[ EN DIRECT ] Nouvelle soirée sous tension à Barcelone

par Rédac Equinox Radio Barcelone
emeutes-barcelone

Face au lourd verdict envoyant l’ancien gouvernement de Carles Puigdemont en prison, les militants indépendantistes provoquent blocages et manifestations à Barcelone.  

Ce live est terminé.

Pour suivre les infos en temps réel à partir du vendredi 18 octobre cliquez ici


01h09 : Cocktails Molotov.  Ce live est terminé. Pour suivre les infos en temps réel à partir du vendredi 18 octobre cliquez ici

ELNACIONAL Coctel molov Barcleona aldarulls CDr Mossos - Sergi alcàzar

01h05

01h02 : Un manifestant blessé, évacué par les pompiers

Manifestant ates bombers aldarulls barcelona - Marta Lasalas


01h01 :Incendies et saccages autour du Passeig de Gracia.

Barcelona | Última hora de las protestas en Catalunya, en directo


01h00 : La situation dérape complètement cette nuit à Barcelone.


00h50 : Saccage d’une banque Passeig de Gracia.

CDR trenquen oficina caixabank - Pau venteo


00h49 : Caillassage de police Carrer Mallorca.

mani cdr passeig de gracia aldarulls mossos - pau venteo


00h47 : Des émeutiers lancent des cocktails Molotov sur la Police

22h05 : Pour affronter la gréve de demain, lire notre article :  Grève générale à Barcelone: infos pratiques

 

21h48 : A la hauteur de la rue Enrich Granados, les Mossos tirent des projectiles de type Foam pour disperser le groupe de neo-nazis.


21h44 : Le groupe de militants d’extrême-droite descend les rues en direction de Gracia pour se rendre à la manifestation indépendantiste comme on le voit sur les images de nos confrères d’El Nacional.


21h34 : Entre 200 et 300 nazis descendent les rues Casanova et Londres  pour se rendre à la manifestation indépendantiste au Jardinets de Gracia. Ils ne devraient pas pouvoir franchir le cordon policier.


21h26: Selon la police municipale, 13 000 personnes étaient présentes aux Jardinets de Gràcia aujourd’hui, soit 9 000 de moins qu’hier soir.


21h22: Le Clásico Barça – Madrid qui devait se jouer le 26 octobre a été reporté. Le match devrait se jouer le 18 décembre au Camp Nou. Il avait été proposé que la rencontre ait lieu au Bernabeu la semaine prochaine en raison des événements à Barcelone.


21h20: Les organisateurs de la manifestation de ce soir demandent aux participants de rentrer chez eux et se donnent rendez-vous demain à 7h30 pour un petit-déjeuner dans toute la ville, à l’occasion de la grève générale.


21h10: L’hélicoptère qui survole Barcelone depuis lundi s’appelle Helix et fait parti de l’Unitat de Mitjans Aeris dels Mossos d’Esquadra (unité des moyens aériens de la police catalane).

police catalane


21h05: Concerts de casseroles à Barcelone. La casserolade est née en Algérie à l’époque française en 1962. Les Français pieds-noirs tapaient à leur fenêtre sur des casseroles afin de protester contre l’indépendance de l’Algérie. On retrouve aussi des casserolades dans les années 1970 au Chili et en Argentine pendant la crise économique de 2001 et au Canada durant les manifestations étudiantes au Québec de 2012. Les indépendantistes ont repris le concept depuis 2015.


21h02: L’AP-7 se débloque, la situation s’améliore pour les automobilistes dans le sens France-Barcelone.


20h55: Aux Jardinets de Gràcia, en haut du Passeig de Gràcia, l’ambiance est particulièrement festive, joviale et de bonne humeur. Les indépendantistes sont venus avec des ballons pour créer une partie géante de jeu collectif. Ce rassemblement prendra officiellement fin à 21h. Difficile de savoir si la soirée restera pacifique et festive ou si des échauffourées auront lieu entre la police et des éléments perturbateurs.


20h45: Iberia annule 12 vols Madrid-Barcelone demain en raison de la grève générale.


20h43 : Sur l’AP-7 la situation se tend : des chauffeurs de camions et automobilistes s’impatientent et demandent aux manifestants de lever leur barrage.


20h30 : La “olimpiada popular” convoquée à 19h continue près du Passeig de Gràcia. Les indépendantistes jouent au ballon, discutent, l’ambiance est similaire à un pique-nique ou un apéro nous indique notre journaliste présente sur place Aurélie Chamerois. Les manifestants sont de tout âge, beaucoup de jeunes participent.


20h29 : Gros bouchon sur l’AP 7 dans le sens France – Barcelone suite à une manifestation indépendantiste.

20h25 : L’autoroute AP-7 est coupée dans le sens France – Barcelone, au niveau de Sant Celoni.


20h17 : Les Comités de Défense de la République indépendantistes distribuent sur l’avenue Diagonal des manuels de “légitime autodéfense”  informe une source présente sur place.


20h11 : Feu de bengales à Plaça Artós dans la manifestation d’extrême-droite.

El grup d'ultres a la plaça Artós amb bengales


20h03 : Salut nazi en plein coeur de Barcelone. Durant la manifestation d’extrême-droite contre les indépendantistes à Sarria/Sant-Gervasi (Photo Pau Venteo)

NAZI bARCELONE


19h59 : L’objet de la manifestation d’extrême-droite à Sant Gervasi, dans les beaux quartiers de Barcelone, est de dénoncer les rassemblements indépendantistes qui ont lieu depuis lundi. (Photo Pau Venteo)

mani ultra plaça d'artos -

19h54 : A Sarria, les Mossos viennent de charger pour séparer un groupe d’extrême-droite et d’extrême-gauche.


19h53 : Passeig de Gracia noire de monde, plusieurs milliers de manifestants. (Photo Sergi Alcazar)

 jardinets


19h36 : La manifestation d’extrême-droite à Sant Gervasi/Sarria est très peu suivie, il y a plus de journalistes que de manifestants selon une source sur place. Les Mossos ont mis un cordon de sécurité pour éviter qu’un rassemblement anti-fascistes ne s’approche de la manif ultra.


19h29 : Ce soir une manifestation de militants d’extrême-droite en faveur de l’unité de l’Espagne a lieu à Sant Gervasi/Sarria. Selon nos confrères d’ElNacional, l’ambiance est tendue et des fumigènes sont tirés.


19h16 : La manifestation a commencé, près de Passeig de Gracia. Comme annoncé par les organisateurs, les manifestants bloquent la route en jouant une partie géante de jeux de ballons. Pour le moment l’ambiance est bon enfant, mais la police espagnole affirme que des anarchistes d’extrême-gauche se mêlent aux manifestants.  Ce qui laisse présager une situation qui pourrait rapidement se dégrader.


19h07 : Vueling annule 36 vols demain de manière préventive.


18h33 : Les manifestants se regrouperont dans une trentaine de minutes devant les Jardinets de Gracia. le concept de la manifestation est une “Olympiade populaire, fête sportive et désobéissante”. Les participants sont invités à venir avec leur ballon et en survêtement. Si l’on suit le schème des deux précédentes nuit, la première partie de la manifestation est pacifique et bon enfant mais au bout de deux heures tournent en affrontements avec la police pour finir en emeutes. Il ne fait aucun doute que les éléments violents seront présents ce soir.


17h24 : Grève générale à Barcelone demain, infos pratiques : lire notre article ici 


17h19 : Les emeutes de cette nuit ont coûté 500.000 € communique la mairie de Barcelone. Depuis le début de la semaine, les événements se soldent par 650 conteneurs brûlés et 850.000 € de dégâts.


