La pluie à Barcelone, un résultat du réchauffement climatique

Publié le Mis à jour le
pluie barcelone

Malgré le cliché de la sécheresse comme unique conséquence du changement climatique, la pluie en fait aussi partie, à Barcelone. Les précipitations devraient devenir plus espacées, mais aussi plus torrentielles. 

Photo : Laura Guerrero/Ajuntament

Si les robes courtes et les sandales commencent à pointer le bout de leur nez, dans les rues de Barcelone fin avril, ce n’était pas le cas il y a un mois : en mars, la mode était plutôt aux bottes en caoutchouc et aux parapluies. Barcelone a accumulé 89,5 millimètres de précipitations, selon les chiffres de l’Observatoire Fabra, qui scrute en continu le ciel de la ville du haut du Tibidabo. On dénombre pas moins de 17 jours de pluie plus ou moins intenses, et notamment avec la tempête Celia qui s’est invitée mi-mars et a aussi soufflé avec force sur la ville. Mars s’est même terminé avec de la grêle, le 31.

pluie barceloneCartes : Service météorologique de Catalogne

En bref, un mois extrêmement humide, bien loin du cliché des sécheresses torrides dues au réchauffement climatique. Et pourtant, cette période pluvieuse est elle aussi liée, d’une certaine manière, au dérèglement climatique. Car les mois de janvier et février ont, quant a eux, été très secs, remarque María del Carmen Llasat Botija. Docteure en Physique à l’Université de Barcelone et spécialiste en hydrométéorologie, elle explique que ces deux mois sans précipitations importantes suivis d’une longue période de pluie s’équilibrent. “Si l’on fait la somme des trois mois de l’année et qu’on les compare avec la moyenne de ce trimestre sur plusieurs années, il y a peu de différences, et il y a même des régions où il a encore moins plu.”

Ce mois de mars pluvieux “rattrape” donc, d’une certaine manière, ce qui n’est pas tombé en janvier et février, considérés comme des mois anormalement secs par le service météorologique de Catalogne.

Pluies torrentielles et sécheresses, combo à venir à Barcelone

La pluie du mois de mars n’est en elle-même pas une conséquence directe du changement climatique ; “c’est un mois durant lequel il pleut plutôt beaucoup, en général en Catalogne”, selon la spécialiste. Le dérèglement du climat se remarque plutôt avec les mois de janvier et février très secs, qui peuvent en être une répercussion. 

pluie barcelonePhoto : Alfons PC/Observatori Fabra

Mais à long terme, oui, il devrait tomber sur Barcelone des pluies plus diluviennes à cause du changement climatique. “Les scénarios penchent vers une augmentation de la torrentialité de la pluie dans toute la zone méditerranéenne, surtout dans le bassin nord, qui affecterait l’Espagne et la France”, précise María del Carmen Llasat Botija. “Cela signifie des pluies plus fortes, concentrées sur peu de temps, et des périodes sèches plus longues.” 

Le changement climatique, ce n’est donc pas qu’une chaleur étouffante et un sol brûlant sur le Passeig de Gràcia ; c’est aussi des pluies torrentielles qui ruissellent le long des trottoirs de Barcelone, et des flaques d’eau dans la station de métro de la Plaça Catalunya. 

À lire aussi : Réchauffement climatique : la Catalogne, « point chaud » mondial

Recommandé pour vous