2 Barcelonais sur 10 vivent des prestations sociales

Publié le Mis à jour le
appartement à barcelone

Bien que le revenu principal des Barcelonais soit leur salaire, 18 % d’entre eux vivent des prestations sociales, selon les chiffres de l’Agence municipale des données de la mairie de Barcelone.

D’où viennent les revenus des Barcelonais, et comment se repartissent-ils en fonction du quartier de résidence ? C’est la question sur laquelle s’est penché l’Agence municipale des données de la mairie de Barcelone*.

Le salaire constitue la majorité des revenus de plus de la moitié des Barcelonais, mais l’on trouve de fortes disparités en fonction des quartiers. Pour presque 3 Barcelonais sur 10, les revenus proviennent d’une activité d’auto-entrepreneuriat ou sont issus du patrimoine. Pour quasiment 2 habitants sur 10, les prestations sociales (comme la retraite ou différentes aides) forment une grande partie du revenu disponible. Et sans surprise, ce sont dans les quartiers les moins aisés que l’on retrouve le plus de personnes dépendant de ces prestations.

De fortes disparités de revenus entre quartiers à Barcelone

Selon l’étude, les salaires représentent la majorité des revenus des habitants des quartiers de la Clota, Diagonal Mar, Poblenou, el Raval, Bon Pastor, la Vila Olímpica, Barceloneta, La Clota et Poble Sec.

En revanche, les revenus d’autoentrepreneurs et issus du patrimoine sont les plus importants dans les quartiers de Tres Torres (quartier le plus riche de Barcelone), Pedralbes, Sant Gervasi, Sarrià, Vallviderra, la Dreta de l’Eixample, El Putxet, Antiga Esquerra de l’Eixample ou encore le Gòtic.

Enfin, les aides sociales constituent plus d’un quart des revenus des habitants des quartiers de Canyelles, Can Peguera, La Guineueta, Verneda i La Pau, Baró de Viver, La Marina, Ciutat Meridiana (qui reste le quartier le plus pauvre de Barcelone), Trinitat Nova, Sant Genís et La Prosperitat.

Fait surprenant, cependant : à première vue, le revenu disponible des Barcelonais a augmenté de 5 % entre 2010 et 2018 ; mais pour Dolors Cotrina (interviewée par El País), responsable du département d’analyse de l’agence, le chiffre est faussé par l’inflation et a en fait diminué de plus de 7 %. La raison, selon elle : les prix à Barcelone ont augmenté, alors que les salaires ont stagné, voire  diminué.

App : Flourish

*Oficina Municipal de Datos del Ayuntamiento de Barcelona

Recommandé pour vous