16h42 : Le canon à eau de la police espagnole vers d’arriver à Barcelone en début d’après-midi. Policía Nacional

Hier soir, pour la première fois dans l’histoire, les Mossos d’Esquadra ont sorti dans les rues de Barcelone, leur canon à eau pour le stationner devant le tribunal proche d’Arc de Triomf.

barcelone


16h21 : Le parlement et le gouvernement catalans laissent la rue agir et attendent de voir comment tournent les choses. (Analyse de Nico Salvado)

16h09 : Grève générale de demain: PicnicxRepública convoque un rassemblement à 11h devant la Sagrada Familia du côté de la rue Sardenya. L’organisation demande de ne pas oublier son couvre-chef, ses lunettes de soleil et de l’eau en raison du soleil attendu.


15h20: Lors d’une conférence de presse à la mairie de Barcelone ce matin, Manuel Valls a demandé à ce que le gouvernement espagnol agisse avec “clarté et fermeté” et indique ne pas comprendre “pourquoi le ministre de l’Intérieur n’est pas Barcelone”.


15h10: La circulation des lignes de bus H16, V13, V15, 59 et 67 dans les rues Pelai et Balmes et plaça de Catalunya. Les lignes H16, V15 et 55 circulent également à nouveau dans les rues Fontanella et Pau Claris entre la Gran Via de les Corts Catalanes et la place Urquinaona.


14h16: Manuel Valls condamne les violences dans les rues de Barcelone. “Les événements des trois derniers jours à Barcelone ont été très graves. Barcelone, la Catalogne et l’Espagne vivent une situation de crise politique et sociale avec une grande projection internationale. Ce qu’il se passe dans les rues […] est inacceptable, douloureux et extrêmement inquiétant” a-t-il déclaré ce matin en conférence de presse à la mairie de Barcelone.


14h11: Les manifestants sont arrivés sur la Plaça Sant Jaume, devant le Palais de la Generalitat. Des centaines d’étudiants se sont assis. Un autre groupe s’est rendu devant le commissariat de la police nationale via Laietana.


13h33: Environ 25.000 étudiants manifestent à Barcelone. Ils sont partis de la Plaça Universitat pour se diriger vers la Plaça Catalunya puis la Via Laietana. Les rues adjacentes sont coupées à la circulation.


13h09: La manifestation convoquée ce soir à Barcelone a pour thème : “Olympiade populaire, fête sportive et désobéissante”. Elle débutera aux Jardinets de Gràcia à 19h. Les participants sont invités à venir avec leur ballon et en survêtement.


12h51: Manifestation étudiante en cours plaça universitat à Barcelone

Photo @epicjoan1


12h30: Les Comités de Défense de la République (CDR) convoquent une nouvelle manifestation ce soir à 19h au croisement de l’avenue Diagonal et du Passeig de Gracià.


12h: Grève générale de demain: Pour suivre en temps réel les perturbations des transports en commun, les Barcelonais sont invités à consulter le compte Twitter @TMBinfo a indiqué la TMB elle-même.


11h35: Gran Via est ouverte à la circulation.


11h25: “Après le verdict, la réponse du gouvernement est timide”, lire notre article ici.


11h05: Perturbations sur la Gran Via de les Corts Catalanes en raison d’une manifestation en mouvement entre le Passeig de Gràcia et la place Universitat, informe la Guardia Urbana.


10h55: Le parlement catalan se réunit actuellement en séance plénière pour donner une réponse institutionnelle au verdict. Le président de Catalogne Quim Torra déclare: “le verdict est une grande mascarade, avec un unique but: la vengeance”. Il ajoute que “le royaume d’Espagne répond avec le code pénal, et s’éloigne des standards démocratiques”.


10h45: Grève de ce vendredi 18 octobre: L’Aerobus, la navette qui relie Barcelone et l’aéroport, affirme ne pas pouvoir “garantir le service en raison des manifestations qui se tiendront sur la voie publique”. Le service minimum établit par la Generalitat est de 50%. Sur son site officiel, Aerobus recommande de prévoir ses déplacements en avance.


10h38: Services minimums pour la grève de ce vendredi 18 octobre

Metro, Ferrocarrils de la Generalitat assurent 50% du service en heure de pointe, entre 6h30 et 9h30h et entre 17h et 20h, puis 25% le reste de la journée. Les trains Rodalies circuleront à 33% minimum.

Dans les centres de santé, les urgences et unités spéciales fonctionneront normalement. Pour les écoles, il est prévu au moins un professeur pour six classes et un tiers du personnel travaillera dans les garderies.


10h14: Depuis hier, le site du ministère français des Affaires étrangères alerte les voyageurs de la situation en Catalogne « Il est recommandé de se tenir à l’écart de tout rassemblement, de respecter les consignes des autorités espagnoles et de se tenir informé de l’évolution de la situation. »


10h: Ce matin l’important nettoyage des rues perturbe la circulation, plusieurs rues sont encore fermées: Ronda de Sant Pere, València, Consell de Cent, Roger de Flor, Pau Claris et Rambla Catalunya.


9h45: À Barcelone, le Syndicat des Étudiants des Pays Catalans convoque une manifestation plaça Universitat à 11h30. Des rassemblements auront lieu également à Gérone, Lleida et Tarragone entre 11h30 et 12h.


9h40: Les cinq “marches pour la liberté” qui ont débuté hier, ont repris la route ce matin à 8h, en partant de La Garriga, Vilafranca, Malgrat de Mar, Igualada et Manresa. Elles provoquent de nombreuses perturbations, et ont pour objectif de se retrouver demain à Barcelone.

protestation catalogne


9h30: Les bus suivants ne circulent pas selon une dernière actualisation de TMB à 9h15:

– V17, 39 et 47 carrer Roger de Llúria entre la Gran Via et av. Diagonal et c. de Pau Claris à partir de c. València.

– H16 et V19: pg. de Lluís Companys dans le sens montagne.

– D50, V19 et 19: pg. de Sant Joan entre la Gran Via et l’Arc de Triomf.


9h25: À Barcelone, les équipes de nettoyage ont travaillé toute la nuit, soit 90 personnes. Ci-dessous, carrer de Provença aux alentours de 8h.

barcelone


9h15: Bilan de cette 3e nuit de protestations: 33 personnes arrêtées, dont 12 à Barcelone, 11 à Lleida, 5 à Tarragone, 3 à Gérone, 1 à Manresa et 1 Vilanova i la Geltrú. Selon les services d’urgence catalans, il y a eu 80 blessés manifestants et policiers confondus, dont 59 à Barcelona, 4 à Gérone, 12 à Manresa, 2 à Tarragone et 3 à Lleida. Des 80 blessés, 35 sont des agents de Mossos et 11 de la Police Nacionale.


Jeudi 17 octobre, 9h05: Ce matin plusieurs routes sont coupées en Catalogne en raison de blocages: C-53 à Bellcaire d’Urgell (dans les deux sens), AP-7 à Vendrell dans le sens nord (déviation par C-32 i N-340), AP-7 Vilafranca dans le sens nord, AP-7 Mont-roig (une voie ouverte dans les deux sens), N-II Lleida (pas d’alternative), C-12 à Torrelameu, C-65 à Cassà de la Selva C-14 Ponts (pas d’alternative).


Mercredi 16 octobre, 01h14 : Barcelone, une nuit sous les flammes, le récit complet de cette nuit d’émeutes à lire ici .


00h16 : Le président indépendantiste de la Catalogne, pour la première fois depuis lundi, commente les violences. Dans une allocution officielle depuis le Palau de la Generalitat Quim Torra affirme que la “manifestation doit être pacifique”. “Nous ne pouvons pas permettre ces incidents que nous voyons”, déclare-t-il. “Nous ne pouvons pas permettre à un groupe d’infiltrés de nuire à l’image de l’indépendance”. Ici le président utilise volontairement un mot connoté avec le terme d’infiltrés. Dans la bouche des indépendantistes, un infiltré est souvent un policier espagnol déguisé en manifestant qui vient casser pour décrédibiliser le mouvement.


23h46 : Selon les Mossos, il y a eu cinq lancements de matériel pyrotechnique contre un hélicoptère de police à Barcelone.


 

23h20 :  Les armes utilisées dans les manifestations de Barcelone par la police. Analyse des armes utilisées par les autorités dans le maintien de l’ordre en Catalogne, différentes de celles de la France. Lire notre article complet ici


23h12 : Les policiers tirent des flashballs, les manifestants des bouteilles de verre et montent des barricades. Selon la mairie de Barcelone, il y a encore 45 points d’incendies en cours.


22h52 : Un habitant de la zone du Passeig Sant Joan tente d’éteindre un incendie depuis son balcon.


22h45 : Zone du Passeig Sant Joan


22h43 : Malgré d’innombrables charges policières, les militants restent dans la zone du Passeig Sant Joan.


22h41: Les émeutiers restent très nombreux dans la zone du Passeig Sant Joan autour du ministere de l’Intérieur catalan.


22h28 : Barcelone sous les flammes sera le titre de cette nouvelle nuit de violence.


22h24 : Notre journaliste sur place Aurélie Chamerois évoque une grande solidarité des habitants qui s’informent les uns les autres des lieux d’incendies. Des commerçants ouvrent leurs boutiques pour que les gens puissent y protéger leurs scooters.


22h19 : Les habitants des rues Bailen, Consell des Cent, Passeig Sant Joan, Gran Via, Girona, Roger de Flor, Aurias Marc retirent leur véhicule des rues pour les garer dans des parkings souterrains. Afin d’éviter de se les faire brûler nous informe notre journaliste sur place Aurélie Chamerois.

emeute barcelone


22h16 : Vidéo d’une intervention de la police espagnole capturée par nos confrères d’El Nacional.


22h13 : Dans une interview publiée par vidéoconférence ce soir, Carles Puigdemont a indiqué que le mouvement indépendantiste endurerait “autant de prison que nécessaire jusqu’à ce que l’objectif soit atteint, à savoir que les gens puissent décider leur futur.”


22h11 : Chaos dans Barcelone.

emeutes barcelone


22h04 : La propriétaire du véhicule tente d’éteindre l’incendie dans la rue Roger de Flor au croisement avec Diputacío. Disturbios frente a la Conselleria de Interior


22h02 : Des voitures brûlent dans la rue Roger de Flor au croisement avec Diputacío.


21h56 : Les pompiers tentent d’éteindre les centaines d’incendies dans les rues Bailen, Consell des Cent, Passeig Sant Joan, Gran Via, Girona et Roger de Flor.

emeutes barcelone


21h45 : Pour la première depuis les événements, des voitures brûlent dans le centre de Barcelone. Dans les rues Bailen et Consell des Cent. Les pompiers sont débordés.


21h37 : Comme hier soir, beaucoup d’incendies dans la zone de manifestation: Passeig Sant Joan – Gran Via – Bailén – Consell des Cent – Girona – Tetuan.

emeutes barcelone

21h23 : Les Mossos indiquent que les manisfestants lancent des objets contenant de l’acide sur le Passeig de Sant Joan avec Diputació. Sur place Aurélie Chamerois nous informe que les militants sont venus avec casques, foulards, capuches. (photo Martí Urgel).

Barcelone


21h18 : En direct à la télévision, lors d’une allocution officielle, le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sánchez vient d’envoyer un message au président de la Catalogne Quim Torra. Il lui demande officiellement de condamner les violences. Le président catalan est soupçonné par Madrid de soutenir discrètement l’organisation des événements depuis lundi.


21h10 : 22.000 personnes manifestent ce soir dans les rues de Barcelone selon la Guardia Urbana


21h08 : Chargés par la police devant la ministère catalan de l’Intérieur, les manifestants tentent d’entrer dans les immeubles en cassant les portes si besoin.


emeutes barcelone

 

20h57 : Le site du ministère français des Affaires étrangères alerte les voyageurs de la situation en Catalogne « Il est recommandé de se tenir à l’écart de tout rassemblement, de respecter les consignes des autorités espagnoles et de se tenir informé de l’évolution de la situation. »


20h52 : A Marina, notre journaliste Aurelie Chamerois nous relate que deux hommes ont été accusés à tort par des manifestants d’être des policiers espagnols infiltrés. Les deux personnes ont dû donner leurs noms pour que les militants vérifient leurs identités sur Google. Ce n’étaient pas des policiers, mais deux employés du club du Barça.


20h50 : Affrontements devant le ministère de l’Intérieur au Passeig Sant Joan (photo Sergi Alcàzar)

departament interior -


20h35 : Les manifestants de Marina et Gran Vía remplissent les rues avec du papier toilette avec le slogan “en Espagne il y a beaucoup de merdes à nettoyer”.


20h13 : La situation se tend sur la Marina (Photo Sira Esclasans).

CDR barcelone


20h06 : Les manifestants de Marina et Gran Vía remplissent les rues avec du papier toilette avec le slogan “en Espagne il y a beaucoup de merdes à nettoyer” (Photo Sira Esclasans).

barcelona -


20h01 : Le mort d’ordre est de quitter les rues Marina et Gran Vía pour aller protester devant le ministere l’Intérieur catalan Passeig de Sant Joan. Objectif: la démission du ministre Buch, accusé par les militants indépendantistes de violences policières.


19h44 : Pour le moment, la manifestation est familiale et bon enfant relate sur place notre journaliste Aurélie Chamerois.


19h40 : La manifestation convoquée par les Comités de Défense de la République (CDR) est très suivie. Les rues Gran Vía, Marina, Independencia jusqu’à Aribau sont noires de monde. Les manifestants sont venus avec du papier toilette comme l’ont demandé les CDR


19h37 : Madrid envoie encore plus de renforts de policiers nationaux en Catalogne. Les Mossos d’Esquadra sont habituellement chargés du maintien de l’ordre public en Catalogne, sous la direction du gouvernement local de la Generalitat. La semaine dernière, Madrid a envoyé 2.000 agents de la Guardia Civil et de la Policía Nacional. Ce nombre se situe en-dessous de l’opération Copernic d’octobre 2017, lors de laquelle 6000 agents furent déployés pour tenter d’empêcher la célébration du référendum non autorisé. Cependant, le chiffre de 2000 hommes est au-dessus de la moyenne de 800 gardiens de la paix espagnols qu’envoie généralement Madrid lors de manifestations indépendantistes comme la fête nationale du 11 septembre.


19h32 : C’est la première fois que les Mossos d’Esquadra sortent dans les rues de Barcelone un canon à eau. Avec une puissance pour lancer à 60 mètres.


19h20 : Le parquet espagnol demande la prison ferme pour quatre émeutiers arrêtés par la police hier soir. Partie civile, la Generalitat demande une caution de 4.000 euros pour qu’ils puissent bénéficier de la liberté conditionnelle.


19h14 : eCooltra, la compagnie de locations de scooters électriques, stoppe son service dans une partie de Barcelone pour des raisons de sécurité.


19h08 : Les comités de défense de la République (CDR) vont attaquer la police à la fois sur Gran Via/Marina, Via Laetania et veulent également se rassembler devant le ministère de l’Intérieur catalan Passeig Sant Joan pour demander la démission du ministre Buch. Les CDR veulent déborder littéralement la police, une situation rarement vue à Barcelone.


19h05 : Pour la première fois, les Mossos sortent un canon à eau dans les rues de Barcelone. Direction Arc de Triomf.


18h43 : Le ministère catalan de l’Intérieur catalan renforce sa sécurité et craint d’être attaqué (Passeig Sant Joan – Diputació) (photo Gemma Liñán).

conselleria interior

 

15h18: La Crida Nacional per la República convoque un rassemblement aujourd’hui à 20h plaça de la Vila de Gràcia en soutien à Jordi Sànchez son président emprisonné, et ancien président de Asamblea Nacional Catalana.


15h07: Ciudadanos organise un rassemblement ce dimanche 20 octobre à 12h sur la place Sant Jaume, où sera présent le leader du parti Albert Rivera.


14h50: La police catalane aurait arrêté deux personnes durant les incidents qui ont eu lieu au centre civique d’Horta aux alentours de 13h30. Le président du parti Ciutadans Albert Rivera réalisait une meeting électoral.


14h44: Un touriste français est mort lundi durant le blocage de l’aéroport par les indépendantistes, lire notre article ici. Contactée par Equinox, l’Ambassade de France à Madrid a confirmé le décès du sexagénaire mais n’a pas indiqué s’il était lié aux blocages.


 

14h10 : La Liga demande à ce que le clásico Barça-Madrid du 26 octobre se joue au Bernabéu plutôt qu’au Camp Nou, une manifestation indépendantiste étant convoquée le même jour à Barcelone.


14h08 : Un Français mort lors du blocage de l’aéroport de Barcelone, lire notre article complet ici 


14h05 : Tensions dans le quartier barcelonais d’Horta en raison de la présence du président du parti de droite Ciutadans, Albert Rivera. Le centre civique de Horta où Albert Rivera a tenu un meeting électoral est protégé par la police. “Dehors les fascistes” et “voisin, réveille-toi, il y a des nazis à ta porte”, ont scandé les indépendantistes. Rivera, Inés Arrimadas et Lorena Roldán ont rapidement quitté les lieux.


 

13h36 : La droite espagnole demande au Premier ministre socialiste Pedro Sanchez d’interdire la grève générale de vendredi à Barcelone, destituer le président catalan Quim Torra et prendre le contrôle de la police de Catalogne les Mossos d’Esquadra. L’Espagne est actuellement en campagne électorale pour les législatives anticipées du 10 novembre prochain.


13h32 : Le président de la Catalogne et six ministres catalans participent aux différentes marches de blocages : Meritxell Budó (porte-parole), Alba Vergés (santé) , Teresa Jordà (agriculture) Josep Bargalló (éducation) , Damià Calvet (industrie) et Jordi Puigneró (fonction publique)


 

13h20 : Quim Torra, le président catalan participe à une marche de blocage près de Gérone.

quim torra president catalan


13h15 : Toute la journée, les manifestants catalans marchent sur les routes de Catalogne en direction de Barcelone avec une arrivée prévue vendredi pour la grève générale. De fait les principales routes du pays sont coupées à la circulation ainsi que l’AP-7 principalement dans le sens France Barcelone.

marée humaine catalogne

13h10 : Les ministres catalans participent aussi aux marches de blocage sur les routes catalanes. Ici près de Tarragone, le ministre de l’éducation Josep Bargalló

Josep Bargalló


12h59 : Le blocage de l’AP-7 qui relie Barcelone à la France est impressionnant. (vidéo Florian Ines)


12h54 : La Catalogne est bloquée par différentes marches au quatre coins du pays. Colonnes humaines et opérations escargots avec des tracteurs.

blocage catalogne


12h50 : Pendant que les manifestations et blocages se poursuivent en Catalogne, à Madrid le Premier ministre socialiste se réunit avec le chef de l’opposition pour calibrer la réponse institutionnelle de l’Etat espagnol.

Pablo Casaso Pedro Sanchez


12h42: Suite aux émeutes d’hier soir, l’association indépendantiste ANC rappelle qu’elle offre un service d’assistance juridique en cas d’urgence.


12h40: La mairie de Barcelone estime que les 150 conteneurs brûlés hier soir lui ont coûté 320.000 euros. Ce chiffre ne prend pas en compte le déploiement du personnel dans les rues pour les retirer, ni le travail de nettoyage des routes.


12h20: Suite à une réunion ce matin au gouvernement catalan, entre le président Quim Torra, le vice-président Pere Aragonès, la ministre à la présidence Meritxell Budó et le ministre de l’Intérieur Miquel Buch, ce dernier devait s’exprimer dans une conférence de presse à 10h30. Après avoir repoussé la déclaration à 12h, elle a été annulée à nouveau sans donner de raisons. Le ministère de l’Intérieur catalan n’exclut pas que la conférence de presse sera convoquée dans la journée.


12h10: Dans un communiqué Tsunami Democràtic, qui organise les mobilisations de ces derniers jours, rappelle que “la non violence est la stratégie fondamentale du mouvement” et demande “des responsabilités politiques pour les violences policières inacceptables”. Tsunami Democràtic informe également que la priorité est aux marches d’aujourd’hui et demain, à la grève de vendredi et à la manifestation du 26 octobre qui doivent “être un succès absolu”.


12h02: Les différentes marches pour la liberté continuent leur route en Catalogne. Ci-dessous sur la C-17 au niveau de Mallas.

rassemblement catalogne


11h47: Une marche pour la liberté est partie de Gérone ce matin. Actuellement 10.000 personnes (selon nos confrères d’Ara) avancent sur l’autoroute AP-7 en direction de Barcelone.

 

11h30: Selon des sources proches des Mossos d’Esquadra, les agents de la police catalane ont fait plus de seize heures d’affilée à l’aéroport. Si ce surrégime continue pendant plusieurs jours, sécuriser la Catalogne deviendra compliqué, notamment en cas de nouvelle action d’envergure à l’aéroport.


 

10h58: Le Syndicat des Étudiants des Pays Catalans (SEPC) occupe le rectorat de l’Université Autónoma de Barcelone “en réponse à la répression et violence policière”.


 

10h25: Le syndicat des étudiants (SE) commence aujourd’hui une grève de trois jours. Il prévoit en ce mercredi plusieurs assemblées. Les manifestations sont prévues demain à 12h.


10h05: À Madrid, selon des sources de la Moncloa, le président du gouvernement le socialiste Pedro Sánchez convoque des réunions séparées avec Pablo Casado (PP), Pablo Iglesias (Podemos) et Albert Rivera (Ciudadanos) pour aborder la situation en Catalogne aujourd’hui.


9h28: Bilan de la nuit de violences en Catalogne: 74 personnes ont été blessées selon les urgences catalanes dont 37 à Barcelone, 19 dans la zone de Gérone-Gurb, 8 à Tarragone, 8 à Lleida et 2 à Sabadell.

72 policiers blessés (54 Mossos d’Esquadra et 18 de la Police Nationale), 51 personnes arrêtées dans les dernières heures dont 29 à Barcelone, 14 à Tarragone et 8 à Lleida.

157 barricades de feu ont été montées à Barcelone.


9h20: Le président catalan Quim Torra convoque une réunion d’urgence ce matin avec le vice-président Pere Aragonès, la ministre à la présidence Meritxell Budó et le ministre de l’Intérieur Miquel Buch. Ils aborderont la question de l’indépendantisme et les actions de la police catalane lors des émeutes d’hier soir.


9h: Les équipes de nettoyage encore à l’oeuvre ce matin. Ci-dessous au croisement des rues Enric Granados et Provença, photo envoyée par Sabine Peilleron, une Française de Barcelone.

barcelone manifestation


Mercredi 16 octobre 07h00 : Barcelone se réveille avec la gueule de bois après une nuit de violences, lire notre article complet ici


 

23h32 : Des groupes ultramobiles et très nombreux harcèlent la police sur le Passeig de Gràcia. Étant présents sur l’ensemble de l’avenue, la police a le plus grand mal à les arrêter. Les agents sont de plus en plus nerveux, les habitants sortent au balcon pour protester en tapant sur des casseroles dès que les policiers se déplacent. Les touristes et les passants les croisent armés de flashball. La situation est très tendue.


23h26 : Un hôtelier à bout de nerfs dans la rue Rosselló avec Passeig de Gràcia explique aux manifestants que les dégâts sont inadmissibles.


23h04 :


23h01 : Chaos sur la carrer d’Aragó de Barcelone

arago

 

22h52 : Feux et barricades cette nuit en Catalogne, à Barcelone, Gérone, Lleida, Tarragone, Sabadell. (photo Bernat Armangue ) Barcelona Catalunya

22h48 : Les Mossos attaqués à Barcelone.


22h42 : La police débordée sur le Passeig de Gràcia.


22h36 : Émeutes à Gérone, Sabadell et Tarragone. Les Mossos ont perdu le contrôle de la situation à Lleida, il faudra des heures pour récupérer le terrain à Lleida selon une source présente sur place.


22h33 : La police ferme le périphérique de la Meridiana.


22h30 : Passeig de Gràcia

passeig de gracia

22h26: Les petits groupes de manifestants sont très mobiles


22h21 : Le fait le plus marquant de cette nuit est le nombre impressionnant d’incendies. Dégagés du Passeig de Gràcia par la police, les émeutiers se répandent dans toutes les rues adjacentes: Còrsega, Roger de Lluria, Gran de Gràcia et les petites ruelles de Gràcia.


 

22h20 : 

22h19 : Passeig de GràciaImage


22h09 : Le drapeau indépendantiste flotte sur le Passeig de Gràcia de Barcelone.


22h08 : Feux de poubelles non contrôlés dans les rues Còrsega et Roger de Lluria. Les voisins sont paniqués devant l’absence de policiers et pompiers.


22h03 : Les conteneurs brûlent et frôlent les voitures garées au croisement de l’avenue Diagonal et du Passeig de Gràcia. Les pompiers arrivent.

emeutes barcelone

22h01 : Des dizaines de fourgons anti-émeutes des Mossos d’Esquadra sont placés au croisement Diagonal-Passeig de Gràcia. Le nombre de policiers est particulièrement massif selon notre journaliste Aurélie Chamerois présente sur place.


22h00 : Les pompiers et les manifestants s’applaudissent réciproquement (Passeig de Gràcia)


21h55 : La police agit simultanément sur différents points du Passeig de Gràcia pour tenter de le vider des manifestants.


21h53 : Des émeutes ont lieu dans les grandes villes de Catalogne, Passeig de Gràcia de Barcelone, mais aussi dans le centre de Gérone et de Lleida.


21h52 : Passeig de Gràcia. Catalunya: Barcelona, en directo


21h40 : Il y a des feux un peu partout sur le Passeig de Gràcia relate sur place notre journaliste Auriane Duroch.

Image

21h38 : Affrontements entre la police et les manifestants sur le Passeig de Gràcia.


21:34 : Les Mossos d’Esquadra, la police catalane, demandent aux manifestants pacifiques de s’éloigner des zones entre les rues Mallorca et Valencia croisant avec la rue Pau Claris car “un groupe de personnes violentes, la plupart encagoulées, organisent des incidents”

emeutes barcelone


 

21h20 : Selon la police municipale, 40.000 manifestants se trouvent actuellement aux abords de la délégation du gouvernement espagnol à Barcelone. Devant le bâtiment, les policiers ont effectué une troisième charge après avoir demandé aux manifestants de cesser de leur lancer des objets. A quelques dizaines de mètres de la délégation, une manifestation plus bon enfant se poursuit, entre concerts et lectures de lettres des prisonniers. De nombreux assistants sont venus avec des bougies.


21h12 : Fortes tensions dans l’Eixample

emeutes barcelone

 

barcelone

21h07 : Des barricades en feu devant la préfecture espagnole dans le centre de Barcelone (Eixample)


 

20h55 : Eixample de Barcelone

20h43 : Trois personnes interpellées par la police lors des violences dans l’Eixample.


 

20h29 : Ce soir, les manifestants et la police sont assez violents dans le centre de Barcelone. Bouteilles de verres lancées contre les forces de l’ordre, qui répliquent avec des charges musclées, nous informe sur place notre journaliste Auriane Duroch.


20h27 : Charges policières très violentes dans l’Eixample de Barcelone.

20h22 : Des portraits du juge Marchena, le juge du Tribunal suprême, qui a condamné les leaders indépendantistes, brûlés par la foule. (photos Pau Cusí)

Marchena

20h16 : Violences dans l’Eixample, autour de la représentation du gouvernement espagnol.

emeutes barcelone

20h11 : La police catalane dirigée par le ministre indépendantiste Miquel Buch et la police espagnole chargent ensemble contre les manifestants pour protéger la préfecture espagnole.


 

20h03 : Recueillement au Passeig de Gràcia (photo Adriá Costa)

prisonniers politiques espagne

20h00 : Les Mossos sont victimes de tirs de pétards devant la préfecture espagnole. La police catalane avise la foule via des hauts-parleurs qu’elle va procéder à des charges.


19h59 : La Belgique demande à l’Espagne d’envoyer le mandat d’arrêt contre Carles Puigdemont en anglais, français et flamand pour l’étudier en profondeur. Le parquet belge indique que le dossier est très compliqué du fait qu’il s’agit du deuxième mandat émis en deux ans.


19h57 : Ambiance de recueillement sur le Passeig de Gracia pour les prisonniers.

19:50 : Ambiance religieuse sur le Passeig de Gracia, minute de silence, bougies, moment solennel pour les prisonniers.

Passeig de Gracia


19h35 : Six pâtés de maisons sont bloqués par les Mossos pour protéger la préfecture espagnole.  Un périmètre qui comprend les rues València,  Provença,  Bruc et Passeig de Gràcia


19h32 : Le consulat américain lance une alerte pour mettre en garde ses citoyens contre les manifestations qui se déroulent à Barcelone et leur  demande de faire preuve de prudence et d’éviter de s’approcher des zones en conflit.


19h28 : Les manifestants lancent des projectiles sur la police qui protège la préfecture espagnole.


 

19h22 : Un cortège de 1.500 personnes survolé par un hélicoptère de police espagnole arrive à la préfecture espagnole de Barcelone.


19h15 : Toutes les rues de l’Eixample sont fermées par la police : Provença, Mallorca, Gerona. Valencia, Roger de Lluria pour protéger la préfecture espagnole à Barcelone. Des milliers de manifestants sont attendus devant le siège de la représentation du gouvernement espagnol. La marée humaine arrive depuis Passeig de Gracia et Plaça Universitat.


19h06 : Passeig de Gracia bloqué par les manifestants

Passeig de Gracia

 

 


 

18h36 : L’association indépendantiste ANC confirme l’organisation de grandes “marches pour la liberté” qui débuteront demain matin depuis différents points de Catalogne pour se retrouver à Barcelone vendredi à l’occasion de la grève générale organisée en réponse au verdict. Elles partiront à 7h de Tàrrega, 7h30 de Tarragone, 8h de Berga, 8h30 de Vic et 9h de Gérone.


18h13 : Une voiture folle fonce sur les manifestants de l’AP 7, sans heureusement faire de victime.


 

17h24 : L’AP 7 coupée dans les deux sens France-Espagne. Fort dispositif policier.

17h22 : Après une charge de la police hier à l’aéroport de Barcelone, un manifestant à perdu un testicule. L’homme de 30 ans a été opéré ce matin.


16h56 : L’accès entre la France et la Catalogne est coupé. L’AP 7 est bloquée dans les deux sens.

route bloquèe espagne

16h43 : L’autoroute AP7 coupée dans les deux sens.

france espagne bloqué

 

 

15h20 : La police espagnole annonce avoir arrêté un indépendantiste catalan qui a agressé hier une femme pendant une manifestation alors qu’elle portait un drapeau espagnol.


14h40: Après la réactivation du mandat d’arrêt européen pour arrêter Carles Puigdemont, le Parlement Européen lui interdit totalement l’accès à ses bâtiments.


14h20: Les 2000 policiers envoyés par l’Espagne restent en Catalogne jusqu’au 1er novembre, et le ministère de l’Intérieur envoie 1000 agents de plus.


13h30 : Barcelone: un manifestant blessé par un tir de flashball pourrait perdre un œil, lire notre article, ici 


 

11h53 : Vueling confirme que 45 vols sont annulés aujourd’hui au Prat.


11h30: Selon des sources policières citées par l’agence de presse Efe, la police catalane admet avoir utilisé des balles en caoutchouc durant les charges de l’aéroport de Barcelone, pour répondre aux manifestants qui lançaient des extincteurs et des panneaux sur les forces de l’ordre.


11h25: Le ministre catalan des Affaires extérieures Alfred Bosch débutera une tournée européenne pour dénoncer le verdict. Il se rendra à Munich, Salzbourg, Vienne, Bratislava et Paris pour expliquer les conséquences.


11h20: La réunion prévue à 13h entre le ministre catalan des Affaires extérieures Alfred Bosch et le corps consulaire de Barcelone n’aura finalement pas lieu, a-t-on appris par le Consulat de Suisse. Convoquée hier en urgence durant les protestations indépendantistes, elle a été annulée par le gouvernement catalan pour “motifs d’agenda” nous indique ce matin le cabinet d’Alfred Bosch.


 

 

10h40: L’association indépendantiste Òmnium diffuse un lien dans lequel les personnes ayant participé aux mobilisations du 20 septembre et du 1er octobre 2017 peuvent “s’auto-inculper”. Le formulaire sera remis le 21 octobre à 10h aux juges des quatre villes principales de Catalogne.


10h30: Le procès de cinq anciens membres du bureau du Parlement catalan et de l’ancienne députée Mireia Boya est fixé aux 28 et 29 novembre et aux 3 et 4 décembre, selon une annonce du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne. Il s’agit de Lluis Maria Corominas (PdeCAT), Lluís Guinó (PDeCAT), Anna Simó (ERC), Ramon Barrufet (PDeCAT) et Joan Josep Nuet (EUiA).


 

10h15: Le ministre de l’Intérieur espagnol Fernando Grande-Marlaska attend que la Belgique livre Carles Puigdemont et que gracier les leaders indépendantistes condamnés n’est pas dans les plans du gouvernement, selon ses propres mots. Il a également affirmé que “nous avons des services d’intelligence très efficaces et nous finirons par savoir qui se cache derrière le mouvement Tsunami Democràtic”. L’organisation est celle qui met en place les marches et blocages, comme celui de l’aéroport.


10h: Aujourd’hui, c’est la date anniversaire de l’exécution du président catalan Lluis Companys par l’armée franquiste. Lors de l’acte d’hommage, l’actuel président catalan Quim Torra a affirmé “nous le referons, car un référendum n’est pas un délit, ce n’est pas dans le code pénal. Nous insistons: le droit d’autodétermination est reconnu dans les traités internationaux reconnus par l’Espagne”.


9h45: 45 vols ont été annulés en ce mardi à l’aéroport de Barcelone, sur les 986 programmés, en raison des avions qui n’ont pas pu atterrir hier. L’infrastructure espère que tout reviendra à la normale rapidement. Pour l’instant, les guichets de réclamation sont saturés par de longues files d’attente.


9h25: Hier soir, le Catalan Pep Guardiola, ancien entraîneur du Barça et actuel de Manchester City, a lu un communiqué pour dénoncer “la dérive autoritaire” de l’Etat espagnol, en passant par la plate-forme Tsunami Democràtìc.  “Tout cela est inacceptable dans l’Europe du XXIe siècle. L’Espagne connaît une dérive autoritaire. (…) Nous appelons la communauté internationale à se positionner clairement. Il n’y a qu’une seule voie: s’asseoir autour d’une table et discuter “


9h15: Selon l’agence de presse Efe, le ministère de l’Intérieur du gouvernement catalan fera une enquête sur les actions de la police catalane à l’aéroport de Barcelona-El Prat. Elle permettra de “déterminer les éventuelles responsabilités”. Un fourgon de police aurait démarré avec un manifestant posté sur le véhicule.


 

8h52: Les agents anti-émeutes de la Guardia Civil restent déployés dans les lieux les plus stratégiques de Barcelone. Madrid avait décidé d’envoyer la semaine dernière 2000 policiers supplémentaires en Catalogne pour contenir les troubles.


8h37: C’est un jour particulier aujourd’hui pour les indépendantistes puisque c’est la date anniversaire de l’exécution du président catalan Lluis Companys par l’armée franquiste. Companys avait proclamé l’Etat Catalan de la République fédérale espagnole.en 1936 avant d’être incarcéré et condamné à 30 ans de prison avec l’ensemble des rebelles. Gracié puis exilé en Bretagne lors du régime franquiste, il fut, après avoir été torturé, fusillé au château de Montjuïc le 15 octobre 1940 en criant le devenu célèbre “Per Catalunya”, repris hier par Carles Puigdemont à l’occasion de la publication du verdict.


8h20: L’aéroport semble avoir récupéré son rythme habituel. Les accès ont été rouverts, il n’est plus nécessaire de présenter son billet pour pouvoir entrer, et la présence policière est similaire à celle de tout autre jour sans manifestation. Une vingtaine de vols ont toutefois été annulés aujourd’hui, notamment par la compagnie Vueling particulièrement affectée par le blocage d’hier. Des centaines de personnes ont passé la nuit à l’aéroport suite aux retards et annulations. Les guichets de réclamation sont saturés par de longues files d’attente.


8h12: Bilan de la première journée de mobilisations hier suite à l’annonce du verdict : 70 blessés, principalement lors du blocage de l’aéroport, et deux personnes placées en garde-à-vue. Environ 10% des vols programmés au Prat ont dû être annulés, 110 au total selon Aena.


 

Lundi 14 octobre 23h28: Via Laietana, les manifestants chantent l’hymne catalan face à la police espagnole impassible.

 


23h04 : Quelques irréductibles restent au Prat et allument des feux servant de barricades.

prat emeutes


23h00 : Calme relatif entre la police et les indépendantistes Via Laietana. Un millier de manifestants environ.

22h41 : “L’after” de la manifestation indépendantiste est à la Via Laietana devant le siège de la Police Nationale espagnole.

emeutes barcelone

22h26 : Le calme est revenu au Prat. Mais des violences ont lieu Via Laetania devant la préfecture de police espagnole.


22h22 :
Les indépendantistes quittent définitivement l’aéroport de Barcelone. Le mouvement Tsunami Democratic a demandé le retrait des militants, une nouvelle action coup de poing aura lieu demain. En revanche, il n’y a pas de trains pour rentrer à Barcelone.

emeutes

 

 


22h15 : Une vidéo qui tourne sur les réseaux sociaux choque les indépendantistes. On y voit des manifestants se cramponner sur le capot d’un véhicule des Mossos d’Esquadra qui continue d’avancer. Les militants indépendantistes demandent la démission de Miquel Buch, ministre catalan de l’intérieur proche de Carles Puigdemont. Diverses violences tant des Mossos que de la police espagnole ont émaillé la journée et la nuit de protestations.

22h11 : Jeu du chat et de la souris, entre la police et les manifestants à l’aéroport du Prat. La police effectue des charges violentes, et quand ils peuvent les militants vident des extincteurs sur les gardiens de la paix.


22h09 Scènes de chaos à l’aéroport de Barcelone

aeroport barcelone


22h04 : A Madrid aussi, les indépendantistes catalans tentent de bloquer l’aéroport. La police espagnole procède à des contrôles d’identités.

madrid


22h03 : Violentes charges des Mossos d’Esquadra pour dégager les manifestants de la zone des taxis de l’aéroport de Barcelone. (Vidéo Guillem Ramos-Salvat)


22h00 : Les chariots servent de barricades à l’aéroport de Barcelone (photo : Quico Salles)

emeutes barcelone

21h52 : L’extrême-droite espagnoliste manifeste devant Catalunya Radio a informé sur Twitter le directeur de la station Saül Gordillo. Les médias public catalans, TV3 et Catalunya Radio sont régulièrement accusés par la droite et l’extrême-droite d’être des instruments propagandistes à la solde du gouvernement indépendantiste catalan. “Nous continuerons à défendre la liberté d’information et d’expression” a commenté Saül Gordillo.

extreme droite barcelone


21h43 : Affrontement entre les manifestants et la police espagnole dans le parking de l’aéroport de Barcelone. (Vidéo Elnacional).


21h42 : La Gran via complètement coupée direction Le Prat. Des automobilistes coincés dans leurs véhicules depuis plus de 5 heures.

aeroport barcelone


21h33 : Pep Guardiola lit un communiqué du Tsunami Democratic, organisation à l’origine des blocages d’aujourd’hui. Le manifeste demande aux citoyens européens de soutenir les libertés en Catalogne.


21h12 : A l’aéroport de Barcelone notre journaliste Auriane Duroch explique que la situation s’enlise. Les passagers ayant vu leur vol annulé espère avoir un avion demain matin et vont passer la nuit au Prat.  Les manifestants font un sitting face aux forces de l’ordre et n’ont pas l’intention de bouger rapidement.


20h35 : A l’aéroport de Barcelone, les manifestants vident des extincteurs sur la police. (images exclusives)

20h31: Affrontement entre la police et les manifestants à l’aéroport de Barcelone. Les militants ont rompu le cordon de sécurité de la police, qui a répondu avec des charges musclées.


20h24 : A l’aéroport de Barcelone, la police a bloqué des centaines de manifestants dans un hall sans qu’ils puissent en sortir. Les esprits s’échauffent et les personnes frappent aux fenêtres après avoir vu des charges policières nous informe sur place Auriane Duroch.


 

 

19h47 : Vox, le parti espagnol d’extrême-droite frère du Rassemblement National, demande l’envoi de l’armée à Barcelone.


19h45 : Un premier bilan des services publiques de santé fait état de 37 personnes blessées alors que les protestations se poursuivent dans toute la Catalogne.


19h30: Plus de 100 vols annulés à l’aéroport de Barcelone.


 

18h49 : Le trafic TGV entre la France et Barcelone est coupé suite à des dégradations sur les voies. Des techniciens effectuent en ce moment les réparations.


18h46 : Tandis que les indépendantistes annoncent que des véhicules vont bloquer l’aéroport de Madrid, les manifestants restent nombreux dans l’enceinte du Prat.


18h42 : Dans un communiqué l’organisation Tsunami Democràtic à l’origine du blocage de l’aéroport de Barcelone déclare avoir déplacé “des milliers de véhicules autour de l’aéroport de Madrid Barajas-Adolfo Suarez dans le but de réagir à la décision rendue dans la capitale de l’État espagnol” C’est une première dans l’histoire du pays.


18h36 : La plateforme Tsunami Democratic annonce que 1.200 véhicules vont bloquer l’aéroport de Madrid.  C’est la première action indépendantiste contre la capitale espagnole.


18h33 : Les indépendantistes bloquent l’autoroute AP7 à hauteur du péage Gérone sud.


 

18h29 : Forte pression policière au Prat

aeroport Barcelone

18h27 : Dans quelques minutes l’organisation indépendantiste Tsunamic Democratic va annoncer une nouvelle organisation coup de poing.


18h23 : Face aux violences policières, les manifestants jouent au jeu du chat et de la souris. Les militants essaient de pénétrer par une autre entrée du Prat après s’être fait charger par la police, informe notre journaliste sur place Auriane Duroch.

manif aeroport Barcelone


18h21 : Des bavures policières ont lieu au Prat. 13 manifestants blessés.


18h20 : La police espagnole prend le relais des Mossos d’Esquadra et charge violemment les manifestants de l’aéroport de Barcelone


 

18h00 : Dans une allocution officielle, Roger Torrent, le président indépendantiste du parlement catalan affirme que le verdict est contre toute la société catalane.


 

17h43 : Ambiance jeune et bon enfant à la Via Laietana. Tensions et charges policières au Prat.


17h37 : La police catalane charge violemment les manifestants de l’aéroport de Barcelone.


 

 

17h18 : L’hymne national catalan résonne au sein de l’aéroport de Barcelone.


 

16h59 :  Des dizaines de vols Vueling annulés à l’aéroport de Barcelone. Le personnel qui devait prendre son tour de travail ne peut pas entrer, la police ayant bloqué les accès.

independance de la Catalogne

16h48 : Le parquet belge vient d’accuser réception du mandat d’arrêt contre Carles Puigdemont émit par la justice espagnole suite au verdict du procès indépendantiste rendu public ce matin. L’ancien président qui réside à Bruxelles pourrait être rapidement placé en garde à vue dans un commissariat belge.


16h47 : Vueling annule 15 vols à l’aéroport de Barcelone.


16h45 : Une marée humaine arrive à l’aéroport de Barcelone pour le bloquer.


16h36 : Des centaines de personnes marchent vers l’aéroport qui est déjà rempli de manifestants.

Centenars de persones marxen encara cap a l'aeroport del Prat

16h31 : L’aéroport de Barcelone est rempli de manifestants. Cependant les vols ne sont pas annulés mais retardés au départ et à l’arrivée.


aeroport de Barcelone bloqué


16h29 : Les polices catalanes et espagnoles lancent de la fumée pour disperser les manifestants à l’aéroport de Barcelone.


