Astrid, Barcelonaise, championne paralympique de snowboard

Par Leslie Singla

logo equinox elles ok 2 Un accident et tout bascule. C’est l’histoire d’Astrid Fina, Barcelonaise amputée du pied droit. Le snowboard à haut niveau l’aide à se dépasser, elle remporte la médaille de bronze aux Jeux paralympiques d’hiver 2018. Le documentaire Astrid vient de sortir en salles. Portrait. 

« J’étais arrêtée à un feu rouge carrer Valencia, j’ai vu la voiture sur le côté et je me suis dit je ne peux rien faire » raconte Astrid Fina. Son histoire rappelle tristement qu’il suffit de quelques secondes pour changer une vie. Elle se souvient encore de cette soirée de 2009, où elle rentrait du Camp Nou à moto. Elle avait 26 ans. Un long parcours s’ensuit à l’hôpital pendant plusieurs années. Les médecins essayent de sauver son pied droit. Après plusieurs opérations et une bactérie provoquant une infection, le verdict tombe : amputer ou enlever les os du pied pour être en fauteuil roulant. « Couper mon pied fut la décision la plus difficile de ma vie » raconte la jeune femme. On est en 2011, Astrid Fina débute un nouveau chapitre. « Mon quotidien est devenu un défi permanent ». 

Peu de temps après son amputation, son ami Kiko Caballero prof de snowboard à Baqueira l’invite à s’essayer à ce sport. « Déjà avant mon accident il me proposait, mais j’étais dans ma routine de Barcelone je ne prenais pas le temps d’aller à la montagne » explique la jeune femme dans son documentaire. Après plusieurs années sans pouvoir marcher, elle ressent un vrai bonheur lors de sa première séance. À son retour à Barcelone, Kiko l’a motive pour se présenter à la sélection de l’équipe espagnole de snowboard. Etant la seule fille candidate, elle est choisie même si elle est montée que « cinq jours » sur une planche. Presque par hasard, le snowboard devient sa priorité.

astrid fina

©Astrid Fina

La Barcelonaise s’installe au Val d’Aran pour suivre des entraînements acharnés dignes d’un athlète de haut niveau. Du lundi au samedi, elle suit un très programme de cinq heures sur les pistes et trois heures de sport afin de se mettre au niveau. « Je pleurais, je me demandais ce que je faisais ici. Au début je n’avais pas d’argent pour faire des allers retours à Barcelone ». Coupée du monde, sous la neige durant plusieurs semaines, Astrid Fina n’abandonne pas. Ces longs mois sont rythmés par des blessures, notamment deux côtes cassées, et passages à l’hôpital.

Championnats nationaux, coupes du monde, Astrid Fina enchaîne les participations à des compétitions, sans atteindre la tête du classement. Le soutien sans faille de sa mère et de ses proches l’aident à tenir. Si les premières descentes sont « désastreuses » ses progrès sur les pistes illustrent petit à petit ses efforts.

Les Jeux Paralympiques : la consécration

2018 : année des Jeux paralympiques. Le rendez-vous est à Pyeongchang, en Corée du Sud. Contrairement aux années précédentes, Astrid se fixe un objectif clair : ramener une médaille. Elle joue « des années de travail en trois descentes sur une piste » explique Marc Galver le réalisateur du documentaire. Ce dernier l’a suivi durant plusieurs années pour raconter ses aventures. Récompense de son travail : Astrid Fina remporte la médaille de bronze.

astrid fina 2

©Astrid Fina

Cette histoire illustre la persévérance et la force de caractère de la jeune femme, mais aussi la chance et le sacrifice qui peuvent arriver derrière un malheur. « Le snowboard m’a aidé à accepter mon amputation. Sur les compétitions j’étais entourée de personnes qui retiraient leur prothèse de bras, jambe et c’était tout à fait normal » confie-t-elle.

Produit par Avisual Concept, l’émouvant documentaire Astrid est actuellement projeté dans plusieurs salles de Barcelone. Les séances sont annoncées sur le site Astrid Documental ici.

Recommandé pour vous