Search for content, post, videos
election barcelone

Les 5 interviews Equinox qui ont marqué la campagne de Barcelone

Dimanche les Barcelonais, Français inclus, voteront pour choisir leur nouveau maire. Retour sur les 5 interviews qui ont marqué la campagne électorale.

1. Manuel Valls et son bilan en France

Si Manuel Valls est un nouveau venu sur la scène politique barcelonaise, l’ancien Premier ministre à un long parcours derrière lui en France. Le fil conducteur de cette interview exceptionnelle est de mettre en parallèle les positionnements de Manuel Valls en France avec les enjeux locaux. Extrême droite, prison préventive des indépendantistes, insécurité, une interview tendue car elle traite les thèmes en profondeur.

2. Ada Colau face à ses contradictions

Il y a la militante Ada qui a fait beaucoup de promesses pendant la campagne et la maire Colau avec son bilan en demi-teinte. Échec sur la sécurité, réussite sur le logement, la maire de Barcelone s’explique au micro d’Equinox. Avec un moment particulièrement délicat où elle tente d’expliquer pourquoi la mairie a préféré fermer le restaurant social Mescladis au profit d’un riche entrepreneur.

3. Artur Mas attaque le favori des sondages sur son âge

Le favori des sondages pour gagner la mairie est Ernest Maragall. L’indépendantiste de gauche, âgé de 76 ans, est dans la vie politique depuis les années 70. La famille Maragall, qui a dirigé la mairie de Barcelone et la Catalogne au cours des années 90 et 2000, est en rivalité depuis toujours avec le centre droit indépendantiste. Artur Mas fut l’un des premiers sur Equinox à ne pas mâcher ses mots sur l’âge de Maragall.

3.bis Elsa Artadi, va plus loin qu’Artur Mas et déclenche un incident politique

“Quand Ernest Maragall a commencé à travailler à la mairie de Barcelone, non seulement je n’étais pas née mais mes parents n’étaient même pas mariés, dire qu’il a 76 ans c’est une évidence, et dire qu’il ne représente pas le futur, c’est une autre évidence”. Dans son interview pour Equinox Elsa Artadi, la candidate du parti de Carles Puigdemont à la mairie de Barcelone, en a rajouté une couche sur l’âge d’Ernest Maragall. Aussitôt diffusée sur Equinox, l’interview est reprise par l’ensemble de la presse et des agences catalanes. S’en était trop pour Ernest Maragall, qui a commenté les déclarations d’Elsa Artadi s’estimant surpris et déçu par la violence gratuite de la jeune femme.

4. Ernest Maragall ne veut pas du laxisme en matière de sécurité

Le candidat républicain, qui possède une profonde culture de la France, confie au micro d’Equinox ne pas vouloir tomber dans le piège du laxisme en matière de sécurité. “Je ne répéterai pas l’erreur de la gauche française qui a laissé à la droite la défense de la sécurité” affirme Maragall.

Francophone et francophile, Maragall lance une ode aux Français de Barcelone: actif indispensable pour la ville, particulièrement les entrepreneurs. Pour Maragall, les Français sont un allié dont Barcelone ne peut pas se passer.

5. Carles Puigdemont appelle les Français de Barcelone a voter pour sa candidature

En marge des municipales qui auront lieu ce dimanche, l’élection européenne à laquelle les Français de Barcelone pourront participer. L’ancien président catalan Carles Puigdemont affirme sur Equinox:  “partager avec les Français de Barcelone la même préoccupation pour l’Europe”. Par ailleurs, à la question de savoir ce qui lui manque le plus depuis qu’il a quitté la Catalogne, Puigdemont visiblement ému confesse: “la famille, ma ville, mes amis… ces choses quotidiennes que, quand nous les avons, on ne les remarque pas, mais quand on ne peut plus les avoir, elles nous manquent beaucoup”.