Les festivals de retour à Barcelone, la drogue aussi

Publié le Mis à jour le
drogue barcelone festivals

Le tourisme et la culture reprennent après la pandémie, et la drogue avec. La tenue des festivals comme le Primavera Sound et prochainement le Sónar riment avec une augmentation de la consommation de drogue à Barcelone. 

Photo : Primavera Sound

Le coup d’envoi a été donné, la saison des festivals a commencé à Barcelone. Elle s’est ouverte avec le Primavera Sound, durant la première quinzaine de juin, attirant bon nombre de jeunes et de touristes prêts à faire la fête pendant plusieurs jours d’affilée. Elle se poursuit ce week-end avec le Sónar, festival aux accents électro, à l’inverse du Primavera Sound plutôt pop.

Si ces événements constituent une bonne nouvelle pour les secteurs culturel et touristique de la ville, ils ne comportent pas que des bénéfices. Qui dit festival, dit drogues. Et si la consommation de stupéfiants a augmenté de manière générale depuis la fin de la crise du Covid-19, rejoignant des niveaux pré-pandémiques, les soignants remarquent que cette consommation connaît un pic lors des festivals. Ce fut le cas lors du Primavera Sound, pour l’Hospital del Mar de Barcelone, mais aussi lors de fêtes plus locales et traditionnelles comme les fêtes de la Barceloneta, explique le docteur August Supervía.

Des drogues sous forme de médicaments

La reprise des événements culturels joue donc un rôle déterminant dans la consommation de drogues à Barcelone, mais pas que. La remontée du tourisme semble, elle aussi, avoir son rôle à jouer. À l’Hospital del Mar, le médecin explique que le profil de patients arrivant suite à une intoxication liée à la drogue “est celui d’une personne jeune, avec un certain pourcentage de touristes, dans des événements comme les festivals”.

drogue barcelone festivalsPhoto : Primavera Sound

Les drogues en elles-mêmes ne semblent pas avoir beaucoup changé, depuis la pandémie, bien que “ces derniers temps, nous avons l’impression d’avoir plus de cas aux urgences d’intoxication à la prégabaline et à la benzodiazépine”, reconnaît le médecin. La prégabaline est un médicament connu pour calmer les troubles de l’anxiété, mais est aussi utilisé comme drogue. Sa consommation a augmenté ces dernières années en France, selon un rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé française, et sa vente est limitée. C’est donc une substance déjà utilisée comme drogue en France, ses consommateurs recherchant un état semblable à l’ivresse.

De son côté, la benzodiazépine ou BZD est aussi utilisée comme médicament anxiolytique, mais son utilisation comme drogue est également bien connue. Notamment prescrite aux étudiants faisant face à des insomnies et un stress intense en période d’examens, la benzodiazépine provoque une forte dépendance, et sa vente est elle aussi strictement contrôlée en France pour éviter son usage comme drogue.

Pas de mesures spécifiques pour y faire face

Face à cette augmentation de la consommation de drogue à Barcelone, les services de santé n’appliquent pas de mesures particulières et ne peuvent se limiter qu’à soigner les patients drogués. “Ce sont les autorités qui devraient prendre des mesures pour limiter la circulation de drogues, de la détection à l’entrée des festivals à la distribution”, affirme le docteur August Supervía. Mais les Mossos d’Esquadra expliquent ne pas pouvoir faire plus que les dispositifs de sécurité des festivals, déjà préparés en fonction de l’ampleur de chaque événement.

drogue barcelone festivalsPhoto : Mossos d’Esquadra

Barcelone est de toute façon connue dans le monde pour être un haut lieu de la consommation de drogue, en premier lieu du cannabis, avec les associations cannabiques légales. Barcelone est d’ailleurs en Europe la ville possédant le plus de restes de cannabis dans ses eaux usées, selon un rapport de 2021 de l’Observatoire européen des drogues et toxicomanies, ce qui témoigne d’une haute consommation. 

Face à des intoxications liées à la drogue, la première chose à faire est d’appeler les urgences (112). Un numéro vert existe aussi en Catalogne pour répondre à tout type de question sur les drogues (gratuit et 24h/24), le 900 900 540. Enfin, il existe aussi divers établissements pour traiter les addictions à Barcelone, la liste ici.

À lire aussi : Face à l’augmentation des agressions, des capuchons anti-drogue dans les boites de Barcelone

Recommandé pour vous