La Barcelone disparue : 10 lieux que vous ne verrez jamais

Par Clémentine Laurent

Un immense palais royal sur la Pla del Palau, un paisible couvent dominicain à côté de la Via Laietana, une montagne russe au beau milieu du parc de la Ciutadella… Comme les vêtements d’une garde-robe, Barcelone change de style au fil du temps, jette certains atouts pour s’en trouver de nouveaux. Pour l’été, Equinox vous emmène à la découverte de la Barcelone disparue.

Couvent de Santa Catalina

Pas de surprise : le couvent dominicain de Santa Catalina se situe… dans le quartier de Santa Catalina. Fondé au XIIIème siècle par la volonté de l’évêque Berenguer de Palou, l’établissement compte l’une des premières églises gothiques de Barcelone, ce qui en fait un édifice d’un intérêt architectural capital.

Barcelone disparue

P. Blanchard

Détruit partiellement durant le siège de 1714, il est ensuite vendu lors du désamortissement de nombreux bâtiments religieux en Espagne et est détruit en 1835. Mais le couvent a tout de même laissé quelques traces sur le plan urbanistique de la ville, puisqu’à son emplacement s’élève aujourd’hui le marché de Santa Catalina, deuxième marché de Barcelone.

Adresse : Av. de Francesc Cambó, 16, 08003 Barcelona

Casa Gralla

Somptueux exemple de ce que les meilleurs architectes catalans étaient capables durant la Renaissance, la Casa Gralla impressionne tout autant par son patio gothique. On ne retrace pas précisément sa construction, mais le bâtiment, situé carrer de la Fortaferrissa, pourrait dater du début du XIVème siècle.

Barcelone disparue

Antoni Roca, arxiu històric de Barcelona

Malgré sa beauté, la Casa Gralla est progressivement abandonnée durant le XIXème siècle jusqu’à être abattue en 1856 pour ouvrir un passage entre les rues Portaferrissa et Canuda. Mais les pierres de l’édifice sont toujours visibles à plusieurs endroits de Barcelone, comme le linteau de la porte d’entrée principale qui orne aujourd’hui le  Museu de L’Enrajolada de Martorell.

Adresse : Carrer de la Portaferrissa, 08002 Barcelona

Palacio Real Menor de Barcelona

Si le « palais royal mineur » porte ce nom, c’est parce qu’il s’agissait de la seconde résidence du roi, la première étant le Palacio Real Mayor ; mais son petit frère le dépassait pourtant en termes de grandeur. Situé au numéro 4 de la Carrer d’Ataülf, le palais était à l’origine une maison partiellement construite avec les murs de l’ancienne muraille romaine et occupée par l’ordre des Templiers.

Barcelone disparue

Museu d’Historia de la Ciutat, Archivo Amatller

Son origine remonterait au moins au XIVème siècle, c’est pourquoi elle arborait un style très éclectique, passant du roman au baroque, s’adaptant en fonction des goûts des époques. Le palais, aussi connu sous le nom de Palacio de la Condesa, est détruit durant le XIXème siècle. Il n’en reste aujourd’hui que la chapelle de la Mare de Déu de la Victòria, et une petite porte au fond de la Carrer Timón qui conduisait, dit-on, aux jardins du palais ou à l’autre côté de la muraille romaine.

Adresse : Carrer d’Ataülf, 4, 08002 Barcelona

Palacio del Virrey, Palacio Real ou Hala dels Draps

Le « palais du vice-roi », qui porta aussi le nom de Palacio real, a d’abord servi de halle aux draps dans les premiers temps après sa construction, sur la Pla del Palau, en 1444. La mairie y stocke ensuite des armes au début du XVIème siècle, avant que la Couronne le réquisitionne pour en faire la demeure officielle des vice-rois en 1652.

Barcelone disparue

Institut Cartogràfic i Geològic de Catalunya

Il est ensuite habité par la reine Isabel II en personne, durant le XIXème siècle, après rénovation. Mais ce prestigieux palais, qui aura joué tous les rôles et accueilli des marchands autant que des têtes couronnées, disparaît en 1875 lors d’un incendie.