16h22 La police devient très nerveuse à l’aéroport de Barcelone. Des manifestants seraient passés par les portes du personnel pour accéder à la zone d’embarquement indiquent nos confrères d’El Periodico. De fait, les agents ont bloqué les accès réservés aux travailleurs du Prat.


16h17 : Carles Puigdemont, qui est sous le coup d’un mandat d’arrêt international depuis quelques heures, a fait une déclaration devant la presse depuis Bruxelles. “Cette sentence confirme la voie de la répression en Espagne” a commenté l’ancien président.


16h07 : Tandis que l’Union Européenne et l’Allemagne sont prudentes et refusent de commenter le verdict, la France est décomplexée dans son appui  à l’Espagne. “Notre pays soutient l’unité territoriale et constitutionnelle de l’Espagne” a expliqué le porte-parole du Quai D’Orsay. 


15h45 : Tandis que l’aéroport de Barcelone est déjà occupé par les indépendantistes, de nouveaux groupes arrivent par la route après la coupure des transports publics pour affaiblir la mobilisation.

manif barcelone

 

 

 

 

15h22 : Malgré des charges policières, les manifestants sont toujours présents dans l’aéroport de Barcelone.

 aeroport du Prat


14h50 : Le gouvernement français a exprimé sa “confiance” dans la gestion de l’exécutif espagnol de la crise en Catalogne, après la publication de l’arrêt du Tribunal suprême. “Les autorités françaises ont confiance dans la capacité des autorités espagnoles à surmonter les tensions apparues en Catalogne dans le respect de l’état de droit et de la démocratie”, a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. “Notre pays soutient l’unité territoriale et constitutionnelle de l’Espagne”, a-t-il ajouté. Demain, le consul de France à Barcelone Cyril Piquemal est invité à une réunion avec le ministre catalan des Affaires étrangères Alfred Bosch. 


14h41 : Violentes charges policières à l’aéroport de Barcelone. Les manifestants veulent bloquer le terminal 1.


14:20 : Les indépendantistes vont à l’aéroport à pied pour le bloquer, après que la police ait fermé tous les métros et trains.

14:11 : Pour empêcher les indépendantistes d’arriver à l’aéroport, tous les trains et métros vers le Prat  sont arrêtés par les Mossos d’Esquadra. Les militants sont donc descendus des wagons à mi-trajet et veulent finir les 15 kilomètres de trajet à pieds.


14:00 : Conséquence du verdict qui condamne à la prison ferme les leaders indépendantistes, la justice espagnole réactive le mandat d’arrêt international contre Carles Puigdemont. L’ancien président catalan réside actuellement à Bruxelles.


13h34 : Le blocage de l’aéroport était planifié par le groupe Tsunami Democratic mais gardé secret jusqu’à aujourd’hui. (photo Adria Costa)

blocage aeroport barcelone

“Tout le monde à l’aéroport” brandissent les manifestants


13h26 : Selon Aurelie Chamerois, une de nos journalistes sur place, le mouvement de foule pour se rendre à l’aéroport est assez impressionnant. La plaça Catalunya et les rues se vident, les manifestants se rendant vers les stations de métro pour arriver au Prat et bloquer le terminal 1.


13h13 : Les milliers de manifestants quittent le centre-ville de Barcelone pour se rendre à l’aéroport de Barcelone, première action d’envergure de la campagne de blocages indépendantistes.


12h50 : Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez lors d’une allocution officielle a estimé que le procès “s’est déroulé avec toutes les garanties, preuves du bon fonctionnement du système.” Le président du gouvernement a défendu la Constitution “qui a mis fin à la dictature franquiste et qui a permis à l’Espagne d’être l’une des meilleures démocraties du monde”.


12h35 : Toutes les rues adjacentes au Passeig de Gracia sont bloquées. Tous les carrefours de l’Eixample sont tenus par les manifestants, de fait la circulation est bloquée dans tout le district.


12h22 : Sur le terrain, notre journaliste Auriane Duroch relate une attitude très pacifique de la part des manifestants et aucune réponse de la police. Les Mossos d’Esquadra sont dans une dynamique de dialogue. La question est posée du comportement de la police catalane dirigée par le ministère catalan de l’Intérieur aux mains des indépendantistes. En cas de désordre public sans réponse des Mossos d’Esquadra, le gouvernement espagnol a menacé à plusieurs reprises de prendre le contrôle de la police catalane en quelques heures via l’activation de la loi de sécurité nationale. Cependant, habituée à suivre les manifestations françaises notamment de Gilets Jaunes, Auriane Duroch pointe la différence d’ambiance entre les rues parisiennes et barcelonaises. Pour le moment, les rassemblements sont dénués de tensions et bon enfant. En revanche, peu nombreux sont les indépendantistes à vouloir parler à la presse. Ceux qui s’expriment expliquent leur tristesse face à un verdict plus lourd que prévu et annoncent continuer le combat pour l’indépendance de la Catalogne..


12h15 : Le président catalan Quim Torra a prononcé une allocution officielle en catalan, castillan et anglais :  “Le gouvernement et moi-même rejetons ces condamnations par des moyens injustes et non démocratiques, qui font partie d’un procès politique  contre l’indépendance (…)  Condamner ces personnes est une insulte à la démocratie et un mépris de la société catalane.” s’est exprimé Torra depuis le Palau de la Generalitat entouré de tout son gouvernement.


11h38 : Vidéo Equinox : la police catalane recule devant les manifestants à la hauteur de Diagonal (images Auriane Duroch)


11h34 : La Plaça Universitat remplie d’étudiants

Plaça universitat barcelone


11h25 : Le club de football FC Barcelona dans un communiqué critique les peines de prison et appelle au dialogue pour solutionner le conflit entre la Catalogne et l’Espagne.


11h20 : Plus aucune voiture ne peut circuler sur la Via Laetania.

via laetania barcelone


11h20 :La démocratie est morte au sein de l’état espagnol” a twitté, l’ancien vice-président de la Catalogne, Oriol Junqueras condamné à 13 ans de prison.


11h12 : Avec le système de remise de peine,  et après avoir passé deux ans en prison préventive les activistes Jordi Sanchez et Jordi Cuixart seraient les premiers à sortir de prison à la mi-janvier 2020. Le plus lourdement condamné, l’ancien vice-président Oriol Junqueras sera derrière les barreaux jusqu’au printemps 2021.


11h00 : Les anciens ministres de Carles Puigdemont, les activistes associatifs et l’ancienne présidente du parlement catalan sont condamnés à 100 ans de prison ferme au total pour la déclaration d’indépendance du 27 octobre 2017. Le détail du verdict est disponible ici. A 11h30, le gouvernement catalan s’exprimera officiellement. A midi le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez fera une déclaration en castillan et en anglais. A la même heure , les indépendantistes lanceront le coup d’envoi du grand blocage de Barcelone avec un rassemblement massif sur la place Catalunya. Déjà différentes rues et avenues de la ville sont fermées à la circulation. 19.000 policiers sont mobilisés.


10h20 : Depuis Bruxelles, Carles Puigdemont “appelle les Catalans à réagir comme jamais auparavant. Pour l’avenir de nos enfants. Pour la démocratie. Pour l’Europe. Pour Catalunya.” a réagi l’ancien président via Twitter.


09h40 : Le verdict complet est disponible ici : https://www.equinoxmagazine.fr/2019/10/14/verdict-officiel-jusqua-13-ans-de-prison-pour-les-leaders-independantistes/

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales