Barcelone embouteillée : les raisons

Par Nico Salvado
barcelone embouteillée

Les entrées de Barcelone sont saturées de véhicules. Une situation préoccupante pour la mobilité et l’environnement. 

Ça bouchonne à Barcelone. Un phénomène qui s’observe surtout du lundi au vendredi de 7h à 10h du matin et dans les points d’entrées de la ville : depuis le Maresme, le Vallès et le Baix Llobregat. Selon le service catalan de circulation, la taille des embouteillages est 8% plus longue en cette rentrée 2021 qu’en 2019, dernière année avant la pandémie. Les causes de bouchons proviennent d’un accident dans 52 % des cas, de travaux (24%) et de retrait de véhicules dans le reste des situations.


La peur du Covid

Plusieurs explications sont données pour expliquer l’augmentation des embouteillages. La première est une sur-utilisation du véhicule privé pour se déplacer. La voiture, qui ne compte en moyenne que 1,2 passager, a déjà récupéré son niveau pré-pandémie. En revanche, le taux d’occupation des transports public stagne à 75%. Beaucoup de personnes ont encore peur de la pandémie et se sentent plus en sécurité dans un véhicule privé. On peut donc imaginer un retour à la normale dans les transports publics, si le Covid reste sous contrôle en Catalogne.

Le retrait des péages

Un second facteur est la récente gratuité des autoroutes catalanes. La disparition des péages sur les routes C-32 , C-33 et l’autoroute AP-7 crée des ralentissements sur ces axes.

Selon le service catalan de circulation, le temps d’un trajet aujourd’hui peut durer jusqu’à 30% de plus qu’en 2019. Ce dernier point pourrait encourager à terme le retour des automobilistes sur les anciennes routes secondaires, finalement plus fluides et rapides.

Le retrait des couloirs de voiture, un point controversé

Les lobbies de voitures et motos tirent aussi à boulets rouges sur la politique de la mairie de Barcelone. Selon le syndicat automobile du RACC, la suppression de couloirs de circulation sur les avenues Arago, Valencia, Meridiana, la Diagonal et la Gran Via sont responsables des bouchons. La mairie a supprimé des couloirs de circulation de voitures pour les attribuer aux bus et aux vélos. Barcelone en alerte climatique étouffe et ne peut plus se permettre de générer autant de Co2.

D’autant plus que, selon les équipes d’Ada Colau, les bouchons se forment autour de la ville et non dans Barcelone intra-muros. La mairie indique que la création de pistes cyclables n’a donc aucune conséquence sur les ralentissements. En revanche, le conseil municipal reconnait que les travaux de Glories et de la Meridiana – qui sont des portes d’accès de la ville- provoquent des embouteillages.



Le futur passera par les transports en communs

La solution pour les équipes municipales est de booster les transports publics en améliorant la connexion entre Barcelone et sa banlieue. D’ailleurs, le service de vélos partagés Bicing sera prochainement disponible dans le Grand Barcelone, c’est-à-dire la capitale catalane et sa petite couronne.

Les péages urbains efficaces dans les villes européennes – EURACTIV.fr

Òscar Llatje, coordinateur à la mobilité du service catalan de circulation, pense la même chose. « Il faut un fort investissement dans les transports publics pour éviter un collapse total des accès à Barcelone par la route. Nous devrons prendre exemple sur des villes comme Londres ou Tokyo. » Les deux capitales ont instauré un péage à l’entrée des villes pour les voitures et les motos afin d’encourager le mode de transport en commun. Un dossier qui est dans un tiroir du bureau d’Ada Colau depuis des mois.



Recommandé pour vous