Troisième nuit de la Mercè : vandalisme aux abords des plages de Barcelone

Par Camélia Balistrou
Barcelone

Pour contenir d’éventuels débordements, les forces policières ont été déployées massivement à Barcelone. Cette nuit, une foule de jeunes s’est rendue sur la plage de Bogatell. Le botellón géant s’est, cette fois-ci, passé sans incident majeur malgré des tensions en fin de soirée. Retour sur une nuit plus apaisée.

Photo : Clémentine Laurent/Equinox

Nouvelle nuit de mobilisation policière à Barcelone. Marqués par les événements de la soirée de vendredi à samedi, les Mossos d’Esquadra et la Guàrdia Urbana ont barricadé la sortie du métro de la Plaza de Espana et l’avenue Maria Cristina. Les jeunes se sont tout de même rendus sur la mythique place pour profiter des festivités de la Mercè.

Néanmoins, les agents de police ont veillé à confisquer les bouteilles d’alcool. Effectivement, l’abus d’alcool a été l’une des principales sources des tensions de la veille qui s’est traduite par un bilan de 43 blessés. Une centaine de jeunes étaient aussi présents dans le parc Joan Miró. Les forces de l’ordre ont pu déloger ces derniers sans problème, vers onze heures du soir.

La plage de Bogatell prise d’assaut

Si aucun heurt ne s’est produit sur le Plaza de Espana, la plage de Bogatell a, quant à elle, était prise d’assaut par la jeunesse barcelonaise. Un macrobotellon s’est formé du Port Olympique jusqu’à Mar Bella, dont les milliers de participants étaient principalement des jeunes entre 14 et 20 ans.


La fête était au rendez-vous : musiques retransmises sur des enceintes, danses, chants et consommation excessive d’alcool. La majeure partie de la nuit s’est passée sans encombre et la jeunesse barcelonaise semblait renouer avec la liberté d’avant Covid.

Vandalisme en fin de soirée

Vers trois heures du matin, les premières tensions ont commencé et ont coïncidé avec l’arrivée d’un groupe d’une vingtaine d’individus vêtus de noir, le visage à moitié caché par leur capuche. Bagarres, vols et lancés de bouteilles en verre ont ponctué la soirée. Une moto a été incendiée et le restaurant l’Escamarlà a été saccagé. Au moins 30 personnes ont été arrêtées selon les chiffres des forces de l’ordre.

Suite aux bagarres, des blessés légers sont à déplorer. Toutefois, les soignants présents sur la plage relativisent. « Ce genre d’événements a lieu chaque samedi à cause de l’abus d’alcool et des bagarres. Cela n’a rien à voir avec ce qu’il s’est passé la nuit dernière où les individus étaient en sang, blessés à l’arme blanche. »

Recommandé pour vous

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez les désactiver si vous le souhaitez. Accepter

Politique de privacité