Ada Colau peut-elle vraiment être réélue maire de Barcelone?

par Nico Salvado
ada colau mairie de Barcelone

Compliqué, mais pas impossible. Ada Colau tente de briguer quatre ans de plus à la tête de Barcelone. 

Le champ politique représentant les nuances de gauche lors des municipales de Barcelone est saturé. Socialiste (Jaume Collboni), post-socialiste (Manuel Valls), indépendantiste (Ernest Maragall), radicale (Anna Saliente). Il est peu dire qu’Ada Colau, qui tente d’agglutiner le camp progressiste autour de sa personne, a de la concurrence. Pire encore pour la maire sortante, son bilan est son boulet. Près de 2 Barcelonais sur 3 n’ont pas confiance en elle pour résoudre les problèmes de la ville selon le centre d’études sociologiques dans une enquête en date du 3 mars commandée par le pure player Metrópoli Abierta.

Une défiance de l’électorat qui se traduit dans les sondages :  depuis le second semestre 2018, pas une seule enquête ne donne Colau en tête. Ernest Maragall, ancien Ministre de l’action extérieure de la Catalogne a le vent en poupe. Le Républicain semble le favori avec des scores allant de 21 à 26%, là où Colau ne franchit jamais la barre des 20%.

Déception

Conflit entre les taxis et les VTC, insécurité, vendeurs illégaux, expulsions locatives, gestion du tourisme : Ada Colau n’a pas su trouver les bons remèdes lors des quatre dernières années pour contenter ses administrés. Peu claire dans son positionnement sur l’indépendance de la Catalogne, distante avec les populations européennes résidentes à Barcelone, le public d’Ada Colau semble être réduit à la portion congrue.

Faut-il pour autant déjà enterrer la postulante au second mandat? Non, car la candidate Ada, brillante débatteuse et médiatiquement impeccable, peut redonner de la lumière à une décevante mairesse Colau.

Il reste trois mois avant les élections. Contactées par Equinox, les équipes d’Ada Colau annoncent une campagne “positive” pour contrer à la fois le discours apocalyptique de Manuel Valls et le stress que génère le conflit indépendantiste. L’élection sera très serrée, peut-être la plus disputée à Barcelone depuis le retour de la démocratie. De plus, le scrutin sera sans doute impacté par le résulta des élections législatives anticipées le 28 avril qui peut accoucher d’une coalition-droite et extrême-droite.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales