L’indépendantisme catalan dépasse 50% des voix

par Aurélie Chamerois
Publié le Modifié le
indépendantisme catalan

L’indépendantisme catalan, qui raflait depuis dix ans la majorité des sièges du parlement grâce au système électoral, n’avait jamais réussi à obtenir plus de 50% des suffrages lors de l’élection parlementaire.

C’était l’un des objectifs des indépendantistes : élargir la base d’électeurs pour obtenir la majorité des voix. ERC à gauche, Junts au centre droit, PdeCAT à droite et la CUP à l’extrême gauche cumulent au terme des élections catalanes un peu plus de 50,8% des suffrages. Le bloc séparatiste n’avait atteint que 47,5% des voix lors des précédents élections de 2017, convoquées peu après le référendum et la déclaration d’indépendance.

Selon les experts, la participation (53,6%), qui est la plus faible depuis le rétablissement de la démocratie, a particulièrement favorisé les indépendantistes, traditionnellement plus mobilisés que leurs opposants. Cette faible participation donne aussi moins de poids à cette réussite. « Si l’on regarde en nombre de voix et non de pourcentage, ERC a perdu 30% de ses votes de 2017, et Junts 40%, il y a donc une perte d’adhésion » indique le sociologue Martin Szulman.

L’indépendantisme catalan restera au pouvoir

Autre bémol au triomphe indépendantiste : la liste arrivée légèrement en tête est celle du socialiste Salvador Illa avec 23% des voix.  Une première place qui ne perturbe pas la victoire indépendantiste, possédant la majorité absolue au parlement.

Pere Aragonès, le candidat d’ERC, a annoncé ce soir son intention de demander l’investiture présidentielle devant le parlement et de former son gouvernement

 

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales