Les boat parties, des fêtes de rêve illégales sur la Costa Brava

Publié le Mis à jour le
boat party costa brava

Au cœur du splendide décor de la Costa Brava, ces fêtes organisées sur des bateaux peuvent faire rêver. Mais de nombreuses sont en réalité illégales, et en dérangent plus d’un.

Photo : El País

Une eau bleu turquoise, des rochers ocre, des pins parasols et le bleu du ciel. Une fête dans un décor de rêve, au soleil et en maillot de bain, musique entraînante et un peu d’alcool aussi pour s’amuser. Voici la face brillante des boat parties, ou “abarlofiestas” (du mot “abarloar”, ‘accoster’), sur la Costa Brava, comme on les présente sur les réseaux sociaux. Mais tout n’est pas rose, et ces fêtes en bateau ont aussi un revers bien moins attrayant.

La semaine dernière, au large d’une petite plage de Calella de Palafrugell, dans la Cala del Golfet, les Mossos d’Esquadra ont dû intervenir lors d’une fête qui concentrait quatre embarcations. La musique, à un niveau sonore élevé, dérangeait les baigneurs à proximité. Mais si trois bateaux ont accepté de baisser le volume, les occupants du quatrième ont refusé de coopérer et ont nargué les autorités en faisant résonner l’hymne national espagnol. Cinq plaintes ont été ouvertes en tout contre le propriétaire du bateau, car en plus du niveau sonore, l’immatriculation du bateau n’était pas visible, la sécurité du bateau n’était pas assurée et le propriétaire était ivre. 

Sur les réseaux sociaux, une baigneuse a remercié les Mossos pour leur intervention et dénoncé les participants de la boat party. “Leur mauvaise éducation n’a pas de limites. Quand les Mossos s’approchent, ils baissent la musique (quatre enceintes sur un bateau pneumatique), mais dès qu’ils sont partis ils la remettent très fort. Pourquoi ont-ils le droit de déranger ? Irresponsables, égoïstes et mal élevés”, se lamente Marta. 

La côte de Palafrugell, repaire de boat parties

Pour la police catalane, les interventions du genre ne sont pas rares, en particulier au large de Palafrugell, comme à la Banyera de la Russa et à la Cala del Golfet, zone où les Mossos reçoivent le plus de plaintes concernant les boat parties. L’organisation de ces fêtes est souvent la même, expliquent les autorités : un profil anonyme poste une annonce de boat party sur les réseaux sociaux, invitant qui le souhaite à se joindre à eux en bateau. Le profil des participants est souvent similaire : “une personne jeune, d’une famille de classe moyenne voire aisée, qui utilise le bateau familial pour assister à ce type de rassemblements”, expliquent les Mossos. “Ce sont souvent des gens en vacances, et/ou qui possèdent une résidence secondaire sur la Costa Brava.”

Mais déjà à ce stade, ces rassemblements ne sont pas légaux. La police explique que pour tout rassemblement en bateau, il faut non seulement obtenir des autorisations, mais aussi être assuré en circonstance et posséder tout l’équipement de sécurité nécessaire, ce que toutes les boat parties ne font pas. Et la pratique est dangereuse, autant pour les bateaux que pour leurs occupants eux-mêmes, qui passent d’embarcation en embarcation sans toujours respecter la limite de personnes à bord. La consommation excessive d’alcool est souvent aussi de la partie, expliquent les Mossos, rendant difficile le respect de toutes les règles de sécurité… mais aussi de civisme. 

Un volume sonore souvent élevé

Les plaintes les plus fréquentes sont liées au dérangement des occupants d’autres bateaux et des baigneurs, en raison du volume de la musique”, selon la police. Car la majorité des usagers de ces petites criques recherchent la tranquillité et la connexion avec la nature, plutôt qu’une forte musique et des groupes de bateaux agités. Mais les baigneurs ne sont pas les seuls dérangés. 

boat parties costa bravaPhoto : Marta G./Twitter

Ces boat parties ont aussi un impact écologique, suite à la pollution et au bruit générés dans des espaces naturels protégés. Des facteurs qui peuvent faire fuir les animaux marins, mais aussi abîmer le fond de l’eau en jetant l’ancre où cela n’est pas permis. Une association, Salvem el Golfet, dénonce d’ailleurs les effets néfastes des fêtes en bateau organisées dans la Cala del Golfet, au large de Calella de Palafrugell. Mais pour la mairie de Palafrugell, les autorités locales ne peuvent pas prendre de mesures sur le sujet et celui-ci est relégué à la Generalitat. 

Les Mossos, seule dissuasion

La seule solution pour limiter les dégâts et le dérangement semble être, pour le moment, l’intervention des Mossos. lls expliquent déjà agir en amont, en contactant les organisateurs de boat parties annoncées sur les réseaux sociaux, pour les dissuader en leur exposant les conséquences que pourraient avoir la fête. Et lorsque des baigneurs signalent un dérangement lié à une boat party, la police s’y déplace pour contrôler l’embarcation et limiter les nuisances sonores. Mais avec ce seul dispositif pour limiter les boat parties, le phénomène ne risque pas encore de disparaître, sur la Costa Brava.

À lire aussi : La mer de Barcelone se réchauffe, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Recommandé pour vous