Etat d’urgence en Espagne jusqu’au 9 mai

par Nico Salvado
état d'urgence en Espagne

L’état d’urgence en Espagne est officiellement actif jusqu’au 9 mai prochain. Le parlement espagnol a voté aujourd’hui favorablement le décret proposé par le gouvernement de Pedro Sánchez. 

Le décret d’état d’urgence en Espagne est officiellement en vigueur jusqu’au 9 mai avec un vote favorable de la majorité absolue du parlement espagnol. Il sera révisé début mars par les députés et le Premier ministre devra informer le parlement de l’évolution de la pandémie tous les deux mois.

Couvre-feux et confinements périmétriques

Avec ce décret, les régions pourront, si elles le souhaitent, maintenir actifs les couvre-feux locaux. Ces derniers seront révisés le 9 novembre prochain. Les régions pourront également continuer à mettre en place des confinements périmétriques, c’est-à-dire empêcher d’entrer et de sortir des régions, ou de zones internes à celles-ci. Une restriction qui sera en vigueur en Catalogne demain, et qui est déjà active au Pays Basque, Navarra, Asturias, Murcia, La Rioja, Castilla la Mancha et Castilla et León.

Madrid, dans une inquiétante dérive politique et sanitaire sous la pression de la présidente conservatrice Isabel Ayuso Diaz, refuse de prendre des mesures drastiques pour ne pas créer de dommages supplémentaires à l’économie de la capitale espagnole.

« La plus grande calamité depuis 100 ans »

Le ministre de la Santé Salvador Illa a justifié la longue durée de l’état d’urgence par le fait que « presque tout le territoire espagnol est à risque élevé ou très élevé. Le scénario actuel est très inquiétant, d’une grande instabilité. Nous devons revenir aux niveaux d’été. » Une période incluant les fêtes de Noël, « qui cette année seront différentes et nous devons nous y habituer » a déclaré Illa. « Je suis le ministre de la Santé qui fait face à la plus grande calamité depuis 100 ans » a conclu Salvador Illa.

L’état d’urgence a été voté favorablement par les socialistes, Podemos, les libéraux de Ciudadans, la gauche indépendantiste catalane (ERC), les régionalistes basques, des Canaries et d’Asturies. Le principal parti d’opposition, le Partido Popular, s’est abstenu en raison de la durée des six mois. Junts Per Catalunya s’est également abstenu. Le parti de Carles Puigdemont dénonce que l’état d’urgence ne permet pas à la Catalogne de décréter le confinement à domicile. Vox a voté contre pour dénoncer une supposée dictature sanitaire.

Etat d’urgence en Espagne jusqu’au 9 mai

 

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales