25 façons de reconnaître un vrai Barcelonais

Par Clémentine Laurent
Publié le Mis à jour le

Tout le monde est Barcelonais, à Barcelone. En tout cas, c’est ce qu’on pourrait croire, avec plus d’1,6 million d’habitants. Mais non. Voici les 25 façons de reconnaître un Barcelonais, un vrai.

Le couloir de la mort

Un vrai Barcelonais ne fait pas de correspondance entre la ligne verte (3) et la ligne jaune (4) à l’arrêt Passeig de Gràcia. Ou en tout cas, il sort du métro pour le faire. Pour ceux qui n’ont pas vécu l’expérience, les deux lignes sont reliées par un passage souterrain extrêmement long, bondé, et étouffant en été.


À lire aussi : Barcelone : pourquoi le couloir de la mort est-il si long


Les lignes et les couleurs…

La ligne 1 ? Qu’es-ce que c’est ? Ah, la rouge ! Un Barcelonais ne parle pas des lignes de métro en les appelant par leur numéro, mais par leur couleur.

Les fous du vélo

Prendre un Bicing pour monter vers Gràcia ? Erreur de débutant. À moins de choisir un vélo électrique (ou d’avoir des quadriceps en béton), le vrai Barcelonais ne commettra pas la folie de tenter de remonter les rues de Barcelone vers la montagne.

Une petite place, s’il vous plaît

En parlant de Bicing, les habitants de Barcelone connaissent souvent le problème de devoir attendre devant une station de vélo pleine, en attendant qu’une place se libère. Mais le vrai Barcelonais a la combine : il vérifie sur l’application Smou où il reste des places pour garer son Bicing.

La marée humaine de la Boqueria

Une foule extrêmement compacte, qui empêche de se déplacer comme on veut. Voilà ce que les Barcelonais évitent, en ne se rendant pas au marché de la Boqueria en heure de pointe. En particulier en été. S’ils vont à la Boqueria, ils y vont dès l’ouverture et ne s’attardent pas.

BarcelonaisL’art d’éviter les touristes

En parlant de touristes, chaque Barcelonais a son petit itinéraire alternatif à pied pour les éviter quand il passe par des rues fréquentées.

Et quand il doit traverser une foule, il serpente entre les touristes en marchant vite, parfois même sans lever les yeux de son portable. Il ne s’arrête sous aucun prétexte, même quand quelqu’un prend une photo.

Montjuïc par coeur

Les parcs et jardins de Montjuïc, un Barcelonais les connaît sur le bout des doigts : les jardins de Laribal, de Joan Maragall, de Verdaguer, Mirador, Costa i Llobera, de Petra Kelly, le jardin botanique…

La voiture ? Qu’est-ce que c’est ?

Avec le métro, les bus, les Bicing, le tramway et même le taxi, il est rare qu’un Barcelonais passe son permis dès ses 18 ans. Les jeunes barcelonais qui ont une voiture ont souvent une autre maison hors de Barcelone. Et encore, ils peuvent aussi prendre le train.

Pas de Barcelone sans pickpockets

À Barcelone, il y a des touristes, et donc des pickpockets. Les vrais Barcelonais ont tous déjà été témoins d’un vol de sac à main, de téléphone ou de portefeuille. Au pire, ils en ont été victimes.

« Agua-cerveza-Coca Cola »

Les Barcelonais connaissent les vendeurs ambulants par cœur. Les vendeurs de mojitos douteux et les masseuses sur la plage, les vendeurs de samoussas ou d' »agua-cerveza-Coca Cola » dans les parcs… Ils les entendent même dans leurs cauchemars.

BarcelonaisÀ bicyclette, mais pas partout

Ok, il y a des pistes cyclables à Barcelone, mais pas dans toutes les rues. Le vrai Barcelonais (celui qui a un abonnement Bicing) les connaît, et sait dans quel sens elles vont. Il en évite même certaines comme la Via Laietana, où on est trop près des voitures.


À lire aussi : Barcelone à vélo : les nouvelles pistes cyclables


« Non, on ne mange pas sur la Rambla. »

Lorsqu’un ami qui ne connaît pas Barcelone propose de manger sur la Rambla, le Barcelonais refuse catégoriquement : c’est trop touristique, trop cher, plein de vendeurs ambulants et de pickpockets. L’ironie, c’est qu’il n’a probablement jamais mangé sur la Rambla.

La plage de la Barceloneta ? Jamais !

Les vrais Barcelonais se baignent très, très rarement à la Barceloneta. C’est plein de touristes, c’est sale, c’est bruyant. Le Barcelonais prend le train et profite des plages plus tranquilles comme Montgat.

Spécialistes des bidons d’eau

À Barcelone, il n’y a que les nouveaux venus qui boivent l’eau du robinet. Les vrais Barcelonais se sont séparés en deux catégories : ceux qui se sont fait les muscles en montant des bidons de 8 litres d’eau au quatrième étage (avec entresòl), et ceux qui ont investi dans une carafe filtrante.

Chacun son bar

De manière générale, le Barcelonais a ses bars préférés loin des touristes. Et si on l’emmène à un endroit où la bière coûte plus de 3 €, soyez certains qu’il ne se gênera pas pour faire la remarque.

BarcelonaisLa faute de la mairie

« Les rues sont sales« , « Il n’y a pas assez d’espaces verts« , « Il y a trop d’hôtels« , « Trop de touristes« , « Les loyers sont trop chers« … Un vrai Barcelonais critique toujours la politique de la mairie, dès que c’est possible.

Tous en coloc

Un Barcelonais qui vit tout seul, c’est bizarre. Dans la capitale catalane, en général, on vit en colocation ou en famille. Les nouveaux venus s’en rendent vite compte en découvrant le prix des loyers.

Un parfum… barcelonais

Entre l’odeur de cannabis, de pollution et d’urine, le Barcelonais a l’habitude. Il sait éviter les mauvaises rues. Mais c’est encore une occasion pour se plaindre des touristes ou de la politique de la mairie.

Distinguer les accents latinos

D’ailleurs, il n’est pas rare d’avoir un colocataire originaire d’Amérique latine. Le vrai Barcelonais s’est spécialisé en accents : il sait distinguer les accents mexicain, argentin, chilien et colombien.

Vive les sports alternatifs !

Roller, yoga… En général, les Barcelonais ne pratiquent pas le jogging comme tout le monde, ils font un sport un peu alternatif mais très à la mode. D’ailleurs, qui n’a pas déjà vu une horde de jeunes à roller traverser la rue?

BarcelonaisLe Barcelonais est un frileux

20 degrés, c’est limite. En-dessous, le vrai Barcelonais (passés les 25 ans) sort la doudoune, ou au moins la veste et l’écharpe. Les vrais de vrais font même la combinaison doudoune+écharpe.

Bons plans supermarché

Le Mercadona est fermé le dimanche ? Pas de problème, le vrai Barcelonais connaît les supermarchés qui sont ouverts. Et en général, il connaît même les horaires d’ouverture par cœur.

La sangría, c’est pour les touristes

De la bière, un vermouth, un gin tonic, une sangría de cava à la limite. Mais jamais un Barcelonais ne demandera de la sangría dans un bar.

Barcelone, jungle urbaine

Barcelone est une jungle, et il faut connaître les règles pour survivre. Le Barcelonais ne traverse pas n’importe comment les rues (il veut rester en vie), et il accélère le pas quand le feu pour les piétons clignote.

Le Barcelonais n’a jamais visité la Sagrada Família

Sagrada Família, Casa Batlló, Park Güell… Le Barcelonais les connaît de nom (et en photo sur toutes les publicités de bus touristiques), mais il n’y est jamais allé. Barcelone est comme beaucoup de grandes villes européennes : touristique, mais c’est le résultat d’une histoire et d’une culture riches, qui ont laissé de magnifiques monuments à la ville.

Barcelonais

Recommandé pour vous