La précaire réouverture de la Catalogne

par Nico Salvado

La Catalogne est en convalescence. Et les prochaines semaines à risque pourraient replonger la région dans le rouge.

Après avoir rouvert les restaurants, bars, théâtres, cinémas, salons de beauté, la Catalogne doit relancer d’ici une semaine l’activité des centres commerciaux. S’en suivront les achats de Noël, l’interminable liste des réveillons :  Noël, Sant-Esteve, Nouvel An et les Rois. Entre temps, la Catalogne aura rouvert ses frontières : il sera de nouveau possible pour les Catalans de sortir de la région et aux touristes d’y entrer.

Pas sûr que le système sanitaire catalan tienne le choc. La Generalitat veut absolument éviter le modèle de l’été dernier. Les restaurants pleins après le déconfinement, le réveillon de la Sant Joan du 24 juin et l’arrivée de touristes avaient conduit le gouvernement à de dures restrictions en plein mois de juillet.

Il y a des nuances dans la comparaison. Pour l’optimisme : en juin le port du masque dans la rue n’était pas obligatoire. Aujourd’hui la mesure permet de freiner tant bien que mal les contagions. Pour le pessimisme, les services de soins intensifs sont plus surchargés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient cet été au sortir d’un confinement radical. La période hivernale est bien sûr plus propice aux contagions que l’estivale.

Des décisions lourdes de conséquences

Pour le gouvernement catalan les décisions salomonesques s’accumulent. Faut-il durcir les restrictions de bars et restaurants ? La Generalitat est mécontente du comportement de certains établissements qui ne respectent pas les consignes : distanciation de 2 mètres entre les tables avec un marquage au sol, le port du masque des clients entre les plats et le respect des groupes n’excédant pas 4 personnes. Le gouvernement et la mairie de Barcelone ont envoyé la police multiplier les contrôles au sein des bars et restaurants.

Le ministre des Entreprises, qui fut un des plus grands défenseurs de la réouverture face au département de la Santé, s’est fendu d’un tweet très virulent.

CATALOGNECommentant une image peu civique d’un restaurant à la une du Periódico Ramon Tremosa s’est exclamé : « ouverture de terrasses SANS distance de 2 mètres entre tables ni masques !! Le secteur doit être responsable et il y aura des sanctions en cas de non conformité. Si les données épidémiologiques s’aggravent, il sera nécessaire de refermer. »

Le secteur de la restauration joue sa peau en cette période des fêtes. La demande d’assouplissement du couvre-feu est la condition sine qua non de la reprise économique selon les syndicats de restaurateurs.

Couvre-feu pour les réveillons

Élargir l’actuel couvre-feu de 22h à 6h durant les nuits du 24 et 31 décembre est la seconde décision majeure sur la table du gouvernement catalan. L’exécutif espagnol a proposé un horaire de 1h à 6h pendant les réveillons. Le gouvernement de Catalogne, qui a le dernier mot, réserve encore sa décision.

Réouverture de la Catalogne « Retirer le couvre-feu durant des nuits aussi dangereuses serait une décision criminelle » commente à Equinox le Dr Alonso qui fait partie du du BIOCOMSC, le groupe de chercheurs qui publie des rapports sur la situation sanitaire utilisés par le gouvernement catalan.

Risque de saturation des hôpitaux catalans

Pour le moment, la situation épidémiologique reste sous contrôle avec un taux de reproduction (R) de 0,77. En dessous du « 1 » qui signifie que le virus ne se propage plus à grande vitesse. Le taux d’incidence est de 128 contagions pour 100.000 personnes, bien loin des 500/100.000 qui est le seuil d’alerte. D’ailleurs, l’indice de risque de la Generalitat est de 128,56. En dessous de 100 la Catalogne passera dans le vert.

Cependant les autorités restent préoccupées par les 500 personnes qui se trouvent actuellement dans les services de réanimation. Au delà de 600 patients, les hôpitaux doivent reprogrammer les opérations d’autres pathologies nécessitant une réanimation. « Nous sommes inquiets » confie le directeur de l’Hospital Clinic de Barcelone, Antoni Castells.

La saturation des soins intensifs reste le facteur déclenchant des restrictions. L’activité sociale autour des personnes de plus de 65 ans, qui sera élevée pendant le mois de décembre, pourrait également se traduire par une montée en flèche des cas graves et des hospitalisations.

Une fois de plus, la Catalogne, comme ses voisins européens, va tenter de faire du funambulisme entre les dommages sanitaires et économiques.  En espérant que les assiettes de la table du réveillon ne soit pas cassées avant le 24 décembre.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales