Près de 300 femmes abusées dans les boîtes de nuit de Catalogne

Publié le Mis à jour le
près de 300 femmes droguées dans les discothèques Catalogne

Depuis le début de l’année, presque 300 femmes ont été droguées à leur insu en boîtes de nuit ou dans un bar, en Catalogne. Un fléau de plus longue date en France qui touche désormais la région catalane.

Depuis janvier dernier, 288 femmes ont porté plainte pour abus sexuels sous influence de drogues ou d’alcool, dans toute la Catalogne, selon les chiffres des Mossos d’Esquadra. 167 d’entre elles affirment avoir été droguées à leur insu dans leur verre et 121 déclarent que l’agresseur a profité de leur état d’ébriété pour abuser d’elles sexuellement.

Si à Barcelone, presque 3 femmes sur 4 ont déjà vécu une agression ou des violences sexistes dans leur vie, c’est la première fois que des chiffres officiels mettent en avant ce phénomène de drogue dans les bars et boîtes de nuits en Catalogne. Le GHB, surnommée « drogue du viol », est directement pointé du doigt. Pourtant, il est encore très difficile d’identifier la substance exacte, car celle-ci reste peu de temps dans l’organisme. C’est d’ailleurs la grosse difficulté de ce problème : connaître l’origine et la contenance exacte de cette drogue, car les analyses doivent être faites dans les quelques heures qui suivent la consommation.

Déjà un fléau en France

Paris, Lyon, Grenoble, Lille, Nantes, Toulouse, et bien d’autres villes en France, font face à ce phénomène depuis plusieurs mois. Alors que les témoignages affluent concernant les drogues dans les verres ou les piqûres, les autorités françaises s’inquiètent. Ce fléau n’avait jusque là pas touché Barcelone et sa région, du moins avec autant d’ampleur, mais les chiffres annoncés par les autorités de la Generalitat changent la donne.

sortir soirée clubRéputée comme la ville de la fête, la capitale catalane “a la nécessité d’agir” avant la saison estivale, pendant laquelle ce genre d’agressions risque de se développer, estime le porte-parole des Mossos, Montse Escudé. Ce lundi, les institutions catalanes ont clairement affirmé que la vie nocturne était un lieu plus exposé aux abus. C’est pourquoi un plan de prévention contre la violence sexuelle dans les bars, discothèques et concerts a été présenté par le ministre de l’intérieur catalan, Joan Ignasi Elena. L’inquiétude vis-à-vis de ce phénomène est pris très au sérieux par les autorités, autant que le problème du terrorisme, confirme la Generalitat.

Désormais les Mossos d’Esquadra seront chargés d’examiner quotidiennement toutes les plaintes qui seront présentées, afin d’être à jour sur les lieux dans lesquels elles ont été commises et sur les profils des agresseurs. Des patrouilles préventives seront également déployées pendant la nuit dans les zones à proximité des lieux de vie nocturnes.

Lire aussi : Les festivals de retour à Barcelone, la drogue aussi

Recommandé pour vous