À Barcelone, la vente ambulante de canettes cache des trafics de drogue

par Rédac Equinox
barcelona

À Barcelone, les touristes comme les habitants peuvent acheter des bières facilement, grâce aux vendeurs ambulants présents en centre-ville. Mais cette vente illégale a pour conséquences des trafics de drogue et des risques pour la santé.

Photos: Equinox 

“Cerveza beer amigo?”, les Barcelonais ont l’habitude d’entendre ce refrain. Les vendeurs ambulants apparaissent à la tombée de la nuit, à la sortie d’événements ou même sur les plages. L’été en inspire certains pour proposer des boissons de saison, comme les mojitos. Les “lateros” comme ils sont appelés en espagnol, vendent des canettes de bière, autour d’un euro l’unité, bien que le prix varie en fonction de la négociation du client. En 2018, ce sont 442.626 boissons qui ont été saisies par la police municipale, contre 463.598 en 2017. Ces chiffres de la Guardia Urbana représentent une légère baisse, mais il reste toutefois difficile d’affirmer que la vente a baissé explique la police.

Un autre problème se cache derrière les vendeurs ambulants: le trafic de drogue. Certains proposent en réalité des substances illégales. Il y a quelques jours, cinq vendeurs de canettes de bière ont été arrêtés car ils proposaient différents types de drogue aux touristes dans les rues. Deux appartements en centre-ville de Barcelone servaient comme points de vente, dans lesquels la police a retrouvé de la cocaïne, de l’ecstasy, du cannabis et bien d’autres substances. Une source policière aurait confié à nos confrères d’El Periódico, qu’une mafia pakistanaise tire les ficelles. “Elle est liée au trafic de drogue et à l’exploitation des personnes, grâce à sa facilité à faire de fausses pièces d’identité” affirme-t-elle. Une situation qui engendre également des bagarres et règlements de compte.

barcelone centre ville

D’un autre côté, l’Association des Travailleurs Pakistanais de Barcelone estime qu’actuellement 500 Pakistanais gagnent leur vie en étant vendeurs ambulants, dont une centaine en vendant de la drogue. Le président de l’association, Javed Ilyas, rappelle que la situation est liée à l’exclusion des immigrés, la pauvreté et leur impossibilité de travailler légalement sans avoir de papiers.

Risques pour la santé

En parallèle, ce qui préoccupe la police municipale, ce sont les conditions d’hygiène qui laissent à désirer. La vente ambulante étant illégale “ces boissons ne passent par un contrôle sanitaire, ce qui est représente un vrai risque pour la santé” explique Bárbara Soler porte-parole de la Guardia Urbana. Pour avoir des boissons fraîches à portée de main, elles sont souvent cachées dans des poubelles ou bouches d’égoût, situées à proximité des emplacements des vendeurs.

Elle ajoute que pour mettre une amende, la police doit prendre en flagrant délit de vente, en observant un échange d’argent entre un vendeur et un client. Si certains Barcelonais s’interrogent sur les éventuelles conséquences d’un changement de mairie, la Guardia Urbana affirme “que ça n’aura aucun impact sur leur travail”. 

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales