Les pigeons de Barcelone prennent la pilule

Publié le Mis à jour le
pigeon barcelone

Afin de contrôler la population de pigeons, la mairie de Barcelone a mis en place un système de stérilisation des oiseaux, via de la nourriture anticontraceptive. 

Photo : Laura Guerrero/Ajuntament

Avec 103 226 individus au dernier recensement, on peut dire que les pigeons sont eux aussi des Barcelonais. On en trouve environ 1700 par kilomètre carré, soit quatre fois plus que ce qui est recommandé. 

Face à cette proportion démesurée, la mairie de Barcelone a mis au point une stratégie qui peut faire sourire : donner la pilule aux pigeons. Ce n’est pas une plaisanterie, mais bien ce qui est mis en place actuellement pour contrôler la population grâce à la stérilisation. Ce système, mis en place depuis 2017, a permis l’installation de mangeoires dispensant une nourriture anticontraceptive, à base de maïs et de nicarbazine. 

Actuellement, Barcelone compte 44 mangeoires de ce type pour 36 colonies de pigeons. Elles sont situées aux endroits où les oiseaux sont les plus nombreux ou dérangent le plus, comme juste derrière le marché de la Boqueria. 

Grâce à cette stratégie, la population de pigeons aux endroits où l’anticontraceptif était donné a été réduite de 60 % en 5 ans. C’est donc une façon très efficace de contrôler le nombre de pigeons à Barcelone, tout en étant “éthique et respectueuse”, affirme la mairie : aucune capture n’est nécessaire. 

Les pigeons de Barcelone, un potentiel risque sanitaire

Si la population de pigeons doit être étroitement surveillée, à Barcelone, c’est surtout pour des raisons sanitaires : ces oiseaux, tout comme d’autres animaux, peuvent être porteurs de maladies transmissibles à l’Homme, et plus ils sont nombreux, plus le risque grandit. De plus, les pigeons peuvent dégrader du mobilier urbain ou des bâtiments, à cause de leurs nids ou de leurs déjections. Et dans les zones d’agriculture, l’animal peut aussi ruiner une partie de la récolte. 

D’ailleurs, les pigeons semblent déranger de plus en plus les Barcelonais. Les plaintes concernant ces volatiles ont augmenté de 67 % entre 2020 et 2021, avec pas moins de 1504 plaintes l’année dernière. Une grande partie d’entre elles concerne les personnes qui les alimentent sur la voie publique. 

pigeon barcelonePhoto : Edu Bayer/Ajuntament

Ces “nourrisseurs” de pigeons sont d’ailleurs dans la ligne de mire de la mairie : selon les autorités, c’est en grande partie à cause d’une nourriture trop abondante et trop accessible que les pigeons prolifèrent au-delà des limites raisonnables. La ville de Barcelone appelle donc à ne pas nourrir ces animaux, et a même lancé un programme pour que les agents de quartier, éducateurs spécialisés et policiers identifient les personnes qui nourrissent trop et trop souvent les pigeons. “L’objectif est d’interagir avec des personnes pour qu’elles réduisent voire cessent cette activité”, tout en sachant qu’alimenter les pigeons n’est pas interdit par la loi. 

Mais même si la mairie semble tout faire pour limiter le nombre de pigeons, elle insiste : il n’est pas question de les faire disparaître de Barcelone. Ils “constituent une valeur ajoutée à la beauté de n’importe quelle ville”, lorsque leur population est contrôlée, qu’ils ne sont pas porteurs de maladies et ne dérangent pas là où ils sont. “Leurs vols et leurs roucoulements embellissent les places et jardins et sont autant une manière de s’amuser pour les enfants qu’un décor reposant pour les personnes âgées. Les pigeons, tout comme les chiens et les chats, n’ont pas envahi les villes, ce sont nous, les habitants, qui à un moment ou à un autre avons contribué à ce qu’ils vivent parmi nous.” Pour mieux cohabiter avec les pigeons, il vaut donc mieux ne pas les nourrir, pour qu’ils prennent bien leur pilule.

À lire aussi : Les animaux de Barcelone vont-ils disparaître ?

Recommandé pour vous