Plus de jours fériés en Espagne qu’en France : les raisons

Par Clémentine Laurent
Publié le Mis à jour le

Les jours fériés en Espagne sont plus nombreux qu’en France. C’est une réflexion que l’on entend souvent entre Espagnols et Français, mais pourquoi ? Equinox vous explique les raisons.

Ce n’est pas un mythe, il y a plus de jours fériés en Espagne qu’en France. On compte 11 jours fériés par an en France, définis par le Code du travail français : le jour de l’an (1er janvier), le lundi de Pâques, la fête du Travail (1er mai), la victoire de 1945 (8 mai), le jeudi de l’Ascension, le lundi de Pentecôte, la fête nationale (14 juillet), l’Assomption (15 août), la Toussaint (1er novembre), l’Armistice (11 novembre) et enfin Noël (25 décembre).

Petite anecdote : l’Alsace compte deux jours fériés en plus par rapport au reste de l’Hexagone, le vendredi Saint et le 26 décembre.

En Espagne, les jours fériés de l’État sont au nombre de 8, selon le Calendrier du travail : le jour de l’an (1er janvier), l’Épiphanie (6 janvier), le vendredi Saint, l’Assomption (15 août), la fête nationale espagnole (12 octobre), la Toussaint (1er novembre), le jour de la Constitution (6 décembre) et le jour de l’Immaculée conception (8 décembre).

Des jours fériés en Espagne par région

Cela peut paraître peu ; mais en réalité, les Espagnols profitent de plus de jours fériés. Car au compte des fêtes nationales s’ajoutent les jours festifs de chaque autonomie, et parfois même de chaque ville. En Catalogne, le lundi de Pâques est aussi férié, tout comme la Saint-Jean (24 juin) et la Saint-Étienne (Sant Esteve ou San Esteban, 26 décembre).

Jours fériés en EspagneEt si l’on zoome encore plus, à Barcelone s’additionnent encore le lundi de Pentecôte (Lunes de Pascua Granada), le jour de la Mercè (Virgen de la Mercè, 24 septembre) et le 26 septembre. Au total, les Barcelonais ont… 14 jours fériés, en 2022. Un chiffre donc variable entre les régions, voire même entre les villes d’Espagne.

Des jours fériés « récupérés »

11 jours en France contre 14 jours à Barcelone, la différence peut sembler minime. Mais elle l’est moins lorsqu’on tient en compte le fait que l’Espagne « récupère » les jours fériés qui tombent un week-end.

Contrairement à la France, lorsqu’un jour férié tombe un samedi ou un dimanche, l’État espagnol établit une nouvelle date fériée pour que les travailleurs puissent se reposer. Par exemple, étant donné que le 1er mai sera un dimanche en 2022, le lundi 2 mai sera férié. Une chance que beaucoup de Français envient à leurs voisins.

L’importance de la religion en Espagne

Autre raison expliquant ces différences : l’importance de la religion catholique, hier mais encore aujourd’hui en Espagne. Si elle partage avec la France plusieurs dates-clés de l’Église, comme Noël ou l’Assomption, les régions et villes d’Espagne célèbrent souvent leur saint-patron, ainsi que d’autres fêtes catholiques comme les rois-mages le 6 décembre.

Jours fériés en EspagnePhoto : Sant Esteve à Barcelone

En Catalogne par exemple, on célèbre la Saint-Étienne (Sant Esteve), témoignage du passé carolingien de la région. À l’époque, Noël se célébrait avec toute la famille, et les clans pouvaient être éclatés aux quatre coins de la région. Un jour non-travaillé au lendemain de Noël permettait aux voyageurs de rentrer chez eux en toute sécurité, évitant de voyager dans le froid et l’obscurité de la nuit.

À lire aussi : Le 26 décembre férié en Catalogne: la raison

À Barcelone même, la Mercè est connue comme la fête de la ville et se célèbre tous les ans avec deux jours fériés et parfois même un pont, pouvant durer du 24 au 26 septembre.

Les Espagnols travaillent-ils moins ?

Avec tant de jours fériés, les Espagnols seraient-ils plus paresseux que les Français ? Les Espagnols travaillent plus que leurs voisins durant la semaine, avec un maximum de 40 heures par semaine en Espagne (en moyenne 37,7 heures travaillées en 2019), contre 35 heures par semaine en France pour un salarié à temps plein (maximum de 48 heures sur une même semaine, mais seulement dans certains cas).

En réalité, les Espagnols travaillent en moyenne même plus que les Français, avec une moyenne de 1577 heures de travail par salarié et par an en Espagne contre 1402 en France (OCDE, 2020), et ce malgré la différence de jours fériés.

Et si l’on blâme les Espagnols, c’est pourtant bien en français que l’on chantonne : « je ne veux pas travailler »…

Recommandé pour vous