« Je suis content d’être en Erasmus à Barcelone quand je compare avec la France »

par Camelia Balistrou

« La Rencontre » la nouvelle chronique d’Equinox donne la parole aux Français de Barcelone.

Malgré la pandémie, de nombreux étudiants en Erasmus ont pu rejoindre leur destination pour réaliser un semestre ou une année à l’étranger. C’est le cas de Pierre-Shayan Minoui. Originaire de Paris, le Français de 20 ans va passer 6 mois à Barcelone dans le cadre de son Erasmus à l’Université Pompeu Fabra.


Comment s’est passée votre installation à Barcelone ? Avez-vous eu des difficultés dans vos recherches à cause de Covid-19 ?

Je n’ai pas vraiment eu de difficultés. J’ai trouvé mes colocataires sur Facebook, grâce aux nombreuses pages dédiées aux Erasmus de Barcelone. Les ambassadeurs de ces groupes nous dirigeaient vers des liens comme SpotaHome, Uniplaces, etc. Ce sont des sites pour trouver des logements et des colocataires. Cela m’a pris environ 1 mois, car je cherchais le meilleur endroit possible pour moi, quitte à rester ici 6 mois. Je me posais des questions sur la localisation : est-ce plus avantageux d’être situé près de l’université ou du centre-ville ? Finalement, j’ai trouvé ma coloc dans le quartier de l’Eixample en décembre dernier.

Quelles études poursuivez-vous ?

Je suis en école de commerce à Paris et ici, à Barcelone, je poursuis des cours d’économie et de business à l’Université Pompeu Fabra.

Comment se déroulent les cours ? 

À ce jour, tous les cours se font à distance, mais avec les assouplissements des restrictions, l’Université envisage de passer en présentiel dans les semaines à venir.

Avez-vous rencontré les étudiants de votre promo ?

Je n’ai pas pu rencontrer les Barcelonais qui suivent les mêmes cours que moi, mais les Erasmus oui. Dans notre université, nous avons eu la chance d’avoir les Welcome Days. Plein d’activités ont été organisées sur deux semaines comme des sorties aux musées, des piques-niques sur la plage… Avec, bien entendu, le respect des restrictions sanitaires. Un groupe Whatsapp a été créé pour être en contact avec tous les Erasmus. Donc, cela a été très simple de faire connaissance avec eux.

Erasmus à Barcelone

Malgré les restrictions liées au Covid, est-ce possible de faire des soirées avec ses camarades de promotion ?

C’est plus compliqué mais on en fait quand même. La limite de rassemblement de 6 personnes est embêtante. Je ne vais pas vous cacher que, parfois, nous sommes montés à 10-12 étudiants. Sinon, on organise des sorties sur la plage pour éviter cette contrainte.

On associe souvent Barcelone à une ville festive. Quels sont vos ressentis concernant cette Barcelone à l’ère du Covid-19 ?

On sait pertinemment que sans le Covid ce serait bien mieux. On pourrait aller en discothèque, sortir tard, etc. Mais je ne me plains pas car je vois mes amis en France en train de subir toutes les restrictions. Ils sont hyper jaloux de moi. Et moi, quand je les entends, je suis bien content d’être ici. Je suis passé d’un confinement et d’un couvre-feu très tôt à ça (couvre-feu à 22h, restaurants, cinémas, théâtres ouverts…). Donc, je ne ressens pas ce manque de fête ou de vie en comparaison.


En France, l’état de la santé mentale des étudiants inquiète, comment vous sentez-vous actuellement ?

Je me sens privilégié. Par exemple, j’ai des amis français qui font leur Erasmus en Angleterre. Ils ne rencontrent pas beaucoup de monde et ne sortent presque pas. C’est bien triste. Je trouve qu’actuellement, Barcelone est le meilleur endroit pour faire son Erasmus. J’ai eu beaucoup de chance car quand j’ai fait mon choix, je n’avais pas forcément anticipé cela.

Avez-vous peur du virus à Barcelone ?

Pour être honnête, au bout de la première semaine, beaucoup d’Erasmus de ma promo l’ont attrapé, moi y compris. Sûrement à cause des petites activités organisées. Alors, nous avons eu une petite période d’isolement pendant 10 jours. Ce n’est pas une attitude exemplaire, mais grâce à ça, il y a eu une sorte de petite immunité collective dans la promo.

Est-ce que l’on ressent la peur ? Non. La peur, elle suit le gouvernement et ses restrictions. Quand il y a beaucoup de restrictions, la crainte se fait plus ressentir. En France, on a l’impression que le Covid est plus présent voire plus dangereux. Ici, on voit tout le monde sur la plage, en train de faire du volley, de profiter de la vie. Je ne trouve pas qu’il y ait une quelconque crainte.

Comment imaginiez-vous votre Erasmus à Barcelone sans le Covid ?

Pour l’instant, les restrictions ne sont pas énormes alors je ne ressens pas trop les contraintes sanitaires. Si j’étais en Angleterre. J’aurais eu des regrets là-bas. Mais comme j’ai participé aux Welcome Days, rencontré plein de nouvelles personnes, je n’ai pas l’impression de passer à côté de cette expérience. Et puis, je suis ici encore pour 5 mois ! D’ailleurs, mes amis Erasmus et moi comptions profiter des vacances de mars pour aller à Séville ou ailleurs en Espagne. À ce jour, on ne peut pas quitter la Catalogne à cause des restrictions de déplacement. Donc, on espère que cela changera d’ici là !



LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales