Search for content, post, videos

Espagne – Ce que la nouvelle loi immobilière va changer pour les locataires

Le Conseil des Ministres a approuvé le mois dernier une série de mesures urgentes pour le secteur immobilier, destinées à protéger davantage les locataires. 

Le gouvernement espagnol a passé un décret royal-loi qui modifie cinq lois s’appliquant actuellement aux locataires et propriétaires dans le but de répondre à la “difficile situation du marché de la location” en particulier dans les grandes villes. A Barcelone, les prix des loyers n’en finissent plus de s’envoler, dépassant désormais les tarifs de la bulle immobilière avec un prix moyen à 916 euros.


Lire aussi : Comment économiser sur son loyer à Barcelone? 


Les mesures doivent être approuvées par le Congrès des Députés espagnols au cours du mois de janvier et ne seront pas rétroactives. La nouvelle réglementation sur la location en Espagne s’applique uniquement sur les nouveaux contrats.

Des baux plus longs

La durée du contrat de location passe de trois à cinq ans. Si le propriétaire est une personne juridique (entreprise ou fonds d’investissement), le contrat devra alors avoir une durée minimum de sept ans. La prorogation tacite du contrat, actuellement d’un an, passe à trois ans. Il s’agit en réalité d’un retour à la loi de 1994, modifiée en 2013 par le gouvernement Rajoy en faveur des propriétaires.

Une caution de trois mois maximum

Finies les demandes de caution de six mois voire plus. Alors que la loi impose un mois de caution minimum, elle ne prévoyait jusqu’ici aucun maximum. Désormais, le propriétaire ne pourra pas demander plus de trois mois de loyer en garantie.

De plus, les frais d’agence seront pris en charge par le loueur si celui-ci est une personne juridique.

Impossibilité de rupture anticipée

Le propriétaire ne pourra pas mettre fin au contrat de location quand bon lui semble, sous prétexte qu’il veut récupérer son bien. Désormais il devra attendre la fin légale du bail.

Des expulsions moins rapides

Les ménages les plus vulnérables auront plus de temps pour régulariser leur situation en cas de loyers impayés. Les services sociaux pourront paralyser la procédure d’expulsion durant un ou deux mois pour les y aider.

Protection contre les appartements touristiques

Les communautés de voisins pourront limiter ou interdire les logements touristiques s’ils obtiennent une majorité des trois cinquièmes des propriétaires de l’édifice.