Search for content, post, videos

L’emploi de plus en plus précaire à Barcelone

cafetiere cafe espagne

La précarité de l’emploi continue de s’accroître à Barcelone. Pour faire face au chômage et aux multiples inégalités, la municipalité a mis en place une série de mesures. 

À Barcelone, les contrats de longue durée et indéfinis se font rares. En effet, les contrats de travail temporaires sont de plus en plus courts à Barcelone, 39,7% durent moins d’un mois, un constat plutôt inquiétant. De plus, ce type de contrat est surreprésenté. Les contrats temporaires correspondent à 86,7% de la totalité des contrats signés. Parmi les nouveaux contrats, plus de la moitié (56%) ne dépassent pas les six mois. En 2015, seuls 0,5% étaient de plus d’un an.Enfin, seuls 13,3% des contrats sont indéfinis.


Lire aussi l’article : 1 travailleur catalan sur 10 en risque de pauvreté


Selon les données révélées par El País, l’inégalité entre les quartiers représente un autre point préoccupant. Par exemple, dans les quartiers de Pedralbes et Sarrià, le chômage est inférieur à 3,5%, tandis qu’à La Marina de la Zona Franca et Ciutat Meridiana, il dépasse les 15%. Il est donc cinq fois plus important. À Barcelone, le taux de chômage s’élève à 13,4%, ce qui représente 80.344 personnes.

Des mesures en faveur de l’égalité

Consciente de cette précarité de l’emploi, la mairie de Barcelone a présenté mardi 13 septembre la “Stratégie pour l’Emploi à Barcelone”, avec la participation d’une cinquantaine d’entités et d’agents sociaux. Ce plan se compose de trente mesures pour lutter contre le chômage et la précarité, mais aussi pour “donner la priorité aux plus vulnérables”.

Le premier adjoint à la mairie de Barcelone, Gerardo Pisarello, a expliqué que la stratégie incorporera des critères précis comme la lutte contre la discrimination salariale des femmes ou la création d’un réseau de services plus proche des citoyens. La différence salariale entre les hommes et les femmes est de 28%. “Nous ne pouvons pas sortir de la crise avec une Barcelone divisée” a expliqué Gerardo Pisarello, qui affirme souhaiter plus de diversité dans le monde du travail barcelonais, en évitant la discrimination contre les personnes LGBT, les immigrés et les personnes handicapées. Avec un taux de chômage s’élevant à 13,4%, Barcelone dépasse de quatre points la moyenne européenne mais reste bien en-deçà de la moyenne espagnole.