Restrictions Catalogne pour les fêtes : ce que peut faire le gouvernement

Par Nico Salvado
restrictions en Catalogne

Face à la hausse de la pression hospitalière, le ministre catalan de la Santé Josep Maria Argimon a annoncé des restrictions en Catalogne. Voici ce que peut faire ou non le gouvernement catalan.  

Pour le moment, l’état d’urgence n’est pas activé en Espagne. Le Premier ministre Pedro Sanchez a convoqué mercredi prochain tous les présidents de régions pour faire un point sur la situation en visio-conférence. La rencontre peut être un premier pas pour enclencher un nouveau statut d’exception dans le pays. A noter que seul ce statut permettrait d’activer un confinement à domicile, et il devrait aussi être voté au parlement.

De nouvelles restrictions en Catalogne

En attendant, le gouvernement catalan prend les devants. Même sans l’outil juridique de l’état d’urgence, il peut imposer des mesures restrictives. Sur la table du Conseil des ministres catalan se trouve notamment l’extension du passe sanitaire aux secteurs où il n’est pas encore obligatoire : musées, cinémas, théâtres et galeries marchandes.

La Catalogne peut également décider de fermer les discothèques, les salles de sports et les événements. Les discussions portent aussi sur le fait de réduire le nombre de personnes par table dans les restaurants, limiter les horaires d’ouverture et réduire la jauge des lieux accueillant du public. Toutes les mesures prises par le Conseil des ministres devront être validées par le Tribunal Supérieur de Catalogne.

Les annonces sont imminentes et auront lieu avant le réveillon de Noël. En revanche, pour le moment le gouvernement catalan ne projette ni confinement périmétrique ni couvre-feu.

La Catalogne dans le rouge vif

Si la Generalitat revient sur sa déclaration de ne pas mettre de restrictions en place avant Noël, c’est en raison de l’accumulation de patients dans les hôpitaux et particulièrement en réanimation. Au 19 décembre, 310 patients étaient dans un service de soins intensifs. Un nombre qui augmente d’une dizaine de personnes chaque jour et se rapproche inexorablement de la barre des 500 admissions signifiant la saturation du système sanitaire. Par ailleurs, 1280 personnes dans un état moins grave occupent un lit d’hôpital en raison du Covid en Catalogne.

Avec 6000 contagions par jour et une rapidité de reproduction du Covid de 1,70 (10 personnes en contaminent 17), l’indice de risque de la Generalitat est dans le rouge vif à 1179 points. Bien loin des 25 points qui signifient une situation sous contrôle.

Difficultés pour administrer la troisième dose

L’arrivée d’Omicron, la perte progressive de l’immunité des vaccins et la traditionnelle activité sociale de décembre expliquent cette situation.

Par ailleurs, le ministère de la Santé a le plus grand mal à mettre en place la campagne de vaccination massive pour injecter l’indispensable troisième dose. Avec des soignants qui travaillent en non-stop depuis mars 2019 enchaînant tours de garde pour soigner le public, la gestion des tests de dépistage et trois campagnes de vaccination (deux du Covid et une de la grippe), le burn-out est devenu une réalité.

D’ailleurs les vaccinodromes ne sont pas ouverts en Catalogne. A part à la Fira de Barcelone, ce sont les centres d’attention primaire (CAP) qui réalisent la campagne de 3e dose et les premiers vaccins des personnes ayant attendu l’activation du passe sanitaire pour commencer leur schéma vaccinal.

Face à cette situation complexe, des voix parmi le monde scientifique envisagent l’option de demander au gouvernement espagnol le concours de l’armée pour aider les soignants dans la 3e campagne vaccinale contre le Covid.

Recommandé pour vous