[ANALYSE] Résultats définitifs: l’Espagne est bloquée politiquement

par Nico Salvado
ELECTION ESPAGNE

Analyse des résultats définitifs des élections législatives espagnoles. Pour investir le prochain gouvernement, il faut une majorité de 176 députés. Le bloc de gauche remporte 163 élus et celui de droite 150. Pour former un gouvernement, la gauche doit s’allier avec les indépendantistes catalans ou former une grande coalition avec la droite. Pour le moment, aucune des deux options n’est sur la table et le pays reste bloqué.

A Gauche

Les progressistes ont gagné les élections législatives d’avril dernier. Les socialistes sont arrivés en tête, et avec l’aide de la gauche radicale de Podemos, il aurait été possible de former un gouvernement. Mais monter une coalition gouvernementale pour la première fois dans l’histoire moderne de l’Espagne n’était pas chose aisée. Centriste par nature, monarchiste dans son ADN, le parti ouvrier socialiste espagnol (PSOE) a refusé de lâcher des pans de pouvoir à la gauche radicale et républicaine de Podemos. De fait, les formations ne se sont pas mises d’accord pour dégager une majorité au parlement espagnol et investir Pedro Sánchez Premier ministre. Comme le prévoit dans ce cas de figure la Constitution espagnole, de nouvelles législatives ont eu lieu ce dimanche.

Si la situation était bloquée en avril, elle est complètement coincée ce soir. Les rapports de forces entre la droite et la gauche ne changent pas. C’est à l’intérieur des blocs que les transferts de voix ont eu lieu. Notamment entre la droite parlementaire de Ciudadanos vers l’extrême-droite de Vox.

 PSOE Pedro SánchezPedro Sanchez rêvait d’un score de 140 parlementaires. Le socialiste misait sur deux facteurs : une situation sous contrôle en Catalogne après le verdict indépendantiste et une configuration internationale compliquée avec une sortie sans accord du Brexit.  Il pensait voir sa figure de dirigeant renforcée par sa bonne maîtrise de la Catalogne et apparaître comme un repère de stabilité face au Brexit. Ni l’un ni l’autre n’on eu lieu. Octobre vit la rue barcelonaise enflammée et le Brexit reporté. Le calcul d’‘Iván Redondo, le conseiller de Pedro Sanchez était mauvais. Loin des 140 sièges, Pedro Sanchez se retrouve avec 120 députés, moins que les 123 obtenus en avril. Podemos, la gauche radicale stagne avec 35 élus.

A Droite

La grande victime de la soirée est Ciudadanos. Perpétuel candidat aux législatives depuis 2014, sans jamais avoir dépassé la troisième place, Albert Rivera a probablement ce soir signé la fin de sa carrière politique. Ciudadanos avait 57 parlementaires en avril, il ne lui en reste plus qu’une toute petite dizaine en ce dimanche. Inès Arrimadas est en en embuscade pour prendre la direction de ce qu’il reste de Ciudadanos.

Le parti de droite libérale s’est fait aspirer ses électeurs par les conservateurs du PP en raison du vote utile et par les radicaux de Vox suite aux émeutes de Barcelone. Les changements de positionnement perpétuels de Ciutadans ont fait perdre toute logique au parti. L’alliance avec Vox pour gouverner les régions de Madrid et l’Andalousie en décembre 2018 ont donné une image droitière à un parti qui se voulait plutôt centriste. En même temps, Manuel Valls soutenu par Ciudadanos permettait l’élection de la radicale de gauche Ada Colau à la mairie de Barcelone, avant que l’ancien Premier ministre ne claque la porte au nez de Rivera.

Albert RiveraLes grandes entreprises et multinationales voyaient en Ciudadanos leur parti. Elles ont tout naturellement demandé à Rivera de faciliter l’investiture de Pedro Sánchez qui était prêt à se convertir en social démocrate modéré au sein d’une coalition centriste. Le président français Emmanuel Macron, parrain politique de Ciudadanos, a formulé la même demande. Albert Rivera a opposé une fin de non-recevoir pensant pouvoir devenir le nouveau chef de la droite dure en prenant le relais d’un Partido Popular à bout de souffle. Une opération qui a fini par affaiblir le parti, frappé par de nombreux départs de cadres et en chute vertigineuse dans les sondages.

Le Partido Popular, frère des Républicains en France, renaît de ses cendres. Le parti historique de la droite espagnole avait connu en avril le pire score de son existence avec 60 parlementaires. Pablo Casado revient dans le jeu politique avec 87 parlementaires.

Vox de son côté continue sa percée. Décembre 2018, premiers parlementaires régionaux de l’histoire du pays en décembre 2018 en Andalousie. 20 députés au parlement national en avril. Ce soir l’extrême-droite est la 3e force du pays avec 52 élus et 15% des voix.

extreme droite

Les forces politiques espagnoles accusent les indépendantistes catalans d’être responsables de la montée de Vox, parti le plus radical dans la défense de l’unité de l’Espagne. Les nationalistes catalans balaient la critique opinant que le fascisme fait partie de l’ADN espagnol.

En Catalogne

En Catalogne, les indépendantistes réalisent un bon score, mais ne parviennent pas à dépasser leur plafond de verre des 50% de votes. Les 3 partis indépendantistes cumulent 42.63 % des voix.  C’est cependant une progression en comparaison avec les législatives d’avril où l’indépendantisme réalisait 39.43 %. La gauche indépendantiste réussit son pari de terminer l’élection en tête devant les socialistes et le parti de Carles Puigdemont réalise un score plus fort que prévu avec 8 élus. L’extrême-gauche indépendantiste anti-système La Cup, pour sa première candidature espagnole, envoie 2 députés à Madrid.

Pour sortir du blocage, Pedro Sanchez doit boire l’une des deux potions amères qui sont posées sur sa table de nuit électorale: s’allier avec les indépendantistes catalans en pleine crise insurrectionnelle. Ou former une grande alliance avec la droite du Partido Popular,en faisant définitivement perdre l’âme progressiste des socialistes espagnols.

Résultats définitifs des élections legislatives espagnoles

PSOE (socialiste, centre-gauche) 120 parlementaires / – 3 par rapport à avril / 28,00% des voix

PARTIDO POPULAR (centre-droit) 87 parlementaires / +12 par rapport à avril / 20,80 % des voix

VOX (extrême-droite) 52 parlementaires / +28 par rapport à avril / 15,09% des voix

PODEMOS (et autres partis affiliés, gauche radicale) 35 parlementaires / -5 par rapport à avril / 12,82% des voix

CIUDADANOS (centre-droit) 10 parlementaires / – 47 par rapport à avril / 6,79% des voix

ERC (gauche indépendantiste) 13 parlementaires / – 2 par rapport à avril / 22,56% des voix  en Catalogne

JUNTS x CATALUNYA (droite indépendantiste) 8 parlementaires / + 1 par rapport à avril / 13,71% des voix  en Catalogne

LA CUP (extrême-gauche indépendantiste) 2 parlementaires / + 2 par rapport à avril / 6,33% des voix  en Catalogne

PNV (régionalistes basques) 7 parlementaires / +1 par rapport à avril

BILDU : (extrême-gauche indépendantiste basque) 5 parlementaires / +1 par rapport à avril

COALITION CANARIA (régionaliste Canaries) 2

DIVERS GAUCHE : 8

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales