Comment mieux comprendre vos amis latinos lorsqu’ils parlent espagnol

Publié le Mis à jour le
accent français langue étrangère

Espagnols, Argentins, Mexicains, Cubains, Colombiens, Chiliens…a priori, tous parlent la même langue. Mais il se peut qu’en entendant des Sud-Américains parler, vous ayez des difficultés à les comprendre. Un accent différent, des mots et expressions propres à chaque pays, qui peuvent finir par vous perdre. Petit guide pour mieux s’y retrouver.

Photo : Clémentine Laurent

Arriver en Espagne, apprendre la langue, réussir à se faire comprendre et parler de manière fluide. Se réjouir d’avoir un bon niveau, puis rencontrer un Chilien, un Cubain ou un Porto Ricain et repartir de zéro, se dire que son niveau d’espagnol n’est finalement pas si bon que ça. Cette situation vous est peut-être arrivée à Barcelone, où vit une importante communauté de Sud-Américains.

Ainsi, lorsqu’il sort de chez lui, le Latino vérifiera qu’il a bien de la « plata » dans son portefeuille plutôt que du « dinero ». Avec son « celular » et non pas son « móvil » il appellera un ami à qui il dira « qué onda ? » à la place de « qué tal » s’il est Mexicain.

Il lui proposera d’aller dans un bar « chevere » (cool) s’il est Colombien où ils feront peut-être la connaissance de leur futur « bicho » ou « bicha » (petit-ami). Mais avant cela, ils pourront aller faire un tour à la Boqueria où ils demanderont non pas un « zumo » mais un « jugo », au milieu de personnes très « lindas ».

Boqueria Jus Espagnol Amérique Latine Espagne Barcelone

Photo : César Rangel

Les deux amis Latinos s’arrêteront ensuite pour écrire des cartes postales. Ils préfèreront le faire à l’aide d’une « lapicera » plutôt que d’un « bolígrafo », et se mettront à commenter la tenue d’un passant qu’ils trouveront « zapato », comprenez «laid ».

Un commerçant argentin les ayant remarqués leur lancera un « chitón ! » pour leur demander de se taire, ce à quoi un des amis répondra « pero wey, no mames ! », expression très courante en Amérique Latine que l’on pourrait traduire par « mec, laisse-moi tranquille ». Mais selon le contexte, la traduction peut être différente…

De nombreuses autres nuances existent comme l’utilisation du « usted » qui est beaucoup plus fréquente, du « vos » à la place du « tu » en Argentine, ou encore l’emploi d’augmentatifs et de diminutifs qui est plus fréquente « ahorita », «hermanito »…

Quoi qu’il en soit c’est une question d’habitude : plus vous échangerez avec des Latinos, et moins vous aurez de difficultés à comprendre ces nuances qui, à un certain point, rentreront même dans votre vocabulaire ! Vous aurez ainsi l’opportunité de parler un espagnol aux influences multiples, toujours plus riche et diversifié.

Un mélange de plusieurs langues

C’est à la fin du XVe siècle, lorsque les colons espagnols arrivent en Amérique que ces derniers imposent leur langue. Les premiers arrivants sur ces nouvelles terres étant en majorité Andalous et Canariens, c’est le parler de ces régions qui a eu le plus d’influence sur celui des colonies.

Espagne Amérique Latine Espagnol Colonisation Latinos

Les différentes langues indigènes déjà présentes se sont donc mélangées à l’espagnol, pour en faire un nouveau dialecte. Au fil des siècles, les langues amérindiennes se sont progressivement effacées au profit de la langue de Cervantès, mais elles ont tout de même laissé des traces que l’on retrouve encore aujourd’hui.

Ainsi, hormis quelques expressions, mots ou encore tournures de phrases qui diffèrent entre l’espagnol de la péninsule et celui d’Amérique, si vous maitrisez l’espagnol, vous n’aurez aucun mal à vous faire comprendre de tous.

En revanche, ce qui vous fait penser que vous auriez parfois bien besoin de sous-titres lorsqu’un latino vous parle, c’est son accent. Même si chaque pays en a un différent, il y a certaines manières de parler qui sont globalement partagées par tous. Il y a par exemple le seseo, c’est-à-dire la prononciation de la zeta comme un « s », le yéismo, qui renvoie au fait de prononcer le « ll » comme un « y », ou encore la jota qui se prononce souvent comme un « h » aspiré.

Amis gens jeunes terrasse bar sourires rires bonne humeur ete touristes Photo Clementine Laurent Equinox 12Le « s » devant une consonne disparait souvent, et l’accent tonique a aussi tendance à changer d’endroit dans le mot. Bref, une prononciation bien différente qui caractérise l’espagnol d’Amérique du Sud et nous fait voyager tout en restant à Barcelone.

medecin français à Barcelone

Recommandé pour vous