Search for content, post, videos

PRINTEMPS – Une concentration de pollen élevée et inédite à Barcelone

L’arrivée du printemps réjouit certains Barcelonais. Mais mauvaise nouvelle pour les personnes allergiques, le pollen sera particulièrement puissant cette année.

Les allergiques au pollen vivront un printemps compliqué en Catalogne. Selon les chercheurs du Réseau Aérobiologique de Catalogne de l’Institut de Science et Technologie Environnementale de la UAB, les niveaux de concentration de pollen dans l’air sont très élevés.

Depuis quelques jours, les symptômes ont commencé à se manifester chez les personnes allergiques. Elles doivent supporter des picotements au niveau des yeux et du nez, des éternuements, mais aussi le nez bouché et de l’asthme provoquant des difficultés à respirer. Teresa Garriga, allergologue à l’hôpital Vall d’Hebron, affirme que les allergies ont doublé au cours de ces quinze dernières années dans les pays développés, touchant des personnes de plus en plus jeunes. De plus, les patients deviennent allergiques à différents types de pollen, ce qui a pour conséquence des symptômes présents toute l’année.

Un hiver trop doux

Plusieurs facteurs expliquent cette concentration de pollen sur le territoire catalan. Les pluies importantes de cet automne et les températures douces de cet hiver ont provoqué la pollinisation de plusieurs espèces. Les experts observent depuis la station de Bellaterra en banlieue de Barcelone que la pollinisation du cyprès, plante qui fleurit durant le premier trimestre de l’année, n’avait pas été aussi haute que depuis 1994. Ils affirment que le phénomène pourrait s’étendre à d’autres arbres de Barcelone, comme les platanes ou les oliviers. Le taux important de pollution dans la capitale catalane favorise également la pollinisation.

Pour arriver à des taux normaux pour la saison, il faudrait de fortes pluies durant la journée afin que le pollen soit au sol et non dans l’air. L’autre solution serait une hausse des températures soudaine pour stopper la pollinisation plus tôt que prévu. En attendant, Teresa Garriga recommande de suivre un traitement prescrit par un médecin.