Search for content, post, videos

Violences, blocages : la guerre entre taxis, Cabify et Uber à Barcelone

La grève des taxis continue à Barcelone. Alors qu’ils bloquent la Gran Via depuis vendredi, les VTC occupent également l’avenue Diagonal. Plusieurs actions sont prévues aujourd’hui.

Depuis vendredi, les taxis de Barcelone sont en grève illimitée. Ils protestent contre la réglementation présentée par le gouvernement catalan, qui obligerait à réserver au moins 15 minutes à l’avance un VTC. La grève a été déclenchée suite à une réunion entre des représentants du secrétariat des transports de la Generalitat et des taxis. Ces derniers se sentent “insultés” par la proposition et réclament une réservation allant de 12 à 24h à l’avance pour un VTC. Le conflit entre les taxis et les services de location de véhicule avec chauffeur, comme Cabify ou Uber, dure depuis plusieurs années. Selon les taxis, ces services représentent une concurrence déloyale.

Ainsi pour montrer leur mécontentement, ils occupent la Gran Via depuis vendredi après-midi, comme ils l’avaient fait durant leur grève illimitée de cet été. Plus précisément, le blocage se tient entre les rues Entença et Bailèn, ce qui provoque des perturbations au niveau de la circulation. Selon TMB, plusieurs lignes de bus ont dû modifier leur itinéraire. D50, H12, V13, 7, 19, 24, 52, 54 et 62 ne circulent pas sur la Gran Via, entre la rue Balmes et le Passeig de Gràcia. La Guardia Urbana recommande aux habitants de se déplacer en métro. L’état de la circulation est annoncé en temps réel sur le compte Twitter de TMB. Le gouvernement catalan a annoncé hier soir que les transports en commun allaient être renforcés pour faire face à la grève.

Tensions

Le syndicat Elite Taxis incite le gouvernement à négocier car “les tensions augmenteront avec des actions qui échapperont à notre contrôle”. Samedi, la Generalitat a formulé une nouvelle proposition. Elle consiste à obliger la réservation des VTC 15 minutes à l’avance, mais à laisser l’Aire Métropolitaine de Barcelone agrandir ce délai par son propre règlement, en cas de long trajet par exemple. Une suggestion refusée par les chauffeurs de taxis. Damià Calvet, ministre catalan du Territoire, se dit déçu du refus car le décret vise à être “le plus compétitif possible pour le taxi et le plus efficace pour le citoyen”. Une nouvelle réunion entre le secteur du taxi et l’Autorité du Transport Métropolitain devrait se tenir demain.

Samedi, la tension était à son comble à Barcelone. Des actes de violence ont marqué cette journée. Alfonso L. Congostrina un journaliste d’El País a été agressé par un chauffeur de taxi, alors qu’il assistait à une assemblée sur la Gran Via. Un chauffeur Cabify a fait une crise d’angoisse, après que son véhicule ait été attaqué par un groupe de chauffeurs de taxis. Sept personnes ont été arrêtées. En ce lundi, le syndicat Elite Taxis affirme condamner toute violence.

Durant leur assemblée qui s’est tenue hier soir sur la place Catalunya, les taxis de Barcelone promettaient pour cette quatrième journée de grève des actions coordonnées à différents points de la capitale catalane. La grève est également suivie à Madrid.

Blocage des VTC sur l’avenue Diagonal

De leur côté, les VTC souhaitent également se faire entendre. Plusieurs chauffeurs occupent l’avenue Diagonal depuis ce matin pour défendre leur emploi, après une première journée d’occupation samedi. L’action n’a pas été convoquée par le syndicat des VTC Unauto, les salariés se seraient organisés entre eux sur WhatsApp. Les véhicules de location avec chauffeur sont entre la place Francesc Macià et la place Pius XII, dans le sens sortie de Barcelone. Pour entrer dans la ville, ils sont placés entre l’avenue de Sarrià et la place Francesc Macià. Ce blocage perturbe également la circulation des lignes de bus 6, 7, 33, 34, 63 et 67.

Manifestation

Des centaines de chauffeurs de taxis, vêtus d’un gilet jaune, ont commencé une manifestation ce matin en direction du Parlement catalan situé dans le parc de la Ciutadella. Ils ont fait un arrêt à 9h45 devant le ministère de l’Economie, sur la Rambla de Catalunya, en criant “guerre contre Aragonès” le ministre de l’Economie catalan, avant de poursuivre leur route Via Laietana.

Aux alentours de 10h45, la police catalane a fermé le parc de la Ciutadella et délogé les personnes présentes à l’intérieur. 2.500 chauffeurs de taxis se sont réunis devant les portes closes du parc, ils demandent à se réunir avec le président de la Catalogne Quim Torra. À 11h20, ils perdent patience et décident de bloquer la Ronda Litoral.