy pour soutenir le parti de droite dans les élections catalanes.

Déjà, Sarkozy s’était attiré les foudres de l’indépendantisme avec un communiqué très dur du président de la Generalitat de l’époque Artur Mas qui avait dénoncé « une irruption dans le processus démocratique en cours qui est une erreur, car s’afficher aux côtés d’un parti issu du régime franquiste contredit frontalement le gaullisme résistant. L’aile dure du Partido Popular est même plus droitière que le Front National à de nombreux égards.»

L’homme fort du Partido Popular en Catalogne, Xavier Garcia Albiol, a déclaré que Nicolas Sarkozy était un exemple politique pour lui et avait d’ailleurs proposé de « passer le Karcher à Badalona », ville dont il est le maire.

En 2016, dans le journal El Mundo, Sarkozy avait déclaré que « vouloir quitter l’Espagne et rester en Europe, c’est absurde ». Enfin en 2019 à Madrid l’ancien maire de Neuilly avait alerté que si après le Brexit, la Catalogne devenait indépendante, ce serait « un traumatisme pour vous, mais cela aurait des conséquences pour tout le monde car cela pourrait avoir un effet domino ».

Recommandé pour vous

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez les désactiver si vous le souhaitez. Accepter

Politique de privacité