5 mythes sur les Français expatriés à Barcelone

par Les Tops

Vivre à Barcelone, un rêve au quotidien? Décryptage des idées reçues sur l’expatriation dans la capitale catalane.

1. Le travail, c’est à la cool

Le temps de travail est en réalité plus élevé en Espagne qu’en France: 40 heures par semaine, avec un peu moins de cinq semaines de vacances. Soit 1689 heures de travail par an contre 1473 en France. Pas de sieste au travail donc, et souvent des journées à rallonge avec des pauses déjeuners assez longues. Un problème pour la santé et la vie familiale selon de nombreux chercheurs qui réclament des horaires plus condensés. A Barcelone, on quitte le bureau entre 18h et 20h, tandis que les commerces ferment à 21h (voire plus tard en été).

2. Ils sortent tout le temps

Voir mythe numéro 1. Avec ces longues journées, les expatriés ne sortent pas forcément beaucoup en semaine… sauf afterworks organisés par les collègues, des associations francophones ou autres. Il faut reconnaître qu’avec la bière à moins de 2 euros, des pintxos à 1 euro et une ambiance propice à la fête, les Français sortent toutefois plus souvent et plus facilement qu’en France.

3. Ils se baignent toute l’année

Même si l’été débute plus tôt et s’achève plus tard, Barcelone jouit d’un traditionnel climat méditerranéen, avec notamment des précipitations plus importantes qu’à Londres par exemple. Le météorologue Aleix Serra expliquait cette année à Equinox que « les orages violents en automne sont une caractéristique du climat méditerranéen, et les panoramas climatiques actuels entraînent une plus forte probabilité de pluies extrêmes ».

Plage Garraf

La jolie plage de Garraf au sud de Barcelone

Enfin pour ce qui est de se baigner dans la mer, les expatriés comme les locaux fuient les plages barcelonaises en été, et préfèrent s’éloigner de la ville.

4. Ils gagnent bien leur vie

Le SMIC espagnol étant à 1050 euros bruts, les salaires sont généralement moins élevés en Espagne. Toutefois, les Français, parce qu’ils parlent deux ou trois idiomes, bénéficient de primes de langues dans certains emplois ou ont accès à des postes mieux rémunérés dans certains secteurs. Pour un même emploi, il faut toutefois le plus souvent accepter une baisse des prétentions salariales par rapport à la France. Avec la hausse de l’immobilier à Barcelone, le niveau de vie n’est donc pas forcément meilleur que dans certaines villes françaises.

5. Ils vivent entre eux

L’espagnol est une langue souvent apprise à l’école, et dans tous les cas facile à apprendre, les Français de Barcelone sont donc en général très bien intégrés. Beaucoup parlent également le catalan, parfois par nécessité comme les parents dont les enfants vont à l’école publique. Certains expatriés de courte durée, par exemple parce que l’un des conjoints a été envoyé à Barcelone pour une mission de quelques années, préfèrent évoluer dans un cercle plus français. Dans tous les cas, les Français de Barcelone apprécient parfois de se réunir autour de thématiques communes comme la French Tech, des associations de parents francophones, des clubs dédiés à l’entrepreneuriat ou encore des activités pour retraités.


Bonus: réécouter le podcast La vraie vie des femmes d’expats à Barcelone

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales