Eric Zemmour : « La Catalogne est une nation européenne »

Par Nico Salvado
Publié le Mis à jour le
Eric Zemmour Catalogne

En 2017, Eric Zemmour n’était pas le pré-candidat à l’élection présidentielle française tel qu’il est aujourd’hui. Au vu du nouveau rôle joué par le polémiste, il est intéressant de connaitre sa position sur la Catalogne. Pour Zemmour c’est clair : la Catalogne est une nation et il ne condamne pas le processus indépendantiste.

L’émission ZEN sur Paris Première est formé du duo d’Eric Zemmour et Eric Nauleau qui chaque mercredi soir commentent l’actualité de la semaine. Le 11 octobre 2017, quelques jours après le référendum indépendantiste, face à un Nauleau très critique envers le gouvernement catalan,  Eric Zemmour déclara que « la Catalogne ce n’est pas du populisme, c’est une vieille nation européenne ». La Catalogne a une histoire et une culture qui est la base de l’unité de nations comme l’Italie ou l’Allemagne, argumentera Zemmour. La langue catalane n’est pas ibérique mais romane, plus proche du français que de l’espagnol. D’ailleurs, la Catalogne sous Napoléon était française, rappelle le polémiste.

La veille, le 10 octobre, sur RTL, Eric Zemmour qui a écrit un livre historique (Le Destin français en 2018), résume la situation en Catalogne en reprenant une bonne partie des arguments du camp séparatiste : « Les indépendantistes catalans arrivent trop tard dans une Europe trop vieille. Le nationalisme catalan est né au XIXe siècle, à l’époque où toute l’Europe veut imiter la révolution française. On appelle cela le principe des nationalités. Le nationalisme catalan repose sur une langue commune, une culture ou une histoire comme l’Allemagne ou l’Italie qui se sont forgés à la même époque,mais pas la Catalogne. (…) Les Catalans étaient devenus espagnols malgré eux au XVe siècle. Madrid devient la capitale du nouveau royaume et Barcelone celle d’une province excentrée. Les Catalans ne l’ont jamais digéré. (…) Au début du XVIIIe siècle, les Catalans tentent de profiter d’une guerre de succession pour se libérer. Le roi d’Espagne est alors un Bourbon, un petit-fils de Louis XIV qui reprendra les méthodes musclées et centralisatrices de son grand-père. Ses armées battent les Catalans le 11 septembre 1714 qui deviendra le jour de la fête nationale catalane. Au XIXe siècle, les Catalans prennent leur revanche, des industries s’y installent. Barcelone est une ville moderne, laïque, à la manière française, Quand Madrid décline et étouffe dans un climat catholique et féodal. Aujourd’hui encore c’est Barcelone la riche qui ne veut plus payer pour l’Espagne plus pauvre. A chaque fois que la Catalogne se révolte, Madrid réprime. (…) Un général espagnol dira : « il faut bombarder Barcelone au moins tous les 50 ans ». Franco reprendra cette maxime sans faiblesse. La langue catalane est interdite et les indépendantistes emprisonnés. Seuls les matchs de foot entre le Real Madrid et le Barça permettent aux Catalans d’exprimer leur nationalisme. Quand Franco meurt en 1975, on danse dans les rues de Barcelone. En 1978, la Catalogne et toutes les autres régions espagnoles deviennent des régions autonomes. C’est « café para todos » (« café pour tous ») », narre Éric Zemmour. « On croyait que le café clôturerait le repas des nationalistes catalans, il leur avait seulement ouvert l’appétit », conclut-il.

A 7 mois de l’élection présidentielle, dans la plupart des sondages diffusés, Eric Zemmour devance le candidat de la droite et talonne Marine Le Pen. Il n’est pas encore aujourd’hui candidat officiel à ce scrutin.

Recommandé pour vous

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez les désactiver si vous le souhaitez. Accepter

Politique de privacité