Être parents à Barcelone : enfer ou paradis ?

Par Clémentine Laurent
Publié le Mis à jour le

Mamans à Barcelone – Cathy Dupré

Ville très peuplée, polluée, chère, parfois mal fréquentée… mais ville cosmopolite, ensoleillée et moderne. Barcelone compte beaucoup d’atouts mais aussi d’inconvénients pour les familles. Barcelone est-elle une ville adaptée aux enfants ? Equinox a rencontré des parents français pour y répondre.

Pauline Pasquier, Française originaire de Fontainebleau, a rencontré son mari et fondé une famille à Barcelone. Aujourd’hui, deux ans après la naissance de sa fille, elle l’affirme sans hésiter : « Le plus gros point positif d’avoir un enfant ici, c’est le congé paternité ! »

Car en Espagne, papas et mamans sont sur un pied d’égalité, avec 16 semaines de congés chacun, alors que la France n’offre qu’entre 25 et 32 jours pour le père et entre 16 et 46 semaines pour la mère (s’ils sont salariés). « Ça a fait une grosse différence pour nous, car ça a permis à mon conjoint d’avoir une vraie connexion avec le bébé très tôt », explique la coach de sommeil pour enfants, établie à Barcelone depuis 9 ans.

Mais tout n’est pas rose non plus, pour les parents à Barcelone : contrairement à la France, ils reçoivent peu d’aides sociales pour élever leurs enfants. « Il y a bien l’équivalent d’une prime à la naissance, mais aucune aide », regrette Magali. La Lilloise est arrivée à Barcelone en 2013 avec son mari et leur fille de cinq mois ; aujourd’hui, ils ont également des jumelles et peuvent comparer les situations française et espagnole. « Le fait de ne pas avoir d’allocations, c’est un problème pour les familles nombreuses. On a bien un statut particulier avec quelques réductions, mais ce n’est pas grand-chose. »

Plus de crèches et d’écoles à Barcelone

Une différence dans le budget entre la France et l’Espagne pourrait-elle devenir un problème, au moment de choisir la crèche ou l’école de son enfant ? Pas vraiment, selon Magali. Elle explique qu’à Barcelone, le prix des crèches est établi en fonction des revenus des parents, en plus d’une offre beaucoup plus large qu’en France. « Et ici, on peut avoir une place en crèche en une semaine, cela se fait par tirage au sort, alors qu’en France il faut faire les démarches très tôt, quand on est encore enceinte ! »

Parents Barcelone

Photo : Magali et sa famille

Le nombre d’écoles est également un point fort de Barcelone. Les parents français peuvent choisir de scolariser leur enfant dans une école catalane, mais aussi française ou même britannique ou américaine. C’est ce qu’a choisi Nadège, Française établie dans la capitale catalane depuis quatre ans avec ses deux enfants. « Je trouve que les systèmes internationaux sont beaucoup plus pédagogues que le système français, alors qu’en France on a tendance à faire apprendre par cœur », affirme la Limougeaude.

Véronique, arrivée il y a quelques mois à Barcelone, note aussi une pédagogie plus moderne au sein de l’école catalane où elle a scolarisé ses enfants de 9 et 11 ans. « Ici, les enfants apprennent à travers des jeux, des expériences, des activités. Je trouve qu’ils s’épanouissent beaucoup plus comme ça, ils n’ont même pas l’impression d’apprendre ! Il y a un côté bienveillant et ludique dont la France pourrait s’inspirer. » Elle apprécie aussi le matériel scolaire fourni et la qualité de la garderie, plus onéreuse mais aux activités développées.

Mais les écoles françaises de Barcelone se différencient aussi du système français. « Comme nous sommes une école française à l’étranger, nous suivons le programme français, mais nous sommes plus autonomes. Nous développons des projets indépendants, en stimulant le plurilinguisme par exemple », insiste Semia Duval, directrice de l’école française Ferdinand de Lesseps.

Parents à Barcelone : ville ‘kid-friendly’

« Barcelone est vraiment une ville bien faite, comparée à Paris avec ses micro-trottoirs et sa pollution ! », s’enthousiasme Pauline. « Les trottoirs sont assez larges pour passer avec la poussette, il y a des aires de jeux partout, des parcs, la plage, la montagne… » Les Espagnols ayant par nature un niveau sonore un peu plus haut que les Français, Véronique remarque qu’ils sont aussi moins gênés par les enfants. « Ici, ce n’est pas gênant que les petits fassent du bruit, on ne juge pas du tout, c’est une grande différence avec la France. Il y a un côté bienveillant. »

Barcelone parents

Photo : Nadège et sa famille

Barcelone regorge d’ailleurs d’activités pour les enfants, avec des ateliers, centres de loisirs créatifs et sportifs, des cours de langue, des colonies de vacances… « On a une offre d’activités sportives et culturelles énorme, et à des prix dérisoires par rapport à la France ! », se réjouit Magali. « Même pour les adolescents, Barcelone offre beaucoup : cinémas, expos, plage, montagne, plein de cafés et de bars ; c’est une très bonne ville », assure Nadège.

« Barcelone craint un peu, mais tout autant qu’une grande ville française »

Côté sécurité, la cité comtale peut inquiéter les parents. « C’est vrai que les mamans seules avec leurs enfants dans les transports sont une cible pour les pickpockets », reconnaît Pauline. Mais Magali tempère : « Barcelone craint un peu, mais tout autant qu’une autre grande ville française ».

La circulation, en revanche, constitue un point noir de la ville. Pour Magali, « Il y a beaucoup de trafic, mais je trouve que les automobilistes sont assez respectueux des limitations de vitesse par rapport aux autres villes françaises… sauf dans les zones scolaires, personne ne respecte la limitation à 10 km/h ! Et les trottinettes électriques font vraiment n’importe quoi. » Une éducation à la sécurité routière est simplement nécessaire, selon Véronique.

Barcelone parents

Photo : Pauline et sa famille

La pollution de Barcelone fait aussi réfléchir les parents, dans une certaine mesure. « J’espère surtout que la ville va continuer d’évoluer pour limiter la circulation des voitures. On rêve d’une ville comme Amsterdam ou Copenhague où il n’y a que des vélos », soupire Pauline. De son côté, Magali surveille aussi attentivement la situation. « Ça n’est pas un réel stress, mais en tant que parents, on y est attentifs. On essaye de sortir de la ville quand il y a un pic de pollution, et si la santé de l’un d’entre nous se dégrade, cela serait un point déterminant pour déménager. »

Mais tous les parents sont d’accord : le grand point positif de la capitale catalane, c’est le fait qu’elle soit cosmopolite. « Ici, les enfants sont élevés dans un univers très divers en termes de culture, et les écoles catalanes y contribuent beaucoup en étant très ouvertes aux autres cultures. C’est une vraie richesse ! », assure Magali. Pauline ne regrette pas non plus son choix de s’être installée à Barcelone : « Au final, ces petits problèmes, c’est le prix à payer pour vivre à ici, dans une ville cosmopolite, avec le soleil, la mer… un cadre génial pour les enfants. »

Recommandé pour vous

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez les désactiver si vous le souhaitez. Accepter

Politique de privacité