L’histoire de la fleur moderniste devenue le symbole de Barcelone

Par le 13 novembre, 2017 CULTURE

La rose de Barcelone, la fleur moderniste ou encore panot de flor en catalan, s’est convertie durant ces dernières années comme l’un des symboles de la ville de Barcelone.

On les croise sous nos pieds. Ces fleurs en béton sont aujourd’hui des emblèmes de la capitale catalane. Certains parlent même de luxe de pouvoir marcher sur ces petites dalles des trottoirs typiques de Barcelone, qui sont particulièrement présentes dans le quartier de l’Eixample.

Les prémices de cette fleur moderniste se trouveraient dans la Casa Amatller. Dessinée par l’architecte Josep Puig i Cadafalch, pilier du mouvement moderniste, une dalle en forme de fleur à quatre pétales a été utilisée pour la première fois pour paver l’entrée de cette maison moderniste, située sur le Passeig de Gràcia. Cet édifice a été construit entre 1898 et 1900. Le dessin n’est pas celui que l’on connaît aujourd’hui, la fleur a connu un changement par la suite.

Dalles de l’entrée de la Casa Amatller

Du trottoir aux boutiques de souvenirs

Au XXe siècle, avec l’agrandissement du quartier de lEixample, la ville doit faire face à d’importants glissements de boue. Le problème est si grave durant les pluies, que certains surnomment Barcelone « le Bourbier ». Chaque Barcelonais pavait les deux mètres et demi devant sa maison avec le matériel que la municipalité lui fournissait.

Pour résoudre ces perturbations urbanistiques, la mairie décide alors d’avoir recours au pavage des rues. Pour ce faire, elle utilise des dalles en béton de 20 x 20 cm pour des raisons économiques et de résistance. Ce type de revêtement se nomme panot en catalan. D’autres dalles très anciennes auraient également été retrouvées dans les quartiers de Montjuïc et du Gòtic.

Dans les années 1900, cinq modèles de dalles ont été standardisées: fleur, calavera (quatre cercles avec une sorte de carré au centre), quatre cercles concentrés, quatre carrés et quatre carrés avec quatre cercles à l’intérieur. En 1916, l’entreprise Escofet y Cia remporte un concours de la mairie pour réaliser le revêtement de la ville. Elle tapissera de nombreuses rues des cinq formes de panots.

Panot « calavera »

Le style simpliste et joli de la dalle avec la fleur moderniste fait son succès. Elle se démarque des autres et devient même un symbole de la route moderniste, puisqu’elle se trouve autour des principaux édifices de ce style à visiter. À tel point que de nombreux souvenirs représentent aujourd’hui la fleur de Barcelone. Et pour les plus fanatiques, certains sites commerciaux mettent en vente ces petits carreaux.

Elisa Casson

Parisienne d’origine.
Journaliste Equinox Magazine et Radio.