Rater une soirée : l’angoisse maladive des expats de Barcelone

Soirées, dîners, concerts… Barcelone regorge d’opportunités de faire la fête, et pour certaines personnes, rater une occasion de s’amuser est synonyme d’une grande angoisse. Explications d’un phénomène qui se généralise, notamment chez les jeunes adultes. 

Photo de couverture : Equinox

Choisir, c’est renoncer. Et Justine et Glenn, 27 ans tous les deux, ont du mal avec ce concept, surtout depuis qu’ils se sont installés à Barcelone. Il est vrai qu’avec plus de 600 établissements festifs (boîtes de nuit, bars, salles de karaoké), la vie dans la cité comtale est faite de choix constants, qui ne sont pas sans frustration. Les deux Français souffrent de ce qui n’est pas le mal du siècle, mais y ressemble beaucoup : l’anxiété de ratage, ou fomo en anglais (« fear of missing out »).

Caroline Gourdier, psychologue clinicienne à Barcelone, parle de « peur de rater quelque chose, qui peut provoquer une angoisse profonde ». Touchant majoritairement des jeunes entre 20 et 30 ans, cette anxiété est un mal présent partout dans le monde mais il est particulièrement exacerbé ici, nous raconte-t-elle. En cause, le statut de métropole de la cité, qui à l’instar de Paris ou New-York ne s’arrête jamais : il y a toujours quelque chose à faire quelque part, et donc, potentiellement, quelque chose à rater. Justine, qui vit dans la cité comtale depuis 2 ans, se sait très vulnérable : « J’ai peur de rater LA soirée où il y a des personnes incroyables, où tout le monde danse, où l’ambiance est folle. Il y a aussi la peur de ne pas aller en soirée avec mes amis et qu’ils renforcent leurs liens d’amitié sans moi. »

Week-end à Barcelone

Photo : Equinox

Pas étonnant que cette spécialiste en marketing en soit victime, nous raconte la psychologue, qui estime que le profil-type de ce genre d’angoisse sont les jeunes femmes célibataires entre 20 et 30 ans, encore plus vulnérables si elles sont expatriées.

En effet,  les Français de Barcelone et les expatriés en général reçoivent souvent de la visite et ne veulent pas refuser à leurs invités en vacances une sortie. De la même manière, le fait de rentrer en France pour voir sa famille peut créer de la frustration, comme Justine l’explique : « Je rentre en France pour fêter l’anniversaire de ma mère en famille fin juin et j’en suis très contente, mais je vais rater des matchs de l’Euro et donc potentiellement d’excellentes soirées. Rien que d’y penser, je sens que ça m’angoisse. »

« Il faut trouver un équilibre »

D’où vient cette anxiété ? Pour Glenn, originaire du nord-ouest de la France, c’est « très lié au manque de confiance en soi ». On a peur de ne pas être aimé, donc il faut être présent à chaque fois pour se rassurer. À Barcelone, ce besoin de sortie est souvent associé à la fête, qui implique en général une consommation d’alcool et un manque de sommeil. Les deux vingtenaires sont d’accord : ils ont mainte fois refusé d’écouter leur fatigue pour sortir, ce qui leur a coûté leur santé.

Pour se débarrasser de ce stress, il convient de poser des limites, explique la psychologue : « Il faut se demander quels sont ses besoins, et trouver un équilibre entre le besoin, légitime, de sociabiliser et celui de dormir, par exemple ». Un équilibre difficile à trouver quand la promotion de la fête est partout.

Dans la sphère publique, on a commencé à parler de fomo en 2004, ce qui coïncide avec le début des réseaux sociaux. C’est avec leur avènement que l’effet a fait boule de neige. Voir ce qu’elle rate via les réseaux et notamment Instagram est un des problèmes de Justine, qui a trouvé une solution radicale : « Quand je sais qu’un de mes amis est à une soirée à laquelle je n’ai pas pu me rendre, je m’interdis de regarder son profil ».

Moins aller sur les réseaux, poser ses limites et surtout reprendre confiance en soi, voilà les clés de la lutte contre ce mal. De son côté, Glenn assure qu’il a plus ou moins réussi à se débarrasser de cette sensation et il en est certain, « une fois que t’as géré ton fomo à Barcelone, tu peux le gérer partout ».

Recommandé pour vous

medecin français à Barcelone