Partir en vacances sans quitter Barcelone : histoire d’une tendance

Publié le Mis à jour le

Les hôtels de Barcelone sont toujours plus nombreux à proposer des espaces et des offres pour le public local. Une tendance qui séduit de plus en plus de Barcelonais. 

Photos : Hôtel El Palace

Diacaciones. C’est avec cette contraction des mots espagnols “jour” et “vacances” que les hôteliers ont baptisé ce nouveau concept. Objectif : faire entrer les Barcelonais dans leurs établissements en leur proposant des offres adaptées. Si l’idée n’est pas nouvelle, elle a pris son envol dans la capitale catalane lors de la crise sanitaire. Désertés pendant plus d’un an par les visiteurs internationaux, les hôtels n’ont eu d’autre choix que de se réinventer. Ils ont donc commencé à proposer des offres pour accéder à leurs piscines, puis à leurs chambres et à d’autres espaces, et ont ensuite créé des événements spécialement pensés pour les locaux. Malgré le retour en flèche du tourisme, la tendance s’est bel et bien installée.

“Il faut que les Barcelonais se réapproprient la ville, se sentent bien partout, et les hôtels sont aussi là pour ça”, nous confiait cette semaine Matthias Bernard, le directeur du tout nouveau Sofitel à la Barceloneta. Inauguré le mois dernier, cet hôtel haut-de-gamme a pensé son restaurant comme un spot pour les locaux, en s’associant avec le chef catalan David Andrès et en créant une entrée différente de celle de l’hôtel.

Une formule déjà utilisée pour l’Amar, le restaurant de l’hôtel El Palace qui a fait appel au célèbre chef Rafa Zafra et a aussi créé une porte donnant directement sur la rue. Ce 5 étoiles du centre-ville multiplie les offres destinées aux Barcelonais : cinéma en rooftop, chalet éphémère avec fondues et raclettes, thé-pâtisseries l’après-midi ou encore marché de Noël. “Certaines personnes me demandent si je peux les faire entrer au Palace un jour, et je leur dis que c’est ouvert à tous, qu’ils peuvent venir quand ils veulent, ça les surprend !” raconte Juan Losada, le directeur de l’hôtel.

Changement de culture

Les Barcelonais n’ont pas l’habitude, ou n’osent pas, entrer dans ces lieux iconiques. “Contrairement à d’autres villes, nous n’avons pas à Barcelone la culture de sortir dans les hôtels, mais c’est en train de changer tout doucement”, constate pour sa part Monica Homedes, responsable de communication du Mandarin Oriental. Cet imposant hôtel du Passeig de Gràcia organise lui aussi son marché de Noël et de nombreux événements destinés aux locaux tout au long de l’année.

Week-end à BarceloneEt le concept fait effectivement son chemin auprès du public. “C’est un peu comme si j’étais en vacances, ça change”, confie Marta, la trentaine et grande adepte des offres dans les hôtels de luxe. Le site Internet Hotel Treats répertorie les meilleures d’entre elles. On peut ainsi s’y offrir un burger-gin tonic pour 21 euros à l’Ocean Drive, une journée de spa pour 29 euros au Meliá ou encore un brunch pour deux personnes avec vue sur le port à 52 euros.

Selon le site, les diacacionistas sont plutôt des femmes, entre 35 et 50 ans, qui viennent entre amies ou en couple. Une manière de profiter des petits plaisirs barcelonais qui ne sont plus réservés qu’aux touristes, et pour les hôtels une formidable manière de rentabiliser toute l’année l’ensemble de leurs espaces.

medecin français à Barcelone

Recommandé pour vous