Travailler à Barcelone : 6 erreurs à ne pas faire

Publié le Mis à jour le
Travailler à Barcelone

Travailler à Barcelone signifie évoluer dans une ville dynamique qui attire de plus en plus de Français. Trouver un emploi dans la mégapole n’est pas pour autant évident. Voici le top des maladresses fréquentes à éviter. 

1. Rechercher du travail depuis la France

Avec la pandémie l’Espagne a été bouclée, cependant avec le retour à la normale, il est fréquent que les Français veuillent changer de vie recherchent un travail depuis chez eux avant de venir s’installer à Barcelone. Cela permet de se rassurer et de se dire qu’on ne sautera pas dans le vide à son arrivée à Barcelone. Toutefois cela n’est pas la meilleure façon de trouver un emploi.

« C’est plus simple lorsque la personne est sur place car les entreprises aiment rencontrer la personne physiquement lors des entretiens. C’est une grosse responsabilité de faire venir quelqu’un depuis la France pour un travail car une fois dans l’entreprise cela peut ne pas coller professionnellement ou au niveau de l’entourage personnel » rapporte Maria Jesus Carmona, responsable de sélection de personnel pour les entreprises à la chambre du commerce de Barcelone.

« Si la personne est déjà à Barcelone elle peut être opérationnelle directement et ça c’est un gros plus pour les entreprises. En plus elle peut participer à des afterworks et se constituer un réseau professionnel dans la ville qui peut l’aider dans sa démarche » ajoute la spécialiste en recrutement international.

 2. Ne pas parler espagnol et rechercher un travail…en Espagne!

Cela peut sembler évident et pourtant Maria Jesus Carmona, reçoit beaucoup de candidatures pour travailler en français à Barcelone mais sans parler espagnol. « Je recrute des gens pour des entreprises dans tous les domaines et je vois des Français qui pensent qu’ils vont trouver un travail dans une entreprise française et qu’ils n’auront pas besoin de parler espagnol pour réaliser leurs tâches. Or c’est une grosse erreur car la langue interne dans les entreprises c’est l’espagnol donc s’ils ne parlent pas ils ne pourront pas communiquer avec leurs collègues ». 

Virginie Prodhomme, spécialiste en recrutement international à Barcelone dresse le même constat. « Les Français vivant en France pensent que l’on n¡attend qu’eux et ont l’impression qu’ils vont trouver un emploi vite sans parler espagnol mais cela ne fonctionne pas comme ça. Une bonne porte d’entrée dans ce cas de figure peut être de postuler pour un poste dans un call center. Il n’est pas toujours nécessaire de parler espagnol si la personne maîtrise l’anglais et cela peut offrir une première expérience très enrichissante » confie-t-elle.

Trottinettes électriques à Barcelone

3. Rechercher du travail sans avoir les papiers administratifs nécessaires

Etre sur place c’est donc un plus, encore faut-il avoir fait les démarches administratives nécessaires pour pouvoir être opérationnel. « Beaucoup d’entreprises recherchent un candidat prêt à travailler une ou deux semaines après l’entretien et pour cela il faut avoir son NIE. Sauf que faire son NIE ça prend plus de temps et cela peut faire la différence entre deux personnes avec des profils égaux » rapporte Virginie Prodhomme.

Le NIE c’est le Numero de Identidad de Extranjero. Ce numéro est indispensable pour accéder à de nombreux services, publics et privés (ouverture d’un compte bancaire, sécurité sociale, contrat de travail, bail locatif, etc.).

4. Comparer les salaires espagnols avec ceux de la France

Là aussi les deux spécialistes en recrutement à Barcelone sont unanimes. L’une des plus grandes erreurs des Français est de comparer les salaires entre les deux pays. En effet si le salaire minimum en France est de 1523 euros brut, en Espagne il est deux fois mois élevé, à 1125 euros bruts.

« Il ne faut pas venir avec cette idée en tête que l’on n’est pas autant payé qu’en France car ici c’est un système totalement différent au niveau de la paye et des impôts sur les revenus. Il faut se renseigner avant pour ne pas être surpris. La vie à Barcelone coûte cher alors il vaut mieux faire des recherches pour voir si on a un équilibre » conseille la recruteuse française.

5. Tout miser sur ses diplômes

« Les Français ont la maladie de la diplômatite » diagnostique souriante Maria Jesus Carmona de la chambre du commerce et de l’industrie de Barcelone. « En France vous accordez une grande valeur aux diplômes alors qu’ici avoir un master ce n’est pas le plus important. Ce qui prime c’est l’expérience. » Elle relativise. « L’avantage des Français par rapport aux Espagnols c’est qu’ils sont pro-stages. Ils en font beaucoup plus que les Espagnols. Cela permet d’acquérir un peu d’expérience. Même si ce n’est pas sur une longue durée cela peut servir à se démarquer. » 

travailler à Barcelone

6. Ne pas savoir se vendre

« Les Français pensent qu’il est facile de rentrer dans un call center par exemple et prennent leur candidature à la légère, ne sont pas sérieux dans l’écriture de leur CV et lettre de motivation. Il est important de bien connaître le poste et l’entreprise pour laquelle on postule » indique Virginie Prodhomme.

 Les CV électroniques ne sont pas non plus à négliger. Les recruteurs et chasseurs de tête passent en grande partie par le réseau social Linkedin pour recruter. Il est donc important de rendre son CV visible au maximum. « Il faut bien détailler ses postes avec les bons mots-clés pour que le profil apparaisse au moment où le recruteur fait la recherche. Les Français oublient de mettre dans les langues qu’ils parlent français car cela coule de source pour eux or c’est très important pour ressortir dans les profils francophones » souligne-t-elle.

Autre point à ne pas oublier de mentionner selon Maria Jesus Carmona: sa mobilité. « Les Français sont en général plus mobiles que les Espagnols et sont prêts à se déplacer pour avoir un poste sans problème. C’est moins le cas des Espagnols et cela fait la différence ».

Bonus – Les sites pour trouver du travail à Barcelone

Barcelone est une ville où les PME sont très présentes. Certaines entreprises recrutent plus que d’autres. Selon les deux expertes en recrutements, les calls centers où la rotation de l’emploi est très présente recrutent beaucoup tout comme les postes administratifs et commerciaux tel que le service client. Les postes dans la grande distribution et l’industrie sont aussi très nombreux car l’Espagne exporte de plus en plus. Les profils les plus prisés restent toutefois ceux d’ingénieurs et dans le web et les nouvelles technologies.

Les sites utilisés par ces deux recruteuses pour trouver des candidats et poster des offres d’emploi sont nombreux. Elles conseillent d’y jeter un œil régulièrement pour augmenter ses chances de trouver un emploi. Parmi eux, le site et le compte twitterde la chambre du commerce et de l’industrie de Barcelone, Linkedin, les agences d’intérim, le site emploi-espagne.org et son service info emploi pour les francophones mais aussi les sites espagnols comme Monster, Infoempleo et Infojobs.

« Lorsque l’on recherche du travail, s’inscrire sur Linkedin et Infojobs c’est quasiment obligatoire. En plus il est possible de les paramétrer pour recevoir des notifications lorsqu’une annonce qui peut nous intéresser est publiée » confie Virginie Prodhomme.

Recommandé pour vous