10 façons de devenir riche à Barcelone

Par Clémentine Laurent
Publié le Mis à jour le

Les personnalités fortunées sont nombreuses à Barcelone : Sol Daurella, Manuel Puig…Voici 10 conseils tirés de leurs success stories pour devenir riche à Barcelone et vivre dans une villa à Pedralbes

Vendre du Coca

Non non, ce n’est pas une blague : vendre du Coca-Cola a construit des fortunes planétaires. C’est le cas de Sol Daurella, présidente de Coca-Cola European Partners et vivant à Barcelone. La société fabrique, embouteille et distribue le célèbre soda dans 13 pays européens.

On conseille donc, au mieux, de prendre la tête d’un distributeur de sodas, au pire d’inventer sa propre boisson à succès.

Étudier à l’Esade

Faire ses études supérieures à l’Esade (École supérieure d’administration et direction d’entreprises), c’est une bonne garantie pour faire fortune. Sol Daurella, l’une des femmes les plus riches d’Espagne, ainsi que Ricardo Portabella, actionnaire fortuné, sont passés sur ses bancs.

Pour ceux qui souhaiteraient s’y inscrire, l’Esade possède un campus à Pedralbes et un autre à Sant Cugat, et les frais d’inscription pour la première année en « Direction d’entreprise » coûtent… 17 600 €.  Autrement dit, il ne faut pas partir de zéro.

Faire du yaourt

D’accord, le Barcelonais Ricardo Portabella n’est pas qu’actionnaire de Dadone France : il possède aussi des parts dans d’autres entreprises liées à l’investissement. Mais c’est tout de même en partie grâce aux relations de son grand-père avec Danone que Ricardo Portabella a amassé sa fortune actuelle. Un bon conseil : vendez des yaourts.

Fabriquer des médicaments

En ces temps de Covid-19, le débat sur le coût des médicaments est on ne peut plus actuel. Mais cela reste un truc infaillible pour devenir riche à Barcelone. Que ce soit Nuria Roura du groupe pharmaceutique Grifols, ou Antonio Gallardo d’Almirall, tout ce qu’il faut, c’est produire et vendre des médicaments pour devenir riche à Barcelone.

Concurrencer Inditex

En tout cas, c’est l’idée de Mango, marque de vêtements mondialement connue et dirigée par Isak Andic. Sa première boutique ayant ouvert sur le Passeig de Gràcia, pourquoi pas lancer sa propre marque sur la même avenue mythique, pour faire fortune ?

Ouvrir un casino

Sans grande surprise, les jeux d’argent rapportent. Aux gagnants, bien sûr, mais surtout aux fondateurs des entreprises qui les dirigent. Voilà la recette de Manuel Lao, fondateur du groupe de jeux d’argent Cirsa, pour devenir riche à Barcelone.

Hériter d’un riche parent

La famille, c’est important. C’est grâce à son père qu’Antonio Gallardo a récupéré des actions du groupe pharmaceutique Almirall, à Barcelone. Nuria Roura, quant à elle, a hérité de son mari Víctor Grifols, fondateur du groupe éponyme.

Il faut juste avoir un parent fortuné : c’est simple comme bonjour.

Habiller les mariées

C’est la success story d’Alberto Palachi, directeur de Pronovias. La société de robes de mariée que son père a fondée lui a même permis aujourd’hui d’investir dans l’immobilier et les œuvres d’art, une preuve qu’habiller des mariées est un bon plan pour devenir riche à Barcelone.

Parfumer

Tout le monde veut sentir bon, c’est une évidence. Et c’est comme cela que Manuel Puig, vice-président du groupe dirigeant Paco Rabanne et Nina Ricci, a construit sa fortune (et perpétué la tradition familiale) : en vendant des parfums, mais aussi des vêtements haute couture. CQFD.

Créer des vêtements bariolés

Peu de personnes portent du Desigual, et pourtant, la marque a l’air de cartonner : le propriétaire du groupe, Thomas Meyer, fait partie des plus grosses fortunes de Barcelone. Comme quoi, mettre de la couleur sur du tissu, ça rapporte.

Recommandé pour vous