La micro-sieste de Dalí augmente les facultés cérébrales

Par Camélia Balistrou
Publié le Mis à jour le
dali

Les bienfaits de la sieste ne cessent d’être énoncés par les médecins. Récemment, des chercheurs ont démontré que les micro-siestes améliorent nos facultés cognitives. Explications. 

Faire des micro-siestes pour favoriser apprentissage et créativité ? C’est ce qu’a démontré l’étude réalisée en 2021 par des chercheurs de l’Inserm publiée dans la revue Science Advances. Néanmoins, cette méthode a initialement été adoptée par l’illustre artiste catalan Salvador Dalí au milieu du XXe siècle.

En effet, l’auteur de la Métamorphose de Narcisse avait pour habitude de se munir d’un couvert à la main, puis de s’endormir tout doucement. Dans son sommeil, lorsque ses muscles se décontractaient totalement, le couvert tombait tout naturellement. Ainsi, le bruit de la chute réveillait Salvador Dali. C’est à ce moment que l’artiste peignait et d’après ses dires, sa créativité n’a jamais été aussi fructueuse qu’après une micro-sieste.

Prouvé scientifiquement

Cette phase dite “hypnagogique” adoptée par Dali serait réellement efficace dans l’amélioration des capacités cognitives. En effet, l’étude réalisée par des chercheurs de l’Inserm auprès de 103 patients a confirmé cette hypothèse. Les chercheurs ont d’abord présenté aux participants un exercice de mathématique complexe à résoudre. Selon la description de l’étude, une petite astuce était cachée dans le problème et permettait de le résoudre très simplement. Seulement 16 % des patients ont trouvé tout de suite l’astuce. Ces derniers ont par la suite été écartés de l’étude.

Les tests se sont alors poursuivi avec les autres participants. Ces derniers ont été invités à s’isoler pendant 20 minutes, le temps d’une petite sieste, en tenant un objet dans la main afin d’être réveillés s’ils le faisaient tomber. Les fréquences de leur cerveau étaient également enregistrées, afin de savoir avec précision dans quelle phase du sommeil ils plongeaient. À leur réveil, les chercheurs leur présentaient encore le même genre de problèmes.

Résultat : après avoir passé 15 secondes dans une phase de “sommeil hypnagogique”, les chances de résoudre un problème sont multipliées par 3 ! D’après les constats de l’étude, 83 % des “micro-dormeurs” ont réussi à trouver la solution après la micro-sieste. Pour ceux qui n’ont pas réussi à s’endormir, le taux de réussite s’élevait seulement à 30 %. Et plus surprenant encore, les participants ayant atteint une phase de sommeil profond ont essuyé un taux de réussite de seulement… 14 %. La sieste triple donc les facultés cognitives, mais à condition de savoir doser son temps de sommeil !

Recommandé pour vous