Coronavirus – Les réponses pratiques d’un médecin spécialisé à Barcelone

par Leslie Singla
CORONAVIRUS CATALOGNE

L’Espagne a prolongé le confinement jusqu’à mi-avril. Le point sur les recommandations et la situation avec le médecin Juan Ambrosioni, spécialiste dans les maladies infectieuses, en charge des personnes touchées par le coronavirus à l’Hospital Clínic de Barcelone.

Faut-il mettre un masque et des gants ?

Pour marcher dans la rue non. Il est important de rappeler que le virus ne circule pas dans l’air, mais se transmet par les gouttelettes. Le masque et les gants peuvent être utiles dans les transports en commun, si jamais quelqu’un tousse à proximité. Le plus important reste de se laver les mains, de ne pas se toucher le visage et de ne pas approcher une personne à moins de deux mètres. Il faut laisser les masques filtrants disponibles pour le personnel soignant, obligé d’en porter dans les hôpitaux.

Est-il possible de contracter le virus en touchant les produits alimentaires au supermarché ?

Comme il se transmet par le contact, le mieux reste de bien se laver les mains, entre les doigts, les pouces et les ongles, après avoir touché un produit.

Recevoir un colis présente-t-il des risques ?

Non car la personne qui l’envoie applique normalement les mesures, en portant des gants.

Les animaux peuvent-ils transmettre? Notamment les chiens qui sortent dans la rue ?

Non.

Au bout de combien de temps pourrons-nous voir les effets du confinement ?

C’est très difficile à dire. Par exemple, ce week-end à l’Hôpital Clínic nous n’avons pas noté de hausse de cas en soins intensifs, mais à voir si ça reste stable dans les prochains jours. L’objectif du confinement est de freiner l’augmentation du nombre de personnes affectées, pour ne pas déborder les hôpitaux. Ces derniers doivent disposer du nombre suffisant d’appareils respiratoires pour les patients en ayant besoin. À Madrid on aurait dû prendre des mesures plus strictes plus tôt.

barcelone etat d'urgenceLes pays d’Europe vont-il reproduire le schéma de l’Italie en décalage ?

On ne peut pas savoir. Par exemple en Allemagne le taux de mortalité est très faible, alors qu’en Italie il est très élevé. Pourtant, les mesures étaient plus ou moins similaires dans les deux pays.

La Corée du Sud a réussi à contrôler l’épidémie, grâce à un important dispositif de tests et non de confinement, qu’en pensez-vous ?

Là encore difficile de donner une réponse certaine, peut-être nous aurions réussi à freiner l’épidémie de cette façon. Mais nos laboratoires n’étaient pas prêts à réaliser un dépistage à si grande échelle.

Y a-t-il des gestes responsables à faire davantage ?

Il faut absolument que les habitants restent chez eux, qu’ils sortent uniquement pour des produits de première nécessité. On ne fait pas une longue promenade avec son chien, aller au supermarché tous les quatre jours ou plus reste suffisant. Si on présente des symptômes légers, il ne faut pas aller à l’hôpital et s’isoler chez soi. Il faut laisser la place aux malades dans un état plus grave.

Pour suivre la situation en Espagne, le gouvernement publie toutes les informations ici. Le Dr. Juan Ambrosioni publie également les éléments les plus importants sur son compte Twitter @juanambro1.

Recommandés pour vous

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales