L’Espagne enverra plus facilement les voleurs en prison

Publié le Mis à jour le
voleur espagne

Les voleurs récidiviste en Espagne vont être envoyés plus facilement en prison grâce à une reforme législative. Le texte doit entrer en vigueur avant la saison estivale pour mettre fin au fléau des pickpockets touchant Barcelone et les grandes villes du pays.

La police le déplore depuis des années : un délinquant dérobant sans violence une somme de moins de 400 euros, ou un objet de cette valeur, ne risque qu’une amende qu’il ne paiera probablement jamais s’il est officiellement insolvable. Une faille aberrante du système judiciaire exploité par les malfaiteurs, qui pour certains font attention de n’effectuer que des petits délits pour éviter les sanctions. Ainsi, les forces de l’ordre arrêtent des dizaines de fois les mêmes individus qui sont aussi tôt relâchés dans la nature.

Cette situation va prendre fin avec une réforme présentée cette semaine devant le parlement espagnol qui vise à modifier l’article 234 du code pénal. Le changement de loi sera voté quasiment à l’unanimité par le parlement. La proposition vient du PdeCat, le parti indépendantiste modéré créé par l’ancien président Artur Mas.

Les députés ont été sensibilisés sur la question par un rapport juridique fourni par l’association des commerçants du Passeig de Gràcia et les syndicats patronaux. L’annonce de cette modification législative est saluée par les syndicats hôteliers et de restauration de Barcelone. Depuis des lustres, la capitale catalane est frappée par ce fléau de pickpockets.

Moins de 100 personnes représentent 1000 délits

Pas plus tard que ce week-end, les Mossos d’Esquadra ont interpellé 31 personnes qui a elles seules cumulent 173 délits.  Par ailleurs, la police a effectué des contrôles d’identité sur 53 personnes responsables de 684 délits. Seules 4 d’entre elles ont fini en prison.

Avec la nouvelle législation qui entrera en vigueur avant la saison estivale, après trois délits, l’individu pourra être condamné à une peine de 6 à 18 mois de prison.

Recommandé pour vous