En Europe, les Français sont les plus opposés à l’indépendantisme catalan

par Rédac Equinox Radio Barcelone
france catalogne espagne

Dans le conflit territorial entre l’Espagne et la Catalogne, 42% des Européens pensent que l’Union européenne (UE) devrait jouer un rôle de médiateur. Selon une étude du conseil diplomatique de la Catalogne Diplocat, les Français sont les plus opposés au projet indépendantiste et soutiennent l’État espagnol.

Selon cette étude, presque un Européen sur deux opine que l’Europe devrait s’offrir en qualité de médiateur entre la Catalogne et l’Espagne. Mais 18% vont encore plus loin et pensent que l’Europe devrait soutenir officiellement l’organisation d’un référendum. A l’inverse, 16% des Européens pensent que l’UE doit soutenir le gouvernement espagnol et défendre l’unité de l’État, 14% choisissent de ne pas se positionner et seulement 10% n’ont pas répondu. 

Les Français sont hostiles

Les Français sont les plus critiques en Europe face à la Catalogne. Seuls 15% des Français veulent que l’Europe soutienne un référendum, contre 27% des Slovènes, 22% des Suédois, 20% des Suisses, 19% des Italiens, 17% des Allemands et Anglais.

31% des Français souhaitent que l’Union Européenne intervienne en qualité de médiateur. Un chiffre qui monte à 52% dans le cas des Slovènes, et 48% des Allemands. Les 40% sont dépassés en Suisse, Italie et Grande-Bretagne. En revanche 20% des Français soutiennent l’État espagnol contre seulement 7% des Slovènes, ou 14% des Anglais et Allemands.

A la question Comment votre gouvernement devrait réagir face au conflit catalan, le seul État dans lequel les citoyens feraient pression pour une implication active de leurs responsables politiques en faveur de la Generalitat serait la Slovénie. 48% des Slovènes pensent que leur exécutif devrait faire pression pour le référendum et 14% qu’il devrait être un médiateur. En Allemagne, 36% des citoyens souhaiteraient que le gouvernement allemand soit un médiateur et 12% qu’Angela Merkel soutienne un référendum. En France, seuls 15% des Français veulent qu’Emmanuel Macron appuie le référendum et 20% veulent que le gouvernement français soutienne Madrid. Seuls 9%des Italiens, et 12% des Allemands souhaitent la même chose.

Mauvaise image de l’Espagne, bonne image de la Catalogne

34% des Européens désapprouvent la réaction de l’Europe face à la Catalogne, 39% l’approuvent et 15% la jugent très bonne. Plus de trois Européens sur quatre pensent que le conflit entre la Catalogne et l’Espagne n’est pas résolu.

Le rôle de la Generalitat est soutenu par 61% des Européens tandis que 29% la désapprouvent. Enfin 52% des personnes interrogées approuvent la gestion du conflit de la part du gouvernement espagnol et 39% la condamnent.

Pour 31% des sondés, l’image de l’Espagne a empiré avec le conflit indépendantiste tandis qu’elle s’est améliorée pour 22% d’entre eux. Dans le cas de la Catalogne, son image s’est améliorée selon 34% des Européens interrogés et a empiré pour 23%. Pour 44%, elle n’a pas changé.

Plus de 2500 enquêtes dans neuf États

L’étude est basée sur une enquête menée dans neuf pays européens entre le 23 septembre et le 2 octobre 2019, avant donc que soit connu le verdict du procès condamnant les responsables indépendantistes à 99 ans de prison. Au total, 2561 enquêtes via internet ont été réalisées en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suède, en Suisse, en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, dont les résultats ont été comparés à d’autres enquêtes publiques et aux données disponibles. Dans tous les cas, seuls des citoyens informés sur la politique internationale ont été interrogés, pour éviter un grand nombre de réponses dans la section « ne sait pas » ou « ne répond pas ».

En octobre 2017, l’institut Odoxa-Dentsu Consulting avait mené en France une étude sur le sujet de l’indépendantisme catalan pour Le Figaro et France Info. Une nette majorité de Français pensait alors que l’indépendance de la Catalogne serait une mauvaise chose pour l’Espagne (69%), pour l’Europe (59%) et pour la France (54%). Toutefois 53% des Français se déclaraient alors favorables à la tenue d’un référendum d’autodétermination.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales