Ces écoles catalanes qui interdisent les portables

Publié le Mis à jour le
écoles catalanes

Retour en arrière. Dans les écoles d’Espagne, l’usage des téléphones est de plus en plus interdit pendant les cours. Un mal pour un bien, selon les experts. Explications.

C’est un objet du quotidien devenu indispensable. Omniprésent. Le téléphone portable n’échappe à aucune poche de pantalon, aucun regard, aucune main. Y compris celles des adolescents. Pour pallier son expansion, des écoles et des collèges d’Espagne n’ont pas fait dans la dentelle. Ils les ont tout simplement banni. Interdits pendant les cours.

A Barcelone, l’Institut Narcís Monturiol, situé dans le quartier de Horta, a adopté la méthode. « Depuis deux ans, et globalement depuis la pandémie, les élèves doivent éteindre leurs portables durant les heures de cours », explique un membre de l’équipe éducative. C’est encore plus ferme à l’Institut Sis de Manresa, à 1 h 30 de la capitale catalane. Avant d’entrer dans la classe, les collégiens laissent leurs téléphones à l’entrée, dans une boîte en carton. Ils ne les récupèrent qu’à la fin.

Un mal pour un bien, puisque cette règle permet de favoriser la concentration et les interactions entre élèves. De passer du temps autrement, en retrouvant l’essence d’une cours de récréation dans les écoles, à base de jeux et activités en groupe. Mais ce n’est pas le seul bénéfice. 

Les écrans générateurs de troubles mentaux

Car selon les experts, la génération Z paie les conséquences de la toute-présence, pour le travail comme la vie sociale, des écrans. L’utilisation excessive des téléphones provoque un mal-être émotionnel et favorise l’isolement. A la suite de la pandémie, le nombre de jeunes pris en charge pour addiction aux téléphones a augmenté de manière accrue dans les centres de santé mentale.

Les enfants en viennent à être complètement absorbés par les smartphones. Or cette dépendance provoque des troubles graves, assure Magda Casamitjana, directrice du Pacte national de santé mentale. « Il y a des cas où cela empêche la personne de se concentrer et de contrôler sa vie« , précise-t-elle dans une interview accordée au média catalan Vilaweb.

Dans les écoles, le corps enseignant note également des problèmes de cohabitation entre les étudiants, moins d’échanges, ainsi que des conflits liés à l’utilisation des réseaux sociaux.

Limiter avant d’interdire dans les écoles catalanes

Mais interdire l’usage total de ces technologies relève de l’impossible, renchérit Magda Casamitjana, car les adolescents sont nés « en tant qu’êtres numériques ». Avec des écrans en permanence. Pour autant, le gouvernement catalan n’a pas dit son dernier mot. La responsable du Pacte national de santé mentale voit en la prévention une bonne solution pour atténuer les effets nocifs des téléphones.

Rosa Orquinelle, une enseignante catalane, approuve. Ces problèmes sont avant tout sociaux, « et l’école est là pour éduquer les citoyens », assure-t-elle, en prenant son rôle très à cœur. L’idée serait donc de favoriser une utilisation responsable, limitée, et raisonnée. De réduire le temps passé sur les écrans et veiller, aussi, à ce qu’on y regarde. Rien ne sert de forcer plus.  Puisque de toute évidence, les outils informatiques et numériques font aussi partie de l’éducation d’aujourd’hui.

medecin français à Barcelone

Recommandé pour vous