Manuel Valls en négociation pour devenir ministre espagnol des Affaires étrangères

par Nico Salvado

Manuel Valls s’est rapproché des socialistes après avoir favorisé l’alliance entre Ada Colau et Jaume Collboni à la tête de la mairie de Barcelone. 

Mis à jour le 26/6/2019

C’est Moncloa.com, que l’on peut comparer au journal Le Canard enchaîné, qui a sorti l’information cet après-midi. Toujours bien informé, le site explique que Manuel Valls a rencontré l’équipe du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez dans le restaurant madrilène Las Tortillas de Gabino. L’ordre du jour de la rencontre informelle portait sur l’entrée de Manuel Valls au sein du prochain gouvernement espagnol. La place de ministre des Affaires extérieures est vacante: l’actuel chef de la chancellerie, Josep Borrell va quitter son poste, ayant été élu député européen.

Les affaires extérieures sont un sujet sensible depuis le conflit catalan. Carles Puigdemont depuis Bruxelles et le gouvernement catalan à Barcelone expliquent dans les médias internationaux que l’Espagne est une démocratie faible et que les indépendantistes incarcérés sont des prisonniers politiques. Josep Borrell incarnait une ligne dure, défendant avec ferveur l’unité de l’Espagne et critiquait avec verve les indépendantistes. Manuel Valls possède un profil similaire. La lourde sentence qui s’abattra cet automne sur les prisonniers catalans avec des peines pouvant s’élever jusqu’à 25 ans de prison, sera un défi international pour l’Espagne.

Grâce à Colau

Manuel Valls s’est rapproché des socialistes la semaine dernière en permettant l’investiture d’Ada Colau. Au passage, les socialistes héritent de la moitié de l’exécutif municipal dans une coalition avec Colau. Les socialistes sont redevables à Manuel Valls et sa nomination gouvernementale permettrait de mettre la pression sur Ciudadanos.

Les équipes du Premier ministre négocient actuellement une majorité parlementaire dans laquelle Podemos n’obtiendrait pas de ministres. La gauche radicale fait des pieds et des mains pour tenter d’entrer au gouvernement. Pedro Sánchez souhaiterait également ne pas se retrouver otage de la vingtaine de députés indépendantistes catalans.

Pour se débarrasser de Podemos et des indépendantistes, la solution serait que Ciudadanos retrouve ses racines sociales-démocrates et permette l’investiture de Pedro Sánchez avec l’abstention ou le vote favorable de ses députés au Parlement. A contrario, Albert Rivera pense qu’il peut remplacer le Partido Popular, en perte de vitesse et continue son virage à droite en s’alliant avec Vox.

Manuel Valls ministre, ancien candidat de Ciudadanos avant d’être expulsé du parti pour avoir investi Ada Colau, serait un coup dur pour les libéraux. La force de Manuel Valls est aussi sa faiblesse. Un ancien Premier ministre qui serait dans le gouvernement ferait de l’ombre à Pedro Sánchez. Toutefois selon le pure-player VozPopuli, Valls aurait rapidement décliné l’offre, préférant prendre son temps avant de se lancer dans la politique nationale espagnole.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales