A Barcelone, les enfants à vélo à l’assaut de la rue Aragó

Par Aurélie Chamerois

Depuis la rentrée dernière, les enfants de quatre établissements du quartier de l’Eixample se rendent à l’école tous les vendredis à vélo. Ce matin, une nouvelle ligne a été ouverte : elle emprunte la très passante rue Aragó.

Derrière l’image, tout un symbole. D’un côté, la rue Aragó, l’une des artères les plus larges de la ville, véritable autoroute urbaine fréquentée de jour comme de nuit. De l’autre, une armée d’enfants en vélos, tricycles et trottinettes, se rendant joyeusement à l’école. Deux visions de ce que devraient être les grandes métropoles de demain.

Depuis septembre dernier, une dizaine de parents ont instauré le « bicibus« . Un cortège de deux-roues se forme et emprunte un parcours bien défini pour desservir quatre écoles du quartier de l’Eixample. Le rendez-vous est donné à 8h25 vers le marché de Sant Antoni, mais les enfants peuvent rejoindre le cortège tout au long du parcours. Encadrés par les parents, mais aussi par deux voitures de la police municipale qui coupe la circulation au fil de l’avancée du peloton, les enfants se réapproprient l’espace urbain de manière sécurisée. « Ma fille ne raterait jamais le rendez-vous du bicibus, elle ne parle que ça toute la semaine, elle mange même des fruits le vendredi matin pour avoir plus de forces » raconte Nina, maman d’Olivia, 4 ans. Les enfants, eux, se rejoignent en début de cortège. « C’est mon jour préféré, on peut aller à l’école avec les amies » explique la petite Aitana, 7 ans.

Une revendication pour l’environnement

L’initiative a ému le monde entier, la presse internationale l’a relayée, des Etats-Unis au Luxembourg en passant par la France ou le Maroc. « Nous pourrions faire ça chez nous », s’enthousiasmait récemment une journaliste de la radio publique du Luxembourg. A Barcelone aussi, les « bici-viernes » ont fait des émules. Une vingtaine d’écoles supplémentaires veulent les mettre en place. Ce vendredi 19 novembre, une nouvelle « ligne » de bicibus a donc été lancée, depuis la place Letamendi jusqu’à l’école de la Model, empruntant  la très passant rue Aragó. Elle dessert 5 écoles.

Pour les parents, l’initiative représente aussi une véritable revendidation : faire reculer à Barcelone la place excessive laissée aux voitures pour la donner à des moyens de transports plus respectueux de l’environnement.  « La ville d’aujourd’hui n’est pas pensée pour tous, et surtout pas pour les enfants, explique Elisenda Alemany, maman présente au bicibus et conseillère municipale de la gauche indépendantiste (ERC), cette initiative représente les valeurs de l’avenir, et nous devons lui apporter notre soutien ». En prenant d’assaut ce  matin la rue Aragó, les adeptes de deux-roues ont gagné une bataille. Mais loin encore est la victoire de la guerre.

Recommandé pour vous