Nouvel An à Barcelone : le Covid-19 a eu raison de la fête

Par Camélia Balistrou
Nouvel An à Barcelone

Nouvel An à Barcelone. Entre couvre-feu et variant Omicron, les Barcelonais ont finalement été peu nombreux à festoyer dans les rues de la ville en ce réveillon du Nouvel An.

Beaucoup de craintes, mais très de peu de fêtes pour la Saint-Sylvestre. C’est ainsi que l’on peut résumer l’ambiance de l’une des soirées les plus attendues de l’année. Quelques hauts-lieux de la fête à Barcelone, tels que le Port Olímpic, le Paseo del Born, la Barceloneta ou encore la Plaça de Catalunya, ont rassemblé plusieurs dizaines de personnes désireux de célébrer le Nouvel An.

Toutefois,  ces derniers ont rapidement quitté la voie publique avec résignation, dès 1 h du matin, horaire du couvre-feu. Passé quatre heures du matin, les rues et les plages étaient pratiquement vides. Les Mossos et la Guàrdia Urbana le reconnaissent par ailleurs : “Nous ne nous y attendions pas, mais la nuit a finalement été calme.”

Fêtes en demi-teintes

Les bars barcelonais, ouverts jusqu’à minuit, avaient de longues files d’attente. L’envie de danser et de festoyer était présente, bien que la ferveur ait été atténuée par le couvre-feu et la batterie de règles anti-Covid.

Dans la rue, nombreux étaient les passants à tenir des bouteilles d’alcool et les terrasses étaient pleines. De manière totalement improvisée, la Plaça de Catalunya s’est remplie aux alentours des douze coups de minuit pour la traditionnelle consommation des 12 grains de raisin en 12 secondes pour une année de prospérité. D’autres Barcelonais transportaient avec eux des bouteilles de cava et dansaient sur l’emblématique place de la cité comtale en jouant avec des confettis et des sifflets sans gêne, le tout accompagné de musique.

Absence de botellones

Alors que les forces de l’ordre s’attendaient à une nuit plutôt tendue, marquée par la lassitude des Barcelonais envers la crise sanitaire et des botellones (beuveries de rue), la soirée s’est déroulée dans le calme. À une heure du matin dans le Born, il restait à peine 70 personnes dans la rue estiment les Mossos. La fête s’est estompée après deux heures du matin selon les forces de l’ordre.

Aux abords du Port Olympique, de nombreux Barcelonais et touristes ont participé aux soirées des discothèques et du casino. Après leur fermeture forcée à 1 h du matin, les participants ont investi la plage de Somorrostro où quelques tensions, notamment des altercations et quelques vols ont été recensés par la police. À partir de 4 heures du matin, les derniers irréductibles quittaient la plage, délogés par la police anti-émeutes. Toutefois, le rassemblement était loin de l’effervescence des botellones qui ont rythmé tout l’été 2021 à Barcelone.

À lire aussi : Entre alcool et fête, les botellones rythment l’été barcelonais

Festivités à la maison

La fête n’était donc pas, ou très peu, au rendez-vous dans les rues de la capitale catalane. Néanmoins, de nombreuses soirées ont eu lieu à l’intérieur des maisons. Dans plusieurs quartiers barcelonais, de la musique, des chants et des lumières provenant des habitations étaient perceptibles.

Même si les contrôles étaient difficilement réalisables, les agents confirment que la majorité des fêtes privées se sont déroulées dans le respect des restrictions sanitaires, à savoir un rassemblement de moins de dix personnes dans un lieu clos.

D’après les forces de l’ordre, beaucoup de riverains ont décidé de louer une maison rurale ou d’aller dans des zones éloignées de Barcelone pour célébrer le Nouvel An. Pour d’autres, la fête a commencé dès 18 heures pour profiter au maximum de la soirée avant le passage à 2022.

 

Nouvel An à Barcelone : le Covid-19 a eu raison de la fête

Recommandé pour vous