Un grand mafieux français capturé à Barcelone

Par Rédaction Equinox
mafieu français barcelone

La police catalane a arrêté Pierre Conrad Dadak, un milliardaire français célèbre pour être un “chef de guerre”. Il se trouvait dans le quartier de Ciutat Vella, en plein centre-ville de Barcelone

Deux mandats d’arrêt planaient sur Pierre Conrad Dadak pour des charges telles que le trafic d’armes. Le milliardaire français est poursuivi pour avoir collaboré avec certaines dictatures africaines. L’un des mandats d’arrêt pour lesquels le signalement a été lancé provient d’un juge de Marbella au motif d’un blanchiment d’argent. La toile d’araignée mafieuse s’étend jusqu’en Allemagne, pays qui demande d’ailleurs l’extradition du Français.

Déjà arrêté à Ibiza

C’est la deuxième fois que le milliardaire est arrêté en Espagne. En 2016, il a été capturé à Ibiza et a passé un an et demi derrière les barreaux pour la vente illégale de 200.000 armes au Soudan du Sud.

Dans son catalogue, l’homme vendait des AK47 et des chars, en collaboration avec la mafia italienne. Dadak était recherché en France, en Pologne (il possède la double nationalité), aux États-Unis, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et en Espagne où il a finalement été arrêté.

1826359

Images de l’arrestation à Ibiza en 2016

Depuis Ibiza, Dadak entretenait ses affaires avec des dirigeants africains corrompus, avec d’anciens agents des services secrets, avec la mafia marseillaise qui dirige le trafic de drogue dans le sud de l’Europe et avec la Solntsevskaya, l’une des organisations mafieuses les plus dangereuses de Russie.

Dadak contrôlait depuis l’Espagne un réseau de vente d’armes et de blanchiment d’argent capable de déplacer “entre 27 et 30 millions d’euros par mois”, selon ses propres termes enregistrés par la police lors d’écoutes. Depuis un luxueux manoir situé à Sant Josep De Sa Talaia, dans le sud de l’île, Dadak a transféré des fonds à Dubaï, en Thaïlande, au Vietnam, aux États-Unis, en Gambie et au Soudan, et a vendu des armes à Oman, en Pologne, en Colombie, en Bulgarie, en République tchèque, en Tunisie, au Nigeria, en Angola, en Inde et au Brésil. Dans son garage dormaient trois Bentley, deux Porsche, deux Ferrari, une Lamborgini Gallardo et une Aston Martin. La villa était sécurisée par des gardes du corps formés par l’armée.

Les Mossos d’Esquadra, qui l’ont arrêté dimanche dans le quartier de Ciutat Vella à Barcelone, cherchent maintenant à savoir ce que Dadak faisait dans la capitale catalane.

Recommandé pour vous