Adresse : Pla del Palau, 08003 Barcelona

Portal del Angel

On connaît bien aujourd’hui cette rue pour être le centre névralgique du commerce barcelonais, mais à l’époque s’y dressait une porte de la muraille romaine, appelée Portal dels Orbs, (‘portail des aveugles’) et datant du XIIIème siècle. Là, un ange serait apparu à Saint Vincent Ferrier, lors de sa visite de Barcelone en 1419, et qui lui aurait affirmé qu’il veillait sur Barcelone.

Barcelone disparue

Ange original du portal, archive

C’est pourquoi en 1466, après une épidémie de peste, une sculpture d’ange est installée dans une petite chapelle de la muraille ; elle y restera jusqu’au milieu du XIXème siècle, lors de la destruction de la muraille est détruite. L’ange gardien de Barcelone est ensuite transféré dans plusieurs églises, avant d’être détruit durant la guerre civile. Mais l’ange veille toujours sur la ville, d’une certaine façon, puisque l’avenue porte toujours son nom.

Adresse : Avinguda del Portal de l’Àngel, 08002 Barcelona

Hotel Internacional

Sorti de terre en seulement 53 jours, l’hôtel est construit pour accueillir (et époustoufler) les visiteurs lors de l’Exposition universelle de 1888. Dessiné par le grand Luís Domènech i Montaner, et donc dans un style semblable à celui du Castell dels Tres Dragons (toujours visible dans le parc de la Ciutadella), l’édifice, situé sur le Passeig de Colom, peut compter jusqu’à mille visiteurs.

Barcelone disparueComme prévu, il est abattu après l’exposition, malgré une certaine opposition qui demandait à ce que l’œuvre de Domènech i Montaner ne disparaisse pas.

Adresse : Passeig de Colom, 08002 Barcelona

Palau de Belles Arts

Une autre des nombreuses merveilles édifiées pour l’Exposition universelle de 1888. Le Palais des Beaux-Arts a notamment accueilli l’inauguration officielle de l’événement, mais a aussi servi de salle d’exposition, de concert, de sport…

Barcelone disparue

racocatala.cat

S’il n’est pas détruit comme prévu après l’exposition, le palais connaîtra un triste sort : il est touché par une bombe de l’aviation italienne durant la guerre civile et détruit en grande partie, avant d’être complètement démoli en 1942. Son emplacement est toujours vide aujourd’hui, situé entre les passeig de Lluís Companys, passeig de Pujades, passeig de Picasso et carrer del  Comerç.

Adresse : Passeig de Lluís Companys, 5, 08018 Barcelona

Casa Trinxet

Commandée par l’entrepreneur textile Avel·lí Trinxet i Casas au grand Josep Puig i Cadafalch, la Casa Trinxet est un véritable bijou du modernisme catalan. Terminée en 1904 et située au numéro 268 de la carrer de Córcega, elle est aussi une œuvre unique car ses murs étaient peints par l’un des membres de la famille, artiste qui avait laissé sa trace sur l’édifice.

Barcelone disparueAprès le départ de ses propriétaires, la maison sert d’école durant et après la guerre civile notamment, mais elle est détruite en 1967. Une partie de son mobilier a cependant été conservée par des particuliers et des musées.

Adresse : Carrer de Còrsega, 268, 08008 Barcelona

Saturno Park

Oui, il y a bien eu des montagnes russes dans le parc de la Ciutadella. Inauguré en 1911, le parc d’attractions Saturno se situait sur la Plaça de Joan Fiveller, entre la Plaza de armas et l’actuel parlement catalan. Les Barcelonais s’y rendaient pour profiter des montagnes russes (les plus grandes d’Europe à l’époque), de toboggans, d’un labyrinthe, de miroirs déformants…

Barcelone disparueLe parc, pourtant très populaire, disparaît en 1926 après plusieurs années de dégradation par manque d’entretien.

Adresse : Plaça de Joan Fiveller, 08003 Barcelona

Teatre Circ Olympia

Surnommé le ‘‘Liceu del Paral·lel’’, cette salle accueillait tout type de spectacle, allant de l’opéra au ballet en passant par la lutte ou le cirque à animaux. On y faisant même des spectacles aquatiques, grâce à une immense piscine montée pour l’occasion.

Barcelone disparueOuvert en 1924 au 27 de la Ronda de Sant Pau, le théâtre-cirque baisse définitivement le rideau en 1947, après une dernière représentation de La Bohème de Puccini.

Adresse : Ronda de Sant Pau, 27, 08015 Barcelona

Recommandé pour vous