A Barcelone, 5 projets architecturaux abandonnés qui nous fascinent encore

par Leslie Singla
Publié le Modifié le

Pour développer la ville, les projets se multipliaient au siècle dernier à Barcelone. Les initiatives privées fleurissaient, mais plusieurs n’ont pas eu le destin attendu.

Park Güell

Le park Güell est l’un des symboles de Barcelone. Connu dans le monde entier, son histoire l’est moins. À l’origine Eusebi Güell, mécène et proche de Gaudí, souhaitait créer un parc résidentiel composé de soixante parcelles, dans la montagne populairement appelée Pelada. Il s’est inspiré des modèles anglais, ainsi le lieu fut nommé Park Güell.

Les premiers travaux débutent en 1900, Antoni Gaudí aménage le parc en respectant la végétation existante. L’avocat Martín Trias i Domènech fut le premier à acheter un terrain pour y construire une maison. Mais plusieurs facteurs, comme le manque de transport pour accéder au Park Güell et les conditions de vente, font que le projet manque d’acheteurs. Ainsi, les travaux s’arrêtent en 1914. Il devient un parc municipal en 1926.

pavellons de lentrada del park guellLe casino de l’Arrabassada

Dans la forêt de Collserola, sur la carretera de l’Arrabassada, se trouvait au siècle dernier un casino. Il illustrait à lui seul le luxe de la Barcelone du XXe siècle. La bourgeoisie catalane venait se divertir entre ces murs, au milieu de la nature, avec des vues à couper le souffle. Un hôtel-restaurant a été construit en premier. Un groupe d’investisseurs français a racheté l’endroit pour l’agrandir et y ajouter un casino et un parc d’attractions.

L’inauguration se tient en 1911, mais le régime dictatorial de Primo de Rivera interdit les jeux d’argent un an plus tard. Si l’Exposition Internationale de 1929 donne de la visibilité au casino de l’Arrabassada, il sera détruit en 1940. Des éléments décoratifs serviront pour les maisons des alentours. Aujourd’hui, il ne reste rien du somptueux édifice, seulement des ruines. À l’adresse, un panneau avertit de l’interdiction d’entrer.

Casino rabassada retallLe mammouth de la Ciutadella

Niché dans le parc de la Ciutadella, non loin de la cascade, le mammouth surprend à première vue. Installé en 1906, l’animal préhistorique en béton attire aujourd’hui les Barcelonais et touristes pour faire des photos insolites. Cette immense reproduction est la seule du genre dans l’espace vert. Pourtant, à l’origine, il devait être le premier d’une longue liste d’animaux disparus et dinosaures placés dans le parc.

Suite à l’exposition universelle, le géologue barcelonais Norbert Font i Sagué eut cette idée pour faire découvrir aux visiteurs la spéléologie. Mais le décès du professionnel en 1910 a stoppé net le projet.

mammouth parc de la ciutadellaLe château de la Torre Baró

Ce château du XXe siècle prend place sur les hauteurs de Barcelone, dans le quartier de Nou Barris. Le nom Torre Baró vient en réalité d’une autre tour disparue en 1714, qui était la résidence du baron de Pinós. Une seconde tour Baró fut construite en 1797. En 1904, un des héritiers Manuel Sivatte constitue une entreprise pour lancer une cité-jardin à Torre Baró.

Un an plus tard est construit le bâtiment actuel pour créer un hôtel. Mais Manuel Sivatte fait faillite, ainsi le projet a été abandonné avant la fin des travaux. Déclaré patrimoine historique par la mairie de Barcelone, le château a été restauré en 1989. Un mirador se situe à deux pas.

castillo torre baroTorre de les Aigües del Besòs

Inaugurée il y a près de 140 ans, la Torre Aigües fait partie du paysage du quartier de Poblenou. Elle a été construite au XIXe siècle dans le but de profiter du fleuve Besòs, pour la consommation des habitants. À cette époque, l’eau correspondait à un bien rare. Mais le résultat n’a pas été à la hauteur des attentes des promoteurs. L’eau de la mer s’est infiltrée dans les aquifères du fleuve Besòs. Ainsi, l’eau est devenue salée, le projet échoua seulement quelques années plus tard.

Aujourd’hui, la tour est un mirador accessible plusieurs jours par mois. Plus de détails ici.

REF TORRE BESOS CT6A4967

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Accepter la politique de confidentialité. Accepter Lire plus

Normes légales