10 règles d’or pour survivre à Barcelone

Publié le Mis à jour le

Pour les nouveaux venus ou les touristes, il n’est jamais facile de se débrouiller dans la jungle qu’est Barcelone. Voici les 10 conseils d’Equinox pour survivre dans la capitale catalane.

Barcelone, c’est la jungle”, diront certains. Comme pour beaucoup d’autres très grandes villes, vivre dans la capitale catalane n’est pas toujours simple. Voici les 10 règles d’or d’Equinox pour survivre dans cette ville sauvage.

Nº 1 : Ne pas sortir quand il pleut

Vraiment. Même pour les nordistes et les bretons. Parce que quand il pleut à Barcelone, ce n’est pas un petit crachin, ce sont des cordes. Les rues s’inondent vite, l’eau s’évacue mal et voitures et métros circulent difficilement.

Parfois même, il y a des crocodiles dans les flaques d’eau. Une jungle, on vous dit.

Nº 2 : Parler espagnol ou catalan

On ne va pas se mentir, ça va être coton de parler anglais à la boulangère de quartier ou chercher des documents administratifs traduits. Il va falloir apprendre les dialectes locaux pour parler aux autochtones, et s’intégrer un peu à la tribu.

Nº 3 : Ne pas sortir son téléphone sur la Rambla

C’est simple : si Barcelone est une jungle, la Rambla est le fleuve Amazone : plein de piranhas et de caïmans. Et votre téléphone portable, ou votre portefeuille, sont leur proie.

Un bon conseil : ne les sortez pas à la vue de tous, que ce soit sur la Rambla, dans le Port Vell, sur la promenade de la Barceloneta, devant la Sagrada Família ou encore sur la plaça Catalunya.

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Nº 4 : Prévoir du temps pour la paperasse administrative

À Barcelone, le roi de la savane, ce n’est pas le lion mais la bureaucratie. Lorsqu’on s’installe, il faut prévoir au moins 6 mois pour remplir toute la paperasse administrative. Et encore, c’est très court. Certains vivent même avec un padrón périmé, tellement demander son renouvellement est long et fastidieux. 

Nº 5 : Aimer la cuisine à l’huile

De l’huile par-ci, de l’huile par-là, de l’huile partout ! À Barcelone, trouver un endroit où manger un plat cuisiné au beurre est un véritable parcours du combattant. Il va falloir vous y habituer, ou bien toujours cuisiner chez vous.

Mais au moins, l’huile, ça conserve (ça marche pour les légumes, en tout cas).

Photo : Hostelería Salamanca

Nº 6 : Connaître son NIE par coeur

Si vous avez bien suivi notre quatrième conseil, vous devriez avoir votre NIE, votre numéro d’identité étranger. Retenez-le bien: dès à présent, on vous le demandera absolument partout. Dans l’administration, au travail, chez le médecin, et même pour se faire une carte de métro.

Les Barcelonais en rêvent même la nuit, et connaissent mieux leur NIE que le numéro de téléphone de leur mère.

Nº 7 : Faire attention aux trottinettes

Lorsqu’on traverse une piste cyclable, il faut être on ne peut plus vigilant. Les trottinettes électriques sauvages peuvent débarquer de nulle part, et leur course peut dépasser les 30 km/h ! Même conseil pour les troupeaux de rollerskaters, qui fauchent (presque) tout sur leur passage. Une espèce particulièrement présente à Barcelone, d’ailleurs.

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Nº 8 : Ne pas essayer de se garer dans la rue

C’est un conseil d’ami : n’essayez pas de vous garer en voiture dans une rue de Barcelone. Vous y passeriez des heures, et finiriez par vous rabattre sur un parking privé. Déjà, pour comprendre la circulation dans la capitale catalane, il faut être un expert ; ne perdez pas de temps et d’énergie, prenez un taxi.

Nº 9 : Télécharger les applis de mobilité

On vous l’a dit, se déplacer à Barcelone, c’est toute une histoire. Si la voiture n’est pas une option (sauf si vous êtes fou), le métro n’est pas toujours le moyen le plus rapide.

Mais les Barcelonais ont toutes les combines : l’application de vélo Bicing, qui permet de trouver un vélo et où le garer, et l’application Freenow, qui commande un taxi en un rien de temps. Eh oui, il faut être malin pour survivre à Barcelone.

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Nº 10 : Ne pas aller à la Boqueria un samedi midi

À moins de vouloir mourir étouffé entre les touristes et les stands de jus de fruits, ne commettez pas l’irréparable. N’allez pas au marché de la Boqueria un samedi midi.

De manière générale, un Barcelonais vous dira même de ne jamais vous rendre à la Boqueria. Mais l’expérience de déambuler dans une jungle de fer forgé, pleine de fruits exotiques et de touristes venus des quatre coins du monde, vaut tout le même le détour.

À lire aussi : 10 choses plus chères en Espagne qu’en France

Recommandé pour